Archives de catégorie : Non classé

Découvertes et redécouvertes en linguistique historique et comparative

Il arrive souvent en science qu’une découverte scientifique soit faite par plusieurs chercheurs de manière indépendante et simultanée. Il y a même un article Wikipedia consacré à ce sujet: https://en.wikipedia.org/wiki/Multiple_discovery. La linguistique historique et comparative n’échappe pas à la règle, et par exemple la loi des palatales en indo-européen a semble-t-il été découverte par plusieurs linguistes de manière indépendante, ce qui explique que cette loi ne porte pas le nom de son découvreur, contrairement à la tradition du domaine.

Une des plus importantes lois phonétiques dans le domaine du japonais et des langues ryukyu a été également découverte de manière indépendante par plusieurs personnes. On peut illustrer cette loi avec le tableau ci-dessous:

japonais ancienproto-japoniqueShuri
i1 *i i avec palatalisation
ki1mo1 *kimo cimu ([tɕimu]) «foie»
i2 : u*i i avec palatalisation
tuki2 : tukuyo1 *tukui çici ([tsitɕi]) «lune»
i2 : o2*əi i sans palatalisation
ki2 : ko2no2pa *kəi kii ([kiː]) «arbre»

Dans ma contribution (Pellard 2013) à la reconstruction du vocalisme proto-japonique, j’ai attribué la paternité de la découverte de cette loi à Arisaka (1934), bien que Hattori (1932) soit parvenu aux mêmes conclusions à peu près à la même époque et que son article soit paru plus tôt que celui d’Arisaka (Hattori a reconnu qu’Arisaka avait découvert cette loi avant lui). Or, je viens de découvrir que cette loi avait été en fait découverte plus tôt, mais là aussi de manière indépendante par deux chercheurs différents.

Dans son tout premier article publié, Polivanov (1914) note le problème de l’absence de palatalisation à Shuri dans «arbre» et propose que cela est dû à la voyelle longue. Plus tard (Polivanov 1927), il propose que ce mot n’a pas subi de palatalisation car il aurait été à l’origine dissyllabique, et il reconstruit *kVi avec une voyelle inconnue V (la réédition en anglais de 1974 contient une coquille et donne la reconstruction comme *kvi). Il propose également de rapprocher le mot japonais d’un mot austronésien kaju. Dans une note de bas de page, Polivanov (1931) ajoute la pierre finale à l’édifice en ajoutant l’argument qu’en japonais ki «arbre» alterne avec ko- dans les composés et devait donc à l’origine être différent de ki.

Or, entre temps, Ramstedt (1924), s’était également rendu compte du problème de l’absence de palatalisation à Shuri et propose de reconstruire *koi ou *kei. Ce sera l’une des seules contributions de Ramstedt à la linguistique japonaise, mais elle est tout à fait remarquable, bien qu’elle soit largement passée inaperçue.

Ni Polivanov ni Ramstedt n’avaient semble-t-il connaissance des travaux fondamentaux de Hashimoto (1917) (une redécouverte des trouvailles de philologues du XVIIIe s.) sur les distinctions en japonais ancien entre i1 et i2, e1 et e2, et o1 et o2, qui constituent un argument philogique en faveur de la loi phonétique en question. C’est surprenant de la part de Ramstedt, qui a séjourné au Japon entre 1919 et 1929 et fut lecteur à l’Université impériale de Tokyo, où Hashimoto était assistant à la même époque. À l’inverse, si Arisaka et Hattori étaient parfaitement informés des découvertes de leur maître Hashimoto, ils n’avaient pas connaissance des travaux de Polivanov et d’Arisaka.

Enfin, il est amusant de noter qu’une addition à la loi ci-dessus concernant le développement de *oi a été proposée de manière indépendante là aussi, par Vovin (2011) et moi-même (Pellard 2013), deux travaux soumis quasiment au même moment.

