Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (6) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

J.-P. Demoule a bien voulu poster sur ce carnet ses réponses à certaines des critiques émises par Guillaume Jacques (1, 2, 3, et 4), Laurent Sagart (ici) et moi-même (Thomas Pellard, 1, 2, 3, 4 et 5) concernant son ouvrage de 2014 Mais où sont passés les Indo-Européens ? Le mythe d’origine de l’Occident. Je le remercie encore de sa participation à notre débat dans un esprit constructif, même si j’éprouve encore le besoin de manifester mes désaccords sur certains points.

Science et idéologie

  1. Je n’ai jamais écrit que les études indo-européennes étaient une production du nazisme. J’ai écrit que l’un des points d’aboutissement possibles, et historiquement attesté, du modèle d’un peuple originel unique et conquérant (Urvolk) – qui n’est lui-même que l’un des modèles explicatifs possibles – avait été le nazisme ainsi que ses descendants historiques actuels, dont la « Nouvelle Droite » française. Et je déconnecte totalement et clairement les idées politiques (fort diverses, sinon opposées) des différents auteurs, de leurs théories (Demoule 2018)

Malheureusement, l’évocation récurrente du racisme, du nazisme et de l’extrême-droite juxtaposée à celle de la grammaire comparée et des études indo-européennes dans l’ouvrage de 2014 tend à créer par glissement et amalgame une fausse association dans l’esprit du lecteur, qui peut en retirer l’impression que la recherche de parentés de langues et l’idée même d’indo-européen sont disqualifiées car suspectes idéologiquement, de dangereux mythes racistes à prétention scientifique.

Il suffit de voir certains articles dans les médias consacrés au travail de J.-P. Demoule:

  • «Indo-Européens, le peuple introuvable qui hante les fantasmes racistes» (Le Temps)
  • «Comment dit-on niakoué en indo-européen? Bamboula» [sic] (Siné Mensuel)
  • «Ils [les linguistes] ont refusé qu’elle [la famille indo-européenne] soit apparentée à d’autres familles de langues. On ne mélangeait pas Indo-Européens et métèques du temps de la colonisation!» (Siné Mensuel)
  • «Les Indo-Européens: réalité éclairante ou mythe dangereux» (France Culture)
  • «depuis son assimilation par l’idéologie nazie le concept d’indo-arianisme sent le soufre» (Blog Mediapart de V. Blouet)

On peut craindre qu’il soit désormais difficile de rectifier le malentendu et de faire comprendre au public que les recherches sur l’indo-européen et la parenté des langues ne sont pas des élucubrations pseudo-scientifiques dues à des groupuscules composés de fous dangereux mythomanes et nostalgiques du nazisme.

Pour citer J.-P. Demoule dans Le Temps, «[m]alheureusement, les modèles complexes se vendent plus difficilement que les explications simples», et cela s’applique au raccourcis et aux amalgames simplistes effectués par certains concernant les études indo-européennes. Et comme Stéphane François (2011) le rappelle, citant Pierre-André Taguieff et Maurice Olender, il faut se garder d’attribuer trop vite à un mouvement la récupération, la dérive et l’exploitation politique d’idées qui lui auraient échappées.

La clarification de J.-P. Demoule est donc ici plus que bienvenue et devrait peut-être figurer en avertissement de l’ouvrage. On aurait néanmoins préféré que l’auteur reconnût que le nazisme et autres récupérèrent en la travestissant l’idée de l’indo-européen, qu’ils en furent des dérives déformantes et non un «aboutissement», comme l’eugénisme fut une dérive de la théorie de l’évolution qui ne remet nullement en cause celle-ci.

Je note toutefois qu’en 1999, J.-P. Demoule écrivait dans Mauvais Temps 5:

le modèle indo-européen n’est pas neutre, et le nazisme, comme l’extrême droite en général, en sont le débouché naturel.
http://www.anti-rev.org/textes/Demoule99a

On ne peut manquer de s’interroger: «le débouché naturel» ou seulement «un des points d’aboutissements possibles»? S’agit-il là d’une erreur de formulation passée au travers de la relecture ou d’un changement réel de position?

Ce que moi comme d’autres reprochons à J.-P. Demoule, ce n’est pas d’avoir rappelé la récupération des études indo-européennes par des idéologies d’extrême-droite, un sujet déjà abondamment traité dans la littérature historiographique et bien connu des linguistes eux-mêmes. J.-P. Demoule rappelle à juste titre dans son ouvrage le devoir de prudence et de vigilance des scientifiques, on aurait donc aimé qu’il appliquât consciencieusement lui-même ces principes afin de prévenir les amalgames pouvant jeter l’opprobre sur toute un domaine de recherches.

De la réalité de la famille indo-européenne et des Indo-Européens

3. Je n’ai jamais écrit que les études indo-européennes seraient un pur fantasme et les indo-européanistes des imposteurs, ni que la grammaire comparée (dans sa version néo-grammairienne stricte comme dans ses formes plus contemporaines) serait vide de sens (Demoule 2018)

Effectivement, je confirme que J.-P. Demoule ne nie dans ses écrits pas la parenté des langues indo-européennes dans son ouvrage ni ailleurs, à une exception près qu’il nous dit être une erreur de la part du responsable de la publication. Toutefois, on note le recours fréquent à des arguments sur la faiblesse des preuves de cette parenté et sur l’absence de consensus.

Parmi ces arguments, j’ai déjà évoqué et réfuté:

  • la mention d’une seule racine commune ( 1, 2);
  • le flou des laryngales (3);
  • l’invraisemblance totale du système reconstruit (3);
  • l’absence de mots anciens dans certaines langues (5);
  • l’existence de ressemblances comparables avec des langues non-indo-européennes (5).

L’ouvrage de J.-P. Demoule évoque en outre le manque d’accord sur la reconstruction (modèles glottaliques et autres), sur la méthode de reconstruction (sic), etc. J’aurai peut-être l’occasion de revenir sur ces sujets.

Pourquoi recourir à des arguments qui tendent à minimiser la proximité des langues indo-européennes si ce n’est pour jeter le doute sur la réalité de la parenté des langues indo-européennes?

Pourquoi souligner dans un entretien dans Le Temps

Ces ressemblances [entre langues indo-européennes] sont plus complexes – et beaucoup moins nombreuses – qu’on ne veut bien le dire.
https://www.letemps.ch/sciences/indoeuropeens-peuple-introuvable-hante-fantasmes-racistes

si ce n’est pour suggérer que l’hypothèse de cette parenté n’est pas si solide que ça? Pourquoi tenter de semer le doute si J.-P. Demoule ne doute pas lui-même de cette parenté?

Ce que j’écris est en réalité un peu plus subtil et compliqué que : « les indo-européanistes sont tous des nazis » et « les Indo-Européens n’ont jamais existé » (Demoule 2018)

Effectivement, ce résumé est simpliste et en partie contredit par les clarifications postées sur ce site. Je dis «en partie», car les Indo-Européens sont bel et bien qualifiés ci et là dans l’ouvrage et des entretiens de «mythe» ou de «fantômes» dont on a aucune trace, et la conclusion retenue par tous est qu’ils n’ont effectivement jamais existé.

Malentendus

15. J’estime en définitive que certaines lectures de mon livre reposent sur un malentendu de fond (Demoule 2018)

Comme expliqué ci-dessus, une mise au point s’avérait nécessaire, mais s’il y a eu malentendu, les torts sont à l’évidence partagés.

Que certains linguistes (je ne parle évidemment pas des idéologues d’extrême-droite, qui continuent à se manifester) se soient sentis à ce point agressés par mon livre relève sans doute plutôt de la sociologie des sciences. (Demoule 2018)

La réaction de ces linguistes, moi y compris, tient plus aux erreurs factuelles, à la fausse image donnée de notre discipline, de ses méthodes et de ses concepts, et au champ libre laissé aux amalgames avec des idéologies extrêmes et infamantes.

À suivre ici.

Références

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Thomas Pellard, « Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (6) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? » », Cipanglossia, 25 mars 2018, https://cipanglo.hypotheses.org/701.

Une réflexion au sujet de « Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (6) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? » »

  1. A.F

    C’est en effet intéressant de lire JP Demoule dans le texte.
    Je trouve que la « démarche » de JP Demoule à propos de l’indo-européen ou des Indo-Européens ressemble beaucoup à celle de M. Bernal avec Black Athena.
    Ce n’est pas une démarche authentiquement scientifique qui s’occupe des données concrètes, des méthodes, des théories, etc., comme l’est la linguistique historique elle-même.
    Sous couvert « d’historiographie » et de « sociologie des sciences », en fait, la « démarche » mise en oeuvre est une espèce de discours au second degré. Non pas réellement un discours sur quelque chose (comme peut l’être une discipline scientifique x ou y). Mais plutôt un commentaire sur le discours sur quelque chose. En l’occurrence, il s’agit d’un commentaire qui est malveillant. En clair, on peut qualifier cette « démarche » de calomnie. Il ne s’agit pas de décrire, mais de salir, en polluant le discours scientifique par un commentaire déformant.
    La « démarche » de M. Bernal visait à disqualifier l’approche classique de l’antiquité grecque en traitant de racistes et de colonialistes les universitaires compétents qui traitent de l’antiquité grecque. J’ai lu Bernal et j’ai été frappé (et frustré!) par l’absence de données concrètes. On est toujours dans une espèce de commentaire, jamais dans le matériau primaire. L’anathème par racisme à toutes les pages et jamais rien de très concret.
    La « démarche » de JP Demoule suit le même paradigme: ce n’est pas exactement une réduction ad Hitlerum pure et simple, mais plutôt une calomnie per Hitlerum, en clair: salir pour disqualifier.
    Personnellement, j’ai beaucoup de mal à accorder à M. Bernal ou JP Demoule le bénéfice de la bonne foi.
    La structure énonciative des textes produits, à savoir le commentaire malveillant et calomnieux sur un domaine, est le signifiant d’un signifié, en clair: l’intention de nuire à ce domaine et aux spécialistes du domaine, en les disqualifiant par anathème (nazi, raciste, etc.).
    Si certains journalistes comprennent « mal » ce que JP Demoule prétend avoir voulu dire, c’est peut-être qu’ils comprennent bien ce que JP Demoule n’a pas voulu dire clairement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.