Sur l’origine d’« indo-germanique » | Mais où sont passés les Indo-Européens ?

J.-P. Demoule, dans son ouvrage Mais où sont passés les Indo-Européens ? (2014),1 met en parallèle le développement des recherches sur l’indo-européen et celui du nationalisme allemand, avec en arrière-plan la récupération idéologique de travaux scientifiques. Il insiste ainsi à plusieurs reprises sur l’emploi en allemand du terme indogermanisch (« indo-germanique ») pour « indo-européen », qui trahirait les ambitions nationalistes inavouées des études indo-européennes. Or, il s’agit là d’une interprétation discutable des faits historiques.

« Indo-germanique », lapsus révélateur du chauvinisme allemand?

Alors que la plupart des langues utilisent un terme correspondant à « indo-européen », l’allemand est la seule langue à utiliser le terme « indo-germanique » (indogermanisch). Il serait tentant d’attribuer l’utilisation de ce terme « indo-germanique » au chauvinisme allemand, et il semble que ce soit là la position de J.-P. Demoule.

En effet, celui-ci voit un « désir secret contenu dans ce terme » (Demoule 2014 : 88) de « réappropriation » (Demoule 2014 : 39) du berceau de la famille indo-européenne, avec « son rapatriement progressif depuis l’Inde rêvée vers l’Europe, et finalement vers la Baltique, puisque “indo-européen” se dit en allemand indo-germanisch. » (Demoule 2014 : 39)

Pour J.-P. Demoule, ce terme serait empreint de chauvinisme dès le départ :

Désormais, il pouvait y avoir identité entre « germain » et « indo-européen », ce que le terme allemand pour « indo-européen », indo-germanisch, sous-entendait inconsciemment depuis toujours (Demoule 2014 : 88)

On peut néanmoins considérer qu’il s’agit là d’une simplification un peu hâtive des faits. En effet, le terme indogermanisch n’est pas une création allemande et n’est pas apparu dans le contexte du nationalisme allemand. On trouvera les éléments historiographiques pertinents dans Shapiro (1981), Koerner (1981), Auroux et al. (2000), Klein et al. (2017), que je résume ici en les complétant. Notons que J.-P. Demoule cite certaines de ces sources mais il ne semble pas avoir remis en perspective son interprétation par rapport à celles-ci.

Les origines d’« indo-germanique »

Avec le développement du comparatisme au XIXe s. apparaît le terme « indo-germanique », qui va remplacer les termes obsolètes de « japhétique » et de « scythe » ainsi que les longs composés énumérant toutes les branches de la famille.

Mais « indo-germanique » est une création française et non allemande. On le trouve en effet pour la première fois en 1810 sous la plume du géographe franco-danois Conrad Malte-Brun (1775–1826) :

Nous nommerons en premier lieu la famille des langues indo-germaniques, qui règnent depuis les bords du Gange jusqu’aux rivages de l’Islande. (Malte-Brun 1810 : 577)

On voit donc que ce terme n’a rien à voir avec un quelconque nationalisme, et surtout pas allemand. Il désigne simplement la famille par ses deux extrémités géographiques.

On retrouve le même genre de caractérisation chez Julius Klaproth (1783–1835), dont le célèbre ouvrage a sans doute contribué à populariser le terme indo(-)germanisch/Indo(-)germanen en allemand :

I. Indo-germanique.
Il s’agit de la branche la plus répandue au monde, car son habitat va de Ceylan, en passant par le front de l’Inde et de la Perse, à travers le Caucase, à l’Europe, continent qu’elle occupe presque complètement, jusqu’aux Shetlands, au Cap Nord et à l’Islande. (Klaproth 1823 : 42)

Il semble que ce terme était couramment compris de cette manière au XIXe siècle, comme on peut le voir par exemple ici (1837), ici (1864), ou encore ici (1876).