Références

  • Arisaka, Hideyo (有坂 秀世). 1934. Boin kōtai no hōsoku ni tsuite (母音交替の法則について) The Bulletin of the Phonetic Association of Japan (音声学協会会報) 34. 2.
  • Hashimoto, Shinkichi (橋本 進吉). 1917. Kokugo kanazukai kenkyūshijō no ichi hakken: Ishizuka Tatsumarō no Kanazukai oku no yamaji ni tsuite (國語假名遣研究史上の一發見:石塚龍麿の假名遣奧山路について). Teikoku Bungaku (帝國文學) 23(5). 120–154.
  • Hattori, Shirō (服部 四郎). 1932. “Ryūkyūgo” to “kokugo” to no on’in hōsoku (1): Ryūkyūgo to no hikaku no taishō to naru beki gengo (「琉球語」と「国語」との音韻法則 (1):琉球語との比較の対象となるべき言語). Hōgen (方言) 2(7). 22–37.
  • Pellard, Thomas. 2013. Ryukyuan perspectives on the Proto-Japonic vowel system. In Frellesvig, Bjarke & Sells, Peter (eds.), Japanese/Korean linguistics, vol. 20, 81–96. Stanford: Center for the Study of Language and Information Publications. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01289288.
  • Polivanov, Evgenij D. (Поливанов, Евгений Д.). 1914. Sravnitel’no-fonetičeskij očerk japonskogo i rjukjuskogo jazykov (Сравнительно-фонетический очерк японского и рюкюского языков). Zapiski Vostočnago Otdělenija Imperatorskago Russkago Arxeologičeskago Obščestva (Записки Восточнаго Отдѣления Императорскаго Русскаго Археологическаго Общества) 22(1–2). 173–190.
  • Polivanov, Evgenij D. (Поливанов, Евгений Д.). 1927. K voprosu o rodstvennyx otnošenijax korejskogo i «altajskix» jazykov (К вопросу о родственных отношениях корейского и «алтайских» языков) Izvestija Akademii nauk SSSR (Известия Академии наук СССР). 6e ser. 21(7). 1195–1204. http://mi.mathnet.ru/izv5514.
  • Polivanov, Evgenij D. (Поливанов, Евгений Д.). 1931. Za marksistskoe jazykoznanie (За марксистское языкознание) Moscow: Federacija.
  • Polivanov, Evgenij D. 1974. Selected works: Articles on general linguistics. The Hague: Mouton. https://doi.org/10.1515/9783110815627.
  • Ramstedt, Gustaf J. 1924. A comparison of the Altaic languages with Japanese. Transactions of the Asiatic Society of Japan. 2e ser. 1. 41–54. http://altaica.ru/LIBRARY/ramstedt/ram_jap_alt.pdf
  • .
  • Vovin, Alexander. 2011. On one more source of Old Japanese i₂. Journal of East Asian Linguistics 20(3). 219–228. https://doi.org/10.1007/s10831-011-9075-2.
Ce billet peut être cité de la façon suivante: Thomas Pellard, « Découvertes et redécouvertes en linguistique historique et comparative », Cipanglossia, 12 mai 2019, https://cipanglo.hypotheses.org/1204.

La classification des langues japoniques

Les origines de la langue japonaise restent encore un sujet ardemment débattu (Vovin2017). Il y a quelques années, une étude (Lee & Hasegawa 2011) relayée dans la presse annonçait avoir pu déterminer par une analyse phylogénétique bayésienne que les langues japoniques se sont séparées d’un ancêtre commun il y a 2200 ans, et que cet ancêtre serait donc arrivé dans l’archipel avec l’agriculture. Je n’avais pas été convaincu par cette étude que j’avais lu, je dois le dire, rapidement, à cause de plusieurs problèmes qui me semblaient assez évidents. J’ai récemment relu en détail cet article et téléchargé les matériaux supplémentaires, et j’y ai trouvé de nombreuses erreurs graves.

Continuer la lecture

Une erreur dans un manuel de linguistique historique et comparative

J’ai récemment consulté le manuel Historical linguistics: Toward a twenty-first century reintegration de Ringe & Eska (2013). Il contient malheureusement une grave erreur qu’il est nécessaire de signaler.

Continuer la lecture

Pour en finir avec le mythe autour de William Jones et la linguistique comparative

Il est courant d’entendre ou de lire que William Jones (1746–1794), orientaliste britannique et juge colonial à Calcutta, est le pionnier de la linguistique historique et comparative. Mais il s’agit en réalité d’un mythe très éloigné de la réalité.

Continuer la lecture

Gloses et abréviations linguistiques avec LaTeX (2)

Le billet précédent a présenté comment gérer les étiquettes grammaticales et leurs abréviations avec LaTeX grâce à l’extension acro. Mais lorsqu’on écrit par exemple la grammaire d’une langue inconnue, il arrive que l’on soit amené à changer les étiquettes grammaticales au cours de la rédaction. Par exemple, on peut être amener à renommer le « passé » en « perfectif » ou « accompli ». Avec LaTeX, cela ne pose fondamentalement pas de problème si l’on a utilisé la procédure proposée. Il est néanmoins possible d’améliorer encore la prise en charge des étiquettes. Continuer la lecture

Gloses et abréviations linguistiques avec LaTeX (1)

Il est d’usage en linguistique d’abréger (en petites capitales) les étiquettes grammaticales descriptives dans les exemples glosés, par exemple NOM pour « nominatif », ACC pour « accusatif », etc. Les utilisateurs de LaTeX peuvent simplement saisir les abréviations en dur avec des commandes du type \textsc{nom}, mais il vaut mieux procéder de manière programmatique en définissant des commandes qui gèrent les abréviations. Cela permet non seulement de changer le style et le texte des abréviations en modifiant uniquement les définitions de commande dans le préambule, mais aussi d’automatiser l’impression de la liste des abréviations et de garantir que celle-ci n’inclue que les abréviations effectivement utilisées dans le document. Continuer la lecture

Indo-européen, contacts et mélanges (1) | Mais où sont passés les Indo-Européens?

