Jiujitsu? jujitsu? jūjutsu?

Jiujitsu, jujitsu, jūjutsu… On voit le nom de cet art martial japonais orthographié de nombreuses manières différentes. Pourquoi? c’est la question que se posait l’étudiant en japonais que j’étais et qui commença en 2001 ou 2002 la pratique du jiu-jitsu brésilien, un dérivé de l’art japonais. En effet, en japonais le nom de cet art s’écrit 柔術, se qui se transcrit en caractères latins jūjutsu et se prononce à peu près en français «djouou-djoutsou». Les graphies jiujitsu et jujitsu, avec ou sans tiret, me semblaient donc erronées, et je mettais cela sur le compte du manque de familiarité de la plupart des pratiquants avec le japonais.

Cela m’était sorti de l’esprit jusqu’à il y a peu ou j’ai enfin compris l’origine de ces graphies au détour du visionnage d’une vidéo en ligne. L’explication est en fait à rechercher dans l’histoire de la langue japonaise et non dans une quelconque négligence de la part des non-Japonais.

Mettons de côté la présence ou non d’un trait d’union entre les deux syllabes, même si on peut dire qu’il est superflu. Pardonnons aussi l’absence de macron () ou d’accent circonflexe () dans la variante jujitsu pour noter que la voyelle est longue en japonais, ce genre de signe diacritique a tendance à disparaitre des transcriptions par les non-spécialistes. Restent deux anomalies:

  1. jiu au lieu de  dans la première syllabe, et
  2. jitsu au lieu de jutsu dans la deuxième.

Jiu pour 

Le nom de la discipline est un mot sino-japonais, de la même manière que le français possède de nombreux mots savants formés à l’époque moderne à partir de racines latines et grecques (téléphone, biologieautomobile, etc.). Il s’écrit donc en caractères chinois:  柔術, le premier caractère notant le mot «souple», le second «art, technique». Les dictionnaires modernes donnent comme lecture de ce mot jūjutsu, ce qu’ils notent じゅうじゅつ en kana, les signes japonais qui servent, entre autres, à écrire les mots qui ne sont pas d’origine chinoise.

Mais il faut savoir que la manière d’utiliser les kana, a été modifiée en 1946 (puis amendée en 1986) par une réforme orthographique. Avant 1946, la lecture de 柔術 s’orthographiait en fait じうじゅつ, ce qui se transcrirait jiujutsu, même si l’on prononçait jūjutsu depuis longtemps déjà.

On peut vérifier cette orthographe dans un dictionnaire de 1916:
上田万年・松井簡治 1916 『大日本国語辞典 第2巻く〜し』東京:金港堂書籍

Bref, le jiu de jiujitsu n’est que la translittération mécanique de l’orthographe japonaise d’avant-guerre. Cela n’a rien d’étonnant puisque la discipline s’est répandue hors du Japon justement au début du XXe siècle.

Jitsu pour jutsu

Les japonisants qui ont pris la peine de consulter le scan du dictionnaire mentionné ci-dessus auront pu constater que la seconde syllabe y est bien notée jutsu et non jitsu. Il ne s’agit donc pas ici d’un problème d’orthographe.

En fait, il faut savoir que les shu et les ju du japonais standard se prononcent respectivement shi et ji dans de nombreux dialectes, y compris dans le dialecte traditionnel de Tokyo (Shinjiku pour Shinjikushijitsu pour shujutsu «opération chirurgicale»).

Cette tendance est ancienne, et si elle semble être minoritaire aujourd’hui, elle était beaucoup plus répandue autrefois, Ainsi Aston écrit dans sa grammaire du japonais de 1904 (1ère édition 1872):

aston-depal
Aston, William G. 1904. A grammar of the Japanese written language (3rd ed.). London; Yokohama: Luzac & co; Lane, Crawford & co.

Tout ceci m’est revenu à l’esprit en visionnant la vidéo suivante:
https://www.youtube.com/watch?v=HtbE3QZWN94

Il s’agit d’un reportage sur une démonstration d’arts martiaux traditionnels (全国古武道各流大会) qui, d’après mes recherches, s’est déroulée en 1954 à Tokyo. On entend clairement le commentateur prononcer jūjitsu pour jūjutsu à la 10e minute de la vidéo:

これから竹内流の柔術、腰之廻
korekara Takenouchi-ryū no jūjitsu koshi no mawashi
« Et maintenant le jūjutsu de l’école Takenouchi, armes de ceinture (= petites armes)»

L’affichage à l’écran ne laisse aucun doute, il s’agit bien de jūjutsu, qui est prononcé jūjitsu. On entend d’ailleurs les commentateurs prononcer shiriken pour shuriken et jitsu pour jutsu à de nombreux autres endroits de la vidéo.

La prononciation jitsu devait en fait la prononciation courante populaire, et la prononciation savante jutsu n’a du s’imposer qu’après-guerre grâce à l’école et aux médias. Un peu comme en en français où le p de dompter ne se prononçait pas à l’origine mais s’est imposé dans la prononciation à cause de l’orthographe savante, ou bien dans le cas du double m de sommetgrammaireimmense, qui se prononçait comme un seul (comparer avec sonnetinnovation où l’on écrit une consonne double mais on la prononce comme une simple).

En conclusion

En conclusion, le nom du jūjutsu en dehors du Japon n’a finalement rien d’étrange mais ne fait que refléter la langue japonaise de l’époque où la discipline s’est exportée. Ceci illustre bien l’utilité des emprunts dans d’autres langues pour étudier les évolutions historiques d’une langue.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Thomas Pellard, « Jiujitsu? jujitsu? jūjutsu? », Cipanglossia, 28 mars 2016, https://cipanglo.hypotheses.org/72.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *