Pour en finir avec le mythe autour de William Jones et la linguistique comparative

Il est courant d’entendre ou de lire que William Jones (1746–1794), orientaliste britannique et juge colonial à Calcutta, est le pionnier de la linguistique historique et comparative. Mais il s’agit en réalité d’un mythe très éloigné de la réalité.

Je ne compte plus les citations, souvent de seconde voire de troisième main, où j’ai pu lire que William Jones avait entre autres fondé la discipline de la linguistique historique et comparative, inventé la méthode comparative ainsi que les concepts de familles de langues et de leur diversification, découvert et démontré la parenté des langues indo-européennes, démontré l’importance des comparaisons grammaticales et des correspondances phonétiques, appliqué pour la première fois une méthode scientifique moderne à la comparaison linguistique, etc.

Le rôle fondateur et révolutionnaire de William Jones est de manière générale largement répété au point de passer, y compris chez de nombreux linguistes comparatistes, pour un fait bien établi. Les pires sottises que j’ai pu lire ne sont pas directement accessibles en ligne, mais voici néanmoins un petit florilège d’extraits glanés sur internet :

Or tout cela est faux. Quiconque s’intéressant un tant soit peu sérieusement à l’histoire de la linguistique ou ayant seulement pris la peine de consulter les sources primaires et de lire le fameux discours de Jones On the Hindus de 1784 peut se rendre compte qu’il s’agit d’une distorsion flagrante des faits. Ce discours est couramment cité pour attribuer à William Jones le mérite d’avoir découvert l’indo-européen et fondé la linguistique historique et comparative. Longtemps difficile à se procurer, il est désormais librement accessible sur internet. Le passage le plus cité est à la p. 26 : https://archive.org/stream/worksofsirwillia01jone#page/26

Les erreurs historiographiques nombreuses dans la description de la contribution de William Jones à la linguistique et comparative ont pourtant été dénoncées à de nombreuses reprises (Hoenigswald 1985 ; van Driem 2001 : 1039–1050 ; Campbell 2006, réédité dans Campbell & Poser 2008 : 32–47). On y trouvera un examen détaillé et informé des faits et des références bibliographiques complètes. On peut également consulter les travaux sérieux et en profondeur sur l’histoire de la linguistique historique et comparative comme Morpurgo Davies (1998), Auroux et al. (2001), ou encore, plus récemment, Klein et al. (2017).

Ce travail utile de démystification n’a semble-t-il malheureusement pas reçu toute l’attention qu’il méritait, et il n’a semble-t-il pas eu d’écho dans la plupart des encyclopédies et même chez de nombreux linguistes comparatistes. Il n’est donc pas inutile de résumer ici les points majeurs, en y ajoutant quelques remarques personnelles supplémentaires. Il ne s’agit pas ici de dénigrer l’œuvre de Jones ni de la juger à la lumière de nos connaissances et critères actuels, mais bien au contraire de la replacer dans le contexte des travaux antérieurs et ultérieurs.

Tout d’abord, la parenté de plusieurs langues d’Europe entre elles et de ces langues avec le persan et/ou le sanskrit était connue depuis au moins la Renaissance. Jones, qui connaissait le persan et le sanskrit, n’a donc pas découvert la parenté de ces langues mais simplement vérifié par lui-même et répété ce qui était de notoriété publique. Jones n’a d’ailleurs jamais prétendu avoir découvert la parenté de ces langues, et il reconnaît dans sa correspondance de 1779 que la parenté du persan, du latin, du grec et des langues celtes était connue : https://archive.org/stream/memoirsoflifewr00teig#page/208.

La même lettre indique également clairement que le concept d’une ancienne langue primordiale dont seraient issues des langues apparentées, par opposition à une relation « horizontale » et anhistorique où les langues d’un même famille dérivent de l’une d’entre elles plutôt que d’être issues de la diversification d’un même langue mère, n’est pas son idée originale. Là encore, cette idée était déjà répandue à l’époque, bien qu’elle n’était pas forcément la plus communément acceptée. L’importance des comparaisons grammaticales mentionnée par Jones n’est pas non plus originale mais avait été déjà mentionnée et mise en application.

Mais il y a plus choquant encore pour quiconque prend la peine de lire le discours de Jones après avoir lu les nombreuses notices hagiographiques le concernant, et il s’agit d’un point sur lequel personne à ma connaissance n’a insisté. Il s’agit de l’absence complète d’un quelconque argument ou d’une quelconque comparaison concrète ! Il n’y a tout simplement aucun exemple linguistique ! On cherchera donc en vain les preuves de la parenté avancée par Jones et les exemples des racines verbales et formes grammaticales qu’il mentionne. On ne trouvera non plus aucune discussion sur la méthode de comparaison des langues. Il est donc ahurissant de constater que certains attribuent à Jones la fondation de la méthodologie de la linguistique historique et comparative.

