Indo-européen, contacts et mélanges (1) | Mais où sont passés les Indo-Européens?

J.-P. Demoule esquisse régulièrement la même critique du modèle classique de divergence des langues indo-européennes à partir d’un ancêtre commun et de sa représentation sous forme d’un diagramme arborescent. Il vante les mérites de modèles prétendument plus complexes faisant la part belle au contact et aux mélanges de langues (comme si la linguistique historique ignorait ces faits !), sans toutefois jamais vraiment formuler d’hypothèse concrète que l’on pourrait discuter et évaluer. Malgré ce flou dans l’argumentation, on peut facilement montrer qu’aucune des alternatives suggérées ne saurait remplacer le modèle classique.1

Emprunts et mélanges

J.-P. Demoule (2014 : 159–168, 567–591, 2015, 2018) évoque les notions de pidgin, créole, langues mixte et aire linguistique (Sprachbund) dans ses suggestions d’alternatives au modèle divergent depuis un ancêtre commun. Malheureusement, l’auteur ne définit pas systématiquement ces notions, et il semble qu’il y une certaine confusion dans leur utilisation.

On peut avant toute chose proposer les définitions suivantes (voir entre autres Matras & Bakker 2003, Bakker & Matras 2013, Velupillai 2015, Bakker 2017, Daval-Markussen & Bakker 2017) :

  • un pidgin est une langue conventionnelle et simplifiée qui émerge quand des groupes de personnes parlant des langues différentes sont en contact relativement fréquent et ont besoin de communiquer ; un pidgin n’est la langue principale ou maternelle d’aucun groupe et a des fonctions sociales limitées ;
  • un créole est une langue issue des transformations subies dans une situation de contact intense entre groupes de locuteurs de langues différentes formant une nouvelle communauté, dont le créole devient la langue maternelle ; le contact extrême entraîne une simplification et un appauvrissement de la morphologie (déclinaisons, conjugaisons) de la langue, et s’il y a de la complexité recréée par la suite, celle-ci n’est pas héritée de la langue de base du créole ;
  • une langue mixte est une langue dont le système linguistique combine des sous-systèmes de deux langues différentes ; les langues mixtes sont rares mais apparaissent typiquement dans des communautés à l’origine bilingues comme un marqueur d’identité de la nouvelle communauté, dont elle devient par la suite la langue maternelle;
  • une aire linguistique (Sprachbund) est un groupe de langues géographiquement voisines et qui partagent certains traits linguistiques dus au contact et non à la parenté ; ces traits sont le plus souvent structurels et typologiques (ordre des mots, certaines catégories grammaticales), même s’il peut aussi y avoir des emprunts de formes.

J.-P. Demoule cite ainsi les exemples du vietnamien, du yiddish ou de l’anglais, mais ces langues ne sont ni des créoles ni des langues mixtes. Il s’agit simplement de langues ayant emprunté de nombreux mots, et il est fondamental de bien distinguer ce genre cas des créoles et langues mixtes.

En effet, si le vietnamien a emprunté de nombreux mots au chinois, son vocabulaire de base reste austro-asiatique, et on y trouve des reliques de morphologie austro-asiatique (Ferlus 1977, Sidwell & Rau 2014). Le yiddish est un exemple encore plus clair : on y trouve un certain nombre d’emprunts à l’hébreu et au slave, mais la majorité de son lexique et sa morphologie dans son ensemble le classe sans ambiguïté parmi les langues germaniques (Kahn 2017). L’anglais, malgré ses emprunts nombreux au français et sa morphologie simplifiée, conserve notamment de la morphologie irrégulière d’origine germanique (Mugglestone 2012).

De même, les contacts au sein des aires linguistiques peuvent affecter l’ordre des mots ou les systèmes phonologiques mais épargnent dans leur ensemble le matériel morphologique (déclinaisons, conjugaisons). Le bulgare, le grec, l’albanais le turc n’ont pas fusionné dans l’aire linguistique des Balkans malgré des siècles de contacts. Ils s’agit de langues distinctes, et leur parenté d’origine est toujours aisément identifiable.