Les langues tokhariennes, parlées plus à l’Est, n’ont été découvertes que plus tard, ce qui explique qu’elles n’étaient pas été prises en compte dans le nom de la famille de langues. En revanche, il semble qu’il y ait eu un malentendu sur la limite occidentale de la famille. Malte-Brun (1810) et Klaproth (1823) évoquent clairement l’Islande, où une langue germanique est parlée depuis le IXe siècle, mais il semble que d’autres associaient « germanique » à la Germanie antique du continent et arguaient de la position plus occidentale des langues celtiques pour proposer à la place « indo-celtique » (ici, ou ici) en vertu du même principe géographique, ou pour soutenir « indo-européen », s’insurgeant parfois contre ce qu’ils percevaient comme être un chauvinisme allemand.

La concurrence avec « indo-européen »

Le terme « indo-germanique » est très tôt en concurrence avec « indo-européen », utilisé pour la première fois en 1813 par Thomas Young (1773–1829) :

Another ancient and extensive class of languages, united by a greater number of resemblances than can well be altogether accidental, may be denominated the Indoeuropean, comprehending the Indian, the West Asiatic, and almost all the European languages. (Young 1813 : 255)

Franz Bopp (1791–1867), un des fondateurs de la linguistique comparative, adopte dans la seconde édition de sa grammaire comparée ce terme d’« indo-européen » et motive son choix en faveur de ce dernier plutôt que d’« indo-germanique » :

Je donne le nom « d’indo-européenne » à la famille de langues dont le présent livre rassemble en un corps les membres les plus importants, à l’exception du rameau finnois, ainsi que du basque, que l’on ne peut rattacher à rien, et de l’idiome sémitique laissé par les Arabes dans l’île de Malte, toutes les langues de l’Europe appartiennent à cette famille. Je ne puis approuver l’expression « indo-germanique », ne voyant pas pourquoi l’on prendrait les Germains pour les représentants de tous les peuples de notre continent […]. [J]e me servirai du nom « d’indo-européen », qui a déjà reçu une certaine consécration de l’usage en France et en Angleterre. (Bopp 1857 : vol. 1, p. xxiv, traduction de Michel Bréal, 1866 : vol. 1 p. 21)

Mais ce point de vue de Bopp, exprimé tardivement (1857), resta sans écho en Allemagne. Les choses étaient déjà sans doute jouées suite à des publications renommées comme Asia polyglotta de J. Klaproth (1823) ou Etymologische Forschungen auf dem Gebiete der indogermanischen Sprachen (1833–1836) de August Friedrich Pott (1802–1887). Le terme d’« indo-européen » était par ailleurs critiqué du fait que toutes des langues d’Europe ne sont pas indo-européennes, et ce terme ne rend donc pas justice au basque, au finnois ou au hongrois.

En français, l’emploi du terme « indo(-)germanique » n’est pas rare au XIXe siècle. On peut s’en rendre compte, de manière grossière, par une recherche sur Gallica, qui retourne 989 sources contenant le terme au XIXe s. (contre 2078 pour « indo(-)européen »). Michel Bréal (1832–1915), élève et traducteur de Bopp, professeur de Saussure et Meillet, et grand développeur de la linguistique, notamment comparative, en France, a sans doute joué un rôle important dans la popularisation d’« indo-européen ».

Dans le monde anglophone, le célèbre cours de linguistique de Max Müller (1823–1900) employait le terme « Indo-European », même si l’auteur utilisait ailleurs « Aryan », et William Dwight Whitney (1827–1894) préconisait l’emploi de « Indo-European ».

Il faudrait peut-être prendre ici le problème à l’envers et rechercher aussi plus précisément les raisons qui ont fait préférer « indo-européen » à « indo-germanique » hors de l’Allemagne.

Que le nationalisme allemand ait joué un rôle particulier dans la popularité d’« indo-germanique » dans les travaux en allemand reste à démontrer sur la base d’éléments factuels. En tout cas, le nationalisme n’a joué aucun rôle dans la création de ce terme.