J.-P. Demoule esquisse régulièrement la même critique du modèle classique de divergence des langues indo-européennes à partir d’un ancêtre commun et de sa représentation sous forme d’un diagramme arborescent. Il vante les mérites de modèles prétendument plus complexes faisant la part belle au contact et aux mélanges de langues (comme si la linguistique historique ignorait ces faits !), sans toutefois jamais vraiment formuler d’hypothèse concrète que l’on pourrait discuter et évaluer. Malgré ce flou dans l’argumentation, on peut facilement montrer qu’aucune des alternatives suggérées ne saurait remplacer le modèle classique.1 Continuer la lecture

  1. Voir également les critiques de Guillaume Jacques (1, 2, 3, et 4), Laurent Sagart (ici) et moi-même (Thomas Pellard, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7). []

Sur l’origine d’« indo-germanique » | Mais où sont passés les Indo-Européens ?

J.-P. Demoule, dans son ouvrage Mais où sont passés les Indo-Européens ? (2014),1 met en parallèle le développement des recherches sur l’indo-européen et celui du nationalisme allemand, avec en arrière-plan la récupération idéologique de travaux scientifiques. Il insiste ainsi à plusieurs reprises sur l’emploi en allemand du terme indogermanisch (« indo-germanique ») pour « indo-européen », qui trahirait les ambitions nationalistes inavouées des études indo-européennes. Or, il s’agit là d’une interprétation discutable des faits historiques. Continuer la lecture

  1. Voir également les critiques de Guillaume Jacques (1, 2, 3, et 4), Laurent Sagart (ici) et moi-même (Thomas Pellard, 1, 2, 3, 4, 5, 6). []

Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (6) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

J.-P. Demoule a bien voulu poster sur ce carnet ses réponses à certaines des critiques émises par Guillaume Jacques (1, 2, 3, et 4), Laurent Sagart (ici) et moi-même (Thomas Pellard, 1, 2, 3, 4 et 5) concernant son ouvrage de 2014 Mais où sont passés les Indo-Européens ? Le mythe d’origine de l’Occident. Je le remercie encore de sa participation à notre débat dans un esprit constructif, même si j’éprouve encore le besoin de manifester mes désaccords sur certains points. Continuer la lecture

[Billet invité] Réponses de Jean-Paul Demoule à propos des Indo-européens

Je remercie Thomas Pellard et Guillaume Jacques, auxquels s’est joint Laurent Sagart, de me donner l’occasion de répondre à leurs remarques et questions à propos de mon livre, et de préciser ainsi un certain nombre de points – en partie déjà évoqués de manière dispersée dans les commentaires de leurs deux blogs. Continuer la lecture

Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (5) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

En plus des problèmes signalés dans les billets précédents (1, 2, 3, 2, 4) et par d’autres (ici, ici, ici, ici ou encore ici) J.-P. Demoule commet plusieurs contresens sur la méthodologie et le sens même de la linguistique comparative. Continuer la lecture

Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (4) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

J’ai depuis le premier billet sur le sujet fait l’acquisition d’un exemplaire de l’ouvrage de Bird (1982), la source de Demoule (2014) sur la distribution des racines indo-européennes, et je vous propose quelques données supplémentaires tirées de cet ouvrage. Continuer la lecture

Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (3) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.
(Molière, Tartuffe)

En plus d’arguments quantitatifs (faux et/ou fallacieux, voir les parties 1 et 2), J.-P. Demoule prétend que l’indo-européen reconstruit est un monstre à la fois flou et improbable. Continuer la lecture

Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (2) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.
(Molière, Tartuffe)

Comme je l’ai montré dans la 1ère partie, l’affirmation de J.-P. Demoule qu’il n’y a qu’une seule racine commune à toutes les branches de la famille indo-européenne est fausse. On pourrait rétorquer que de toute façon, quelques dizaines de racines, même 100, ce n’est pas beaucoup. Mais cet argument est en fait mathématiquement invalide. Continuer la lecture