Archives de catégorie : Non classé

Indo-européen, contacts et mélanges (1) | Mais où sont passés les Indo-Européens?

J.-P. Demoule esquisse régulièrement la même critique du modèle classique de
divergence des langues indo-européennes à partir d’un ancêtre commun et de sa
représentation sous forme d’un diagramme arborescent. Il vante les mérites de
modèles prétendument plus complexes faisant la part belle au contact et aux
mélanges de langues (comme si la linguistique historique ignorait ces faits !), sans
toutefois jamais vraiment formuler d’hypothèse concrète que l’on pourrait
discuter et évaluer. Malgré ce flou dans l’argumentation, on peut facilement
montrer qu’aucune des alternatives suggérées ne saurait remplacer le modèle
classique.1 Continuer la lecture

  1. Voir également les critiques de Guillaume Jacques (1, 2, 3, et 4), Laurent Sagart (ici) et moi-même (Thomas Pellard, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7). []

Sur l’origine d’« indo-germanique » | Mais où sont passés les Indo-Européens ?

J.-P. Demoule, dans son ouvrage Mais où sont passés les Indo-Européens ? (2014),1 met en parallèle le développement des recherches sur l’indo-européen et celui du nationalisme allemand, avec en arrière-plan la récupération idéologique de travaux scientifiques. Il insiste ainsi à plusieurs reprises sur l’emploi en allemand du terme indogermanisch (« indo-germanique ») pour « indo-européen », qui trahirait les ambitions nationalistes inavouées des études indo-européennes. Or, il s’agit là d’une interprétation discutable des faits historiques. Continuer la lecture

  1. Voir également les critiques de Guillaume Jacques (1, 2, 3, et 4), Laurent Sagart (ici) et moi-même (Thomas Pellard, 1, 2, 3, 4, 5, 6). []

Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (6) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

J.-P. Demoule a bien voulu poster sur ce carnet ses réponses à certaines des critiques émises par Guillaume Jacques (1, 2, 3, et 4), Laurent Sagart (ici) et moi-même (Thomas Pellard, 1, 2, 3, 4 et 5) concernant son ouvrage de 2014 Mais où sont passés les Indo-Européens ? Le mythe d’origine de l’Occident. Je le remercie encore de sa participation à notre débat dans un esprit constructif, même si j’éprouve encore le besoin de manifester mes désaccords sur certains points. Continuer la lecture

[Billet invité] Réponses de Jean-Paul Demoule à propos des Indo-européens

Je remercie Thomas Pellard et Guillaume Jacques, auxquels s’est joint Laurent Sagart, de me donner l’occasion de répondre à leurs remarques et questions à propos de mon livre, et de préciser ainsi un certain nombre de points – en partie déjà évoqués de manière dispersée dans les commentaires de leurs deux blogs. Continuer la lecture

Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (5) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

En plus des problèmes signalés dans les billets précédents (1, 2, 3, 2, 4) et par d’autres (ici, ici, ici, ici ou encore ici) J.-P. Demoule commet plusieurs contresens sur la méthodologie et le sens même de la linguistique comparative. Continuer la lecture

Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (4) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

J’ai depuis le premier billet sur le sujet fait l’acquisition d’un exemplaire de l’ouvrage de Bird (1982), la source de Demoule (2014) sur la distribution des racines indo-européennes, et je vous propose quelques données supplémentaires tirées de cet ouvrage. Continuer la lecture

Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (3) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.
(Molière, Tartuffe)

En plus d’arguments quantitatifs (faux et/ou fallacieux, voir les parties 1 et 2), J.-P. Demoule prétend que l’indo-européen reconstruit est un monstre à la fois flou et improbable. Continuer la lecture

Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (2) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.
(Molière, Tartuffe)

Comme je l’ai montré dans la 1ère partie, l’affirmation de J.-P. Demoule qu’il n’y a qu’une seule racine commune à toutes les branches de la famille indo-européenne est fausse. On pourrait rétorquer que de toute façon, quelques dizaines de racines, même 100, ce n’est pas beaucoup. Mais cet argument est en fait mathématiquement invalide. Continuer la lecture

Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (1) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.
(Molière, Tartuffe)

Notes de lecture sur Demoule, Jean-Paul, 2014, Mais où sont passés les Indo-Européens? Le mythe d’origine de l’Occident, Paris: Seuil. Continuer la lecture

Sur les lectures sino-japonaises fantômes

Les dictionnaires japonais de caractères chinois (kanwa jiten 漢和辞典) contiennent parfois des erreurs, ou plus précisément des extrapolations spéculatives. En particulier certaines lectures de caractères sont des fantômes, inventés par les éditeurs sur la base d’autres caractères de même prononciation ou de même rime ne chinois médiéval, la source du sino-japonais. Continuer la lecture

Exemples linguistiques avec LaTeX (1)

Exemples numérotés et glosés

Les travaux en linguistique sont naturellement illustrés d’exemples. Pour un maximum de clarté, on fait précéder ces exemples d’un numéro permettant de s’y référer et on les présente séparés du texte principal. Il est également d’usage, notamment quand il s’agit d’une langue autre que l’anglais et que la langue dans laquelle le travail est rédigé, de donner une glose interlinéaire morphème par morphème et alignée mot-à-mot. C’est-à-dire que sous chaque mot de la ligne du texte original est alignée une glose, et le mot original comme la glose sont segmentés en thèmes et affixes. Le système standard est celui des Leipzig glossing rules.

Traitements de texte vs. LaTeX

Formater de tels exemples glosés et s’assurer de leur bonne numérotation vire rapidement au cauchemar si l’on utilise un traitement de texte. Par contre, avec LaTeX, rien de plus facile. L’avantage majeur avec LaTeX est que le retour à la ligne se fait automatiquement, tout en conservant les alignements bien sûr, tandis qu’avec un traitement de texte, il faut couper à la main les exemples longs, mais tout changement de police, taille, ou marges obligera à tout recommencer. Continuer la lecture