Les vues de Jones étaient donc spéculatives et reposaient sur son intuition de polyglotte et non pas sur un examen méthodique. Ceci explique qu’il se soit fourvoyé en suggérant d’inclure dans la même famille que les langues indo-européennes le japonais ou le « péruvien ». À l’inverse, il est surprenant de constater qu’il a rejeté l’apparentement du hindi et du sanskrit !

Jones n’était pas un linguiste, la linguistique n’ayant pas encore émergé comme discipline, mais un philologue qui n’accordait pas de valeur à l’étude des langues en soi. Il y voyait simplement le moyen d’étudier la littérature, la philosophie et l’histoire des civilisations. Jones était un orientaliste de grande renommée à son époque, notamment pour sa grammaire du perse et ses traductions. Ceci explique que son discours sur la parenté des langues indo-européennes ait eu un retentissement, puisqu’il est par exemple mentionné par Schlegel (1808), qui eu lui-même l’influence que l’on connaît sur Franz Bopp. Mais il convient de remarquer qu’il n’a pas poussé plus loin ses recherches linguistiques et qu’il faudra attendre 30 ans pour que la grammaire comparée de l’indo-européen commence à être étudiée sérieusement. Son influence fut donc somme toute limitée.

La contribution de William Jones aux études orientales de l’époque est réelle et ne saurait être sous-estimée. Sa réputation n’a donc pas besoin d’être faussement enjolivée. Sa contribution effective à la linguistique historique et comparative est en effet, contrairement à un mythe persistant, quasi-nulle. La faute de cette réputation usurpée n’est pas à rejeter sur Jones, qui n’avait pas de telles prétentions, mais aux linguistes qui ont lu son travail de manière plus que superficielle et qui ont, négligeant l’histoire réelle de la discipline, forgé un mythe. Il serait d’ailleurs intéressant de savoir qui a le premier lancé cette idée fausse et dans quelles circonstances.

La fondation de la linguistique historique et comparative moderne est plutôt sans doute à attribuer à Franz Bopp, qui a eu l’originalité de proposer d’étudier les langues pour elles-mêmes et d’aller au delà de la question de la parenté et de chercher à expliquer les langues par la comparaison (voir par exemple les remarques de Bréal 1866), et dont les travaux furent largement diffusés et firent école. La méthode sera par la suite étendue, solidifiée et affinée pour atteindre sa forme moderne avec les néogrammairiens.

Répétons-donc le une bonne fois pour toute en guise de conclusion : William Jones n’a ni découvert ni démontré l’indo-européen, il n’a ni fondé la linguistique historique et comparative ni énoncé ses concepts ou sa méthode, et sa pratique n’avait rien de commun avec la linguistique moderne.

Références

  • Auroux, Sylvain & Koerner, E. F. K. & Niederehe, Hans-Josef & Versteegh, Kees (éds.). 2001. History of the language sciences : An international handbook on the evolution of the study of language from the beginnings to the present. Vol. 1. Berlin : De Gruyter. https ://doi.org/10.1515/9783110167351.2.
  • Bréal, Michel. 1866. Introduction. In Bopp, Franz, Grammaire comparée des langues indo-européennes, vol. 1, I–LVII. Paris : Imprimerie impériale. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k86090v.
  • Campbell, Lyle. 2006. Why Sir William Jones got it all wrong, or Jones’ role in how to establish language families. Anuario del Seminario de Filología Vasca “Julio de Urquijo” 40(1–2). 245–264. http://ehu.eus/ojs/index.php/ASJU/article/view/4384.
  • Campbell, Lyle & Poser, William J. 2008. Language classification : History and method. Cambridge : Cambridge University Press. https ://doi.org/10.1017/CBO9780511486906.
  • Hoenigswald, Henry M. 1985. Sir William Jones and historiography. In Acson, Vehecta Z. & Leed, Richard L. (éds.), For Gordon H. Fairbanks (Oceanic Linguistics Special Publications 20), 64–66. Honolulu : University of Hawai’i Press. https://www.jstor.org/stable/20006710.
  • Klein, Jared & Joseph, Brian & Fritz, Matthias (éds.). 2017. Handbook of comparative and historical Indo-European linguistics. Vol. 1. Berlin : De Gruyter. https ://doi.org/10.1515/9783110261288.
  • Morpurgo Davies, Anna. 1998. Nineteenth-century linguistics (History of Linguistics 4). Londres : Longman.
  • Schlegel, Friedrich. 1808. Über die Sprache und die Weisheit der Indier : Ein Beitrag zur Begründung der Alterthumskunde. Heidelberg : Mohr und Zimmer. http://www.deutschestextarchiv.de/schlegel_indier_1808.
  • van Driem, George. 2001. Languages of the Himalayas : An ethnolinguistic handbook of the Greater Himalayan region, containing an introduction to the symbiotic theory of language. 2 vols. Leyde : Brill.
Ce billet peut être cité de la façon suivante: Thomas Pellard, « Pour en finir avec le mythe autour de William Jones et la linguistique comparative », Cipanglossia, 23 septembre 2018, https://cipanglo.hypotheses.org/941.