Ce genre d’influences dues au contact se retrouve à des degrés divers dans l’ensemble des langues du monde. Mais les véritables langues mixtes, au sens technique du terme, sont sans commune mesure avec les exemples ci-dessus. On peut citer l’exemple aujourd’hui bien connu du mitchif, une langue mixte mélangeant des noms et une grammaire nominale française avec des verbes et une grammaire verbale algonquienne cri (Bakker 1997) : la žyma: ki:-aja:w-e:w æ̃ pči pulæ̃ « la jument eut un petit poulain ».

Si J.-P. Demoule s’abstient de formuler une hypothèse claire, on peut interpréter ses allusions comme suggérant un modèle où les langues indo-européennes sont nées par créolisation ou mélange de langues. Mais ce genre d’hypothèse est totalement incompatible avec les faits attestés.

Les langues indo-européennes peuvent-elles avoir émergé par créolisation ?

Tout d’abord, les créoles se caractérisent par une perte ou une extrême simplification des conjugaisons et déclinaisons de la langue sur laquelle ils sont fondés. On voit mal dans ces conditions comment les systèmes complexes si caractéristiques des langues indo-européennes auraient pu se transmettre et se retrouver aujourd’hui dans la plupart des langues.

En effet, on peut reconstruire un système commun originel à 8 ou 9 cas (8 en sanskrit, 7 en hittite, 6 en latin, 5 en grec) pour les noms, avec des alternances complexes dans les voyelles et dans la position de l’accent, et pour les verbes un système encore plus complexe avec un marquage de la personne (1, 2, 3), du nombre (singulier, duel, pluriel), de la voix (active, moyenne), du mode (indicatif, impératif, subjonctif, optatif) et du temps (présent, aoriste, imparfait, parfait). Ce système commun est le mieux conservé en grec ancien et en sanskrit, mais on peut en trouver au moins des vestiges dans la plupart des langues, et l’on retrouve souvent des irrégularités communes. Les correspondances observées ne peuvent pas s’expliquer uniquement par le contact, encore moins par le hasard.

Par exemple, les langues indo-européennes ont des formes différentes pour le pronom personnel de première personne selon qu’il est sujet (nominatif) ou objet (accusatif). Mais dans les créoles, cette alternance morphologique est nivelée et ramenée à une forme unique :

  nominatif accusatif
sanskrit ahám mā́m
grec egṓ (ἐγώ) emé (ἐμέ)
latin ego
gotique ik mik
hittite ūk ammuk
vieux slave azŭ
lituanien àš manè
français je me
créole martiniquais mwen = mwen

De même, on peut comparer la conjugaison irrégulière du verbe « être » au présent dans les langues indo-européennes avec la forme unique invariable du créole martiniquais :

skt. grec latin gotique v.slave français cr.mart.
sing. 1 ásmi eimí (εἰμί) sum im jesmĭ suis
2 ási (εἶ) es is jesi es
3 ásti estí (ἐστί) est ist jestŭ est
plur. 1 smás esmén (ἐσμέν) sumus sijum jesmŭ sommes
2 sthá esté (ἐστέ) estis sijuþ jeste êtes
3 sánti eisí (εἰσί) sunt sind sǫtŭ sont

Si les langues indo-européennes étaient le fruit d’une créolisation, on ne s’attendrait pas à retrouver ce genre de morphologie irrégulière dans l’ensemble de la famille. Au contraire, ces alternances auraient du disparaître, comme c’est le cas dans les véritables créoles. Les seules langues indo-européennes ayant le profil de créoles sont… les créoles modernes (à base française, portugaise, anglaise, etc.).

Les langues indo-européennes sont-elles des langues mixtes?

Les langues mixtes sont des phénomènes rares, et il est assez peu probable qu’un véritable mélange de langues se soit produit à répétition dans les langues indo-européennes. En outre, selon ce scénario, on s’attendrait à trouver des langues avec un lexique indo-européen et une morphologie non-indo-européenne, ou l’inverse, ainsi que des langues avec une morphologie pour partie indo-européenne et pour partie d’origine autre.

Or ce n’est pas ce qu’on observe : dans les langues indo-européennes, les déclinaisons et conjugaisons sont dans leur ensemble indo-européennes, et les particularités de chaque langue s’expliquent en général par des simplifications et des ajouts à partir d’éléments eux-mêmes indo-européens. Par exemple, les conjugaisons du français viennent du latin, et les formes innovantes ne venant par directement du latin s’expliquent aussi comme étant de nouvelles combinaisons d’éléments latins, comme le futur qui est une ancienne périphrase avec l’infinitif suivi de habere « avoir » au présent. On ne distingue donc pas, à l’inverse du mitchif évoqué plus haut, plusieurs systèmes grammaticaux hétérogènes d’origine distinctes dans les langues indo-européennes.

À suivre…

Références

  • Bakker, Peter. 1997. A language of our own: The genesis of Michif, the mixed Cree-French language of the Canadian Métis. Oxford : Oxford University Press.
  • Bakker, Peter. 2017. Typology of mixed languages. In Aikhenvald, Alexandra Y. & Dixon, R. M. W. (éds.), The Cambridge handbook of linguistic typology, 217-253. Cambridge : Cambridge University Press. http://doi.org/10.1017/9781316135716.008.
  • Bakker, Peter & Matras, Yaron (éds.). 2013. Contact languages: A comprehensive guide. Berlin : De Gruyter Mouton. http://doi.org/10.1515/9781614513711.
  • Daval-Markussen, Aymeric & Bakker, Peter. 2017. Typology of creole languages. In Aikhenvald, Alexandra Y. & Dixon, R. M. W. (éds.), The Cambridge handbook of linguistic typology, 254-286. Cambridge: Cambridge University Press. http://doi.org/10.1017/9781316135716.009.
  • Demoule, Jean-Paul. 2014. Mais où sont passés les Indo-Européens? Le mythe d’origine de l’Occident. Paris : Seuil.
  • Demoule, Jean-Paul. 2015. L’arbre généalogique est un modèle inadéquat pour l’évolution des langues. Le Journal de l’UNIGE 108. 3. https://www.unige.ch/lejournal/files/6414/8941/7332/journal108_journal_web.pdf. Entretien.
  • Demoule, Jean-Paul. 2018. Indo-Européens (archéologie). In Encyclopædia Universalis. http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/indo-europeens.
  • Ferlus, Michel. 1977. L’infixe instrumental rn en khamou et sa trace en vietnamien. Cahiers de Linguistique Asie orientale 2(1). 51-55. http://doi.org/10.3406/clao.1977.1027.
  • Fortson, Benjamin W. IV. 2009. Indo-European language and culture: An introduction. 2e edn. Chichester : Wiley-Blackwell.
  • Kahn, Lily. 2017. Yiddish. In Kahn, Lily & Rubin, Aaron D. (éds.), Handbook of Jewish languages, 642-748. Leiden : Brill. http://doi.org/10.1163/9789004359543_025.
  • Matras, Yaron & Bakker, Peter (éd.). 2003. The mixed language debate: Theoretical and empirical advances. Berlin : Mouton de Gruyter. http://doi.org/10.1515/9783110197242.
  • Mugglestone, Lynda (éd.). 2012. The Oxford history of English. Édn mise à jour. Oxford : Oxford University Press.
  • Pinalie, Pierre & Bernabé, Jean. 1999. Grammaire du créole martiniquais en 50 leçons. Paris : L’Harmattan.
  • Sidwell, Paul & Rau, Felix. 2014. Austroasiatic comparative-historical reconstruction: An overview. In Jenny, Mathias & Sidwell, Paul (éds.), The handbook of Austro-Asiatic languages, vol. 1, 221-363. Leiden : Brill. http://doi.org/10.1163/9789004283572_005.
  • Velupillai, Viveka. 2015. Pidgins, creoles and mixed languages: An introduction. Amsterdam : John Benjamins. http://doi.org/10.1075/cll.48.
Ce billet peut être cité de la façon suivante: Thomas Pellard, « Indo-européen, contacts et mélanges (1) | Mais où sont passés les Indo-Européens? », Cipanglossia, 15 mai 2018, https://cipanglo.hypotheses.org/753.
  1. Voir également les critiques de Guillaume Jacques (1, 2, 3, et 4), Laurent Sagart (ici) et moi-même (Thomas Pellard, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7). []

2 réflexions au sujet de « Indo-européen, contacts et mélanges (1) | Mais où sont passés les Indo-Européens? »

  1. Etienne

    Ce qui rend encore moins vraisemblable -bon, en fait, franchement impossible-l’idée que la diffusion ou le contact langagier pourrait expliquer les ressemblances entre les langues indo-européennes, c’est le fait que ce sont les MÊMES lois/correspondances phonétiques qui s’appliquent au vocabulaire comme aux morphèmes désinentiels.

    Ainsi, comparons les formes « ási » (sanskrit) et « eî  » (grec ancien), « tu es ». Les deux formes remontent à une forme proto-indo-européenne commune: *esi. Or, les correspondances phonétiques (/s/ indo-européen disparaît en position intervocalique en grec, mais demeure intact en sanskrit: par contre, le /e/ indo-européen passe à /a/ en sanskrit, mais demeure intact en grec) sont rigoureusement les mêmes que celles qui touchent le vocabulaire et la majorité des autres désinences (nominales et verbales) grecques et sanskrites: qu’on compare le grec « nyos » « belle-fille » et le sanskrit snuṣā (même sens), qui remontent chacun à une forme indo-europeéenne *snusos: là aussi s’observe la chute du /s/ indo-européen en position intervocalique dans le passage au grec ancien, et sa conservation en sanskrit (en fait, sa conservation et son passage à ṣ, tout à fait régulier après /u/: cela fait partie de la loi dite de ruki).

    Pour la correspondance entre le /e/ en grec ancien et le /a/ en sanskrit, les exemples abondent: qu’on compare le grec « pente » et le sanskrit « pañca », « cinq »: tous les deux issus d’une forme indo-européenne *penkʷe (et, en passant, la correspondance entre le /c/ sanskrit et le /t/ grec est également régulière).

    Et malheureusement pour le professeur Demoule, la même chose est vraie pour TOUTES les langues indo-européennes, sans exception: *nulle part* ne trouve-t-on de langue indo-européenne dont la morphologie d’une part, et le lexique de l’autre, ne partagent pas un même ensemble de lois phonétiques les rattachant à l’indo-européen commun. Il faut donc supposer que vocabulaire et désinences, dans les différentes langues indo-européennes, ont la même origine. Ce qui *exclut tout à fait* tout scénario selon lequel les langues indo-européennes devraient à la créolisation ou au contact linguistique leur origine.

    Répondre
    1. David Marjanović

      une forme proto-indo-européenne commune: *esi.

      Plutôt *h₁esi. Bien sûr, le *h₁ n’a pas laissé de trace claire dans les formes du singulier; mais si on reconstruit le degré *e de la racine (que l’on s’attend au singulier) comme *h₁es- plutôt que *es-, le degré zéro (que l’on s’attend au pluriel) devient *h₁s- plutôt que *s-, et cela explique bien de choses !

      En particulier, avant la perte du *h₁ devant une autre consonne, le grec a inséré *e entre les deux; le phrygien, l’arménien et l’anatolien ont inséré *a. Voilà pourquoi « sont » en hittite se disait asanzi (*ti > zi /tsi/ étant régulier). En grec, on peut postuler *h₁sonti > *h₁esonti > *ehontsi > *eõsi > εἰσι /eːsi/ – seule la position de l’accent doit être analogique (aux autres formes du pluriel), tout le reste s’explique par des lois phonétiques.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.