Références

  • Auroux, Sylvain & Koerner, E. F. K. & Niederehe, Hans-Josef & Versteegh, Kees (éds.). 2000-2006. History of the language sciences : An international handbook on the evolution of the study of language from the beginnings to the present. 3 vols. Berlin : De Gruyter.
  • Bopp, François. 1866-1875. Grammaire comparée des langues indo-européennes. Trad. par Bréal, Michel. 5 vols. Paris : Imprimerie impériale. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k86090v.
  • Bopp, Franz. 1857-1860. Vergleichende Grammatik des Sanskrit, Zend, Griechischen, Lateinischen, Litauischen, Gotischen und Deutschen. 2e edn. 3 vols. Berlin : Ferdinand Dümmler. http://books.google.com/books?id=YWUCAAAAQAAJ.
  • Demoule, Jean-Paul. 2014. Mais où sont passés les Indo-Européens? Le mythe d’origine de l’Occident. Paris : Seuil.
  • Klaproth, Julius. 1823. Asia polyglotta. Paris : A. Schubart. http://www.google.at/books?id=9AYf8GKl6d0C.
  • Klein, Jared & Joseph, Brian & Fritz, Matthias (éd.). 2017. Handbook of comparative and historical Indo-European linguistics. Vol. 1. Berlin : De Gruyter. http://doi.org/10.1515/9783110261288.
  • Koerner, Konrad. 1981. Observations on the sources, transmission, and meaning of ‘Indo-European’ and related terms in the development of linguistics. Indogermanische Forschungen 86. 1-29. http://doi.org/10.1515/9783110243284.1.
  • Malte-Brun, Conrad. 1810. Précis de la géographie universelle, ou description de toutes les parties du monde, sur un plan nouveau, d’après les grandes divisions naturelles du globe. Vol. 2 : Théorie générale de la géographie. 8 vols. Paris : Fr. Buisson. https://books.google.fr/books?id=rgixYPT8SO4C.
  • Pott, August Friedrich. 1833-1836. Etymologische Forschungen auf dem Gebiete der indogermanischen Sprachen : unter Berücksichtigung ihrer Hauptformen, Sanskrit, Zend-Persisch, Griechisch-Lateinisch, Littauisch-Slawisch, Germanisch und Keltisch. 2 vols. Lemgo : Meyer.
  • Shapiro, Fred R. 1981. On the origin of the term ‘Indo-Germanic’. Historiographia Linguistica 8(1). 165-170. http://doi.org/10.1075/hl.8.1.18sha.
  • Young, Thomas. 1813. Compte-rendu de Adelung, Johann Christoph, 1806-1812, Mithridates oder Allgemeine Sprachenkunde : mit dem Vater Unser als Sprachprobe in bey nahe fünfhundert Sprachen und Mundarten, 3 vols., Berlin : Vossischen Buchhandlung. Quarterly Review 10(19). 250-292.
Ce billet peut être cité de la façon suivante: Thomas Pellard, « Sur l’origine d’« indo-germanique » | Mais où sont passés les Indo-Européens ? », Cipanglossia, 14 avril 2018, https://cipanglo.hypotheses.org/736.
  1. Voir également les critiques de Guillaume Jacques (1, 2, 3, et 4), Laurent Sagart (ici) et moi-même (Thomas Pellard, 1, 2, 3, 45, 6). []

4 réflexions au sujet de « Sur l’origine d’« indo-germanique » | Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

  1. Etienne

    Monsieur Demoule-

    Vous écrivez, dans votre réponse ci-dessus, que « Mais au-delà de l’origine ponctuelle d’un terme, ce qui compte, c’est sa fortune historique, diverse selon les différents pays d’Europe. »

    C’est faux. En soi cela ne compte pas. Dans votre livre vous insistez sur les *motivations* ayant popularisé le terme « indo-germanique » dans le monde germanophone. Or, *même si* on démontrait que le terme était plus populaire en Europe germanophone qu’ailleurs en Europe, il n’en découlerait *aucunement* que cette plus grande popularité ne pourrait s’expliquer qu’en raison d’une sorte de nazisme (ante litteram) inconscient chez les chercheurs germanophones de l’époque. Ce serait là une simple possibilité (à explorer), et non une certitude.