3 réflexions au sujet de « Pour en finir avec le mythe autour de William Jones et la linguistique comparative »

  1. Etienne

    1-Monsieur Pellard: Lorsque vous écrivez-

    « il est surprenant de constater qu’il a rejeté l’apparentement du hindi et du sanskrit ! »

    -je crois que vous trompez sur deux points: en premier lieu, Colin Masica donne au passage en question (celui de la page 26, qui précède la trop célèbre déclaration de Jones) un sens beaucoup plus large et soutient que William Jones n’a pas vu l’apparentement du sanskrit et de…l’indo-aryen moderne (c’est ainsi que j’interprète moi aussi le passage). En second lieu, cette erreur de Jones n’a rien de surprenant: comme vous le soulignez très justement, il se fiait aux ressemblances superficielles, et force est de constater que, si les désinences nominales et verbales du sanskrit rappellent fort celles du latin ou du grec ancien, elles ne rappellent aucunement celles du hindi ou de toute langue indo-aryenne moderne.

    2-Monsieur Demoule. Vous écrivez:

     » Sir Jones est un précurseur, mais bien plus encore qu’on ne l’entend usuellement : dès sa première entrée en scène, la grammaire comparée est indissociable d’un modèle adamique et colonisateur, qui la déborde de toute part  »

    Comment conciliez-vous cette accusation avec le fait que William Jones n’a, justement, *pas* perçu une filiation linguistique diachronique (sanskrit et indo-aryen moderne) pourtant bien réelle? Je vous assure que si vous acceptez que les langues romanes proviennent du latin (c’est votre cas, si je ne me trompe), il est difficile de nier que les langues indo-aryennes modernes proviennent du sanskrit.

    Et comment conciliez-vous cette accusation avec le soupçon qu’exprime Jones (dans son célèbre paragraphe) que le celtique et le germanique seraient des langues…mixtes? Jones a ses défauts, certes, mais il ne semble obsédé ni par la recherche des origines ni par la pureté linguistique. En fait, il ne ressemble vraiment guère à votre portrait -devrais-je écrire: à votre caricature?- de chercheur en linguistique comparée.

    Répondre
  2. David Marjanović

    Ceci explique qu’il se soit fourvoyé en suggérant d’inclure dans la même famille que les langues indo-européennes le japonais ou le « péruvien ».

    Cela me rappelle cette blague

    Schlegel, Friedrich. 1808. Über die Sprache und die Weisheit der Indien

    Indier (modernement Inder).

    Schlegel, plutôt philosophe que scientifique, pensait que le sanskrit était le proto-indo-européen et que sa découverte devrait déclencher une deuxième renaissance.

    Répondre
  3. Jean-Paul Demoule

    Mise au point bienvenue, en effet – et que nos collègues anglo-saxons gagneraient à connaître, même s’ils lisent de moins en moins le français. C’est d’ailleurs ce que j’avais relevé dès les premières pages de mon livre Mais où sont passés les Indo-Européens ?, notant en particulier que « Ni avant la phrase fameuse [celle sur la « source commune »], ni après, Sir Jones ne traite de cette parenté linguistique ; et nulle part ailleurs dans son œuvre (il mourra en 1794), il n’existe de démonstration philologique » (p. 25 de l’édition de 2017). Il faut en effet lire la conférence de Jones jusqu’au bout, quand il compare les Hindous aux « Perses, Ethiopiens et Egyptiens, Phéniciens, Grecs et Tuscans, Scythes ou Goths, et Celtes, Chinois, Japonais, et Péruviens », supposant qu’ils viennent tous d’une « région centrale » (les italiques sont de lui).

    C’est pourquoi je concluais : « Quelle impression générale retiendra finalement le lecteur attentif du texte de Sir Jones ? Qu’un amateur éclairé, comme tant d’autres après lui, est soudain pris d’une fièvre érudite de comparaisons désordonnées ; qu’il lui est impossible de rendre compte de l’histoire humaine autrement que selon un modèle « adamique » ou « babélien » de toutes les civilisations historiques connues (« la langue de Noé est irrémédiablement perdue », précisera-t-il en 1792, l’année de sa mort) ; que l’un des administrateurs d’un Empire colonial sur lequel le soleil bientôt ne se couchera jamais, ne peut penser le monde que dans les termes d’une colonisation universelle à partir d’un point central. Sir Jones est un précurseur, mais bien plus encore qu’on ne l’entend usuellement : dès sa première entrée en scène, la grammaire comparée est indissociable d’un modèle adamique et colonisateur, qui la déborde de toute part » (p. 26).

    Le malheureux jésuite français Coeurdoux avait bien, vingt ans avant Jones, relevé de véritables exemples philologiques de « mots communs » (et de faits morphologiques et phonétiques) entre le sanscrit, le latin et le grec et en avait adressé la liste à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres ; mais celle-ci mit tout cela sur le compte du passage d’Alexandre le Grand.

    De l’intérêt, bien rappelé par Thomas Pellard, de toujours revenir aux sources primaires.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.