[Billet invité] Réponses de Jean-Paul Demoule à propos des Indo-européens

Je remercie Thomas Pellard et Guillaume Jacques, auxquels s’est joint Laurent Sagart, de me donner l’occasion de répondre à leurs remarques et questions à propos de mon livre, et de préciser ainsi un certain nombre de points – en partie déjà évoqués de manière dispersée dans les commentaires de leurs deux blogs. Par ailleurs, quant aux comptes rendus dans des revues spécialisées, outre ceux, mentionnés, de Gérard Fussman et de Romain Garnier, il convient d’ajouter celui de Jean-Marie Pailler en 2016 dans Pallas – Revue d’études antiques (http://pallas.revues.org/3774). Préparant une petite suite au livre afin de répondre à l’ensemble des critiques, mais aussi de tenir compte des nouvelles recherches menées depuis 2014, je me bornerai ici à quelques brèves considérations :

  1. Je n’ai jamais écrit que les études indo-européennes étaient une production du nazisme. J’ai écrit que l’un des points d’aboutissement possibles, et historiquement attesté, du modèle d’un peuple originel unique et conquérant (Urvolk) – qui n’est lui-même que l’un des modèles explicatifs possibles – avait été le nazisme ainsi que ses descendants historiques actuels, dont la « Nouvelle Droite » française. Et je déconnecte totalement et clairement les idées politiques (fort diverses, sinon opposées) des différents auteurs, de leurs théories ; aucun des philologues allemands qui ont édifié la grammaire comparée tout au long du 19ème siècle n’étaient d’ailleurs engagés politiquement, pas plus que la plupart des linguistes du 20ème siècle. Mon travail étant historiographique, il était difficile de faire l’impasse sur l’idéologie « aryenne » et ses conséquences, qui n’occupent néanmoins qu’un dixième à peine du livre. Ces accusations sont venues immanquablement de l’extrême droite (ce dont par ailleurs je m’honore), qu’elles se soient exprimées dans la presse ou sur internet, signées ou bien courageusement anonymes (voir Amazon et différents forums ou pages facebook), et j’ai pris la peine au moins une fois de demander et d’obtenir un droit de réponse à ce sujet (dans la Nouvelle Revue d’Histoire).
  1. Symétriquement, je ne considère évidemment pas que toute critique portant sur mon livre viendrait automatiquement de l’extrême droite.
  1. Je n’ai jamais écrit que les études indo-européennes seraient un pur fantasme et les indo-européanistes des imposteurs, ni que la grammaire comparée (dans sa version néo-grammairienne stricte comme dans ses formes plus contemporaines) serait vide de sens – à une regrettable exception près, dont je me suis déjà expliqué. En effet, le texte de la tribune (de 3000 signes) que m’avait proposée la revue La Recherche il y a trois ans face à Romain Garnier commençait en réalité par la phrase « Comment expliquer l’existence de la famille des langues dites indo-européennes, clairement distincte de celle des langues sémitiques ou sino-tibétaines ? » – texte originel que je tiens à la disposition des (rares) historiographes que cela pourrait intéresser. La journaliste éditrice, voulant sans doute en rajouter dans la polémique, a inventé de toutes pièces la phrase : « je ne crois pas qu’il existe une famille de langues dites « indo-européennes » qui soit clairement distincte de celle des langues sémitiques ou sino-tibétaines », et que je n’ai jamais ni écrite, ni pensée. Et, honte à moi, pressé comme tout un chacun, je n’ai pas pris la peine de vérifier de près les épreuves. Mais on ne trouvera nulle part dans mon livre une telle affirmation.
  1. En revanche, je pense et j’ai écrit qu’entre l’Arbre (Stammbaum) stricto sensu et des ressemblances qui seraient purement aléatoires, toutes sortes d’intermédiaires possibles sont