    Le fait que le terme était compris comme géographique à l’origine, évidemment, rend moins vraisemblable votre thèse. Sans prouver qu’elle est fausse, certes: on pourrait très bien soutenir que, géographique à l’origine, le terme aurait ultérieurement pris un sens « ethnique », expliquant sa popularité en allemand. Et bien voici un argument contre cette possibilité:

    https://www.naob.no/ordbok/indogermansk

    La définition de « indogermansk », en norvégien, insiste sur son aspect géographique (pour ceux qui ne lisent pas le norvégien: « indogermansk » est un emprunt de l’allemand « indogermanisch », est un terme vieilli, et doit son nom à la géographie, la branche indienne (=indo-aryenne) étant la branche la plus orientale et la germanique la plus occidentale de l’indo-européen): tout à fait comme la définition d’origine de Malte-Brun.

    Or, le terme norvégien étant un emprunt à l’allemand (langue beaucoup plus largement connue que le français en Norvège -et partout en Scandinavie- à cette époque), l’identité de *sens* entre « indogermansk » et « indo-germanique » s’explique facilement si on suppose que la forme allemande, elle aussi, était comprise comme étant de nature géographique et non ethnique.

    Sans falsifier complètement votre thèse, disons que ce qui précède la rend fort invraisemblable. Oui, vous entends-je répondre, mais puisque l’on sait que l’indo-européen est un mythe…Monsieur Demoule, avant de répondre, je vous inviterais, vous encouragerais même, à examiner ce qu’est une pétition de principe (petitio principii, en version originale) et pourquoi elle constitue un danger pour tout chercheur qui se respecte.

    Répondre
  2. Jean-Paul Demoule

    Merci pour cette note critique, qui ne peut qu’enrichir le débat. J’avais bien mentionné que « le terme d’indo-germain aurait été attesté en premier chez le géographe français, né danois, Conrad Malte-Brun » (p. 88 de la 1ère édition), sans faire d’ailleurs d’hypothèse (peu vérifiable) sur le rôle des origines nationales de Malthe Conrad Bruun, exilé politique en France, quant à ce choix terminologique. Mais au-delà de l’origine ponctuelle d’un terme, ce qui compte, c’est sa fortune historique, diverse selon les différents pays d’Europe. Notons qu’en France au 19ème siècle, c’est le terme « Aryens » qui sera principalement utilisé dans les débats, sans doute parmi les plus fournis, sur cette question au sein de la Société d’Anthropologie de Paris. Pour le terme « Aryen », voir l’article très complet de Hans Siegert, « Zur Geschichte der Begriffe ‘Arier’ und ‘Arisch’ », Wörter und Sachen, NF 4, 1941-1942.

    Répondre
    1. Thomas Pellard Auteur de l’article

      Merci de ce commentaire. Je n’ai malheureusement pas trouvé en ligne l’article de Siegert. Koerner (1981) mentionne que le terme «aryen» était devenu très rarement employé en linguistique à la fin du XIXe siècle, devenant un terme à connotation exclusivement raciale.

      Répondre
  3. David Marjanović

    un « désir secret contenu dans ce terme »

    Ah. Des hypothèses en psychologie, impossibles à vérifier !

    se dit en allemand indo-germanisch. »

    En réalité sans tiret.

    Mais ce point de vue de Bopp, exprimé tardivement (1857), resta sans écho en Allemagne.

    Peut-être parce que, dans l’ellipse, Bopp a proposé « indo-classique » comme alternative encore meilleure (pour exprimer les similarités au sanscrit gardés par le latin et en particulier le grec) et suggéré que « sanscritique », utilisé par W. v. Humboldt et assez agréable à Bopp, gagnera peut-être la compétition au futur. Un avantage de « sanscritique » selon Bopp serait que ce nom « soulignerait non pas une nationalité, mais un caractéristique », apparemment le grammaire ‘mis en ordre’ de ce que Bopp a appellé « la famille de langues la plus parfaite ». Chauvinisme – oui, mais pas limité à la petite branche germanique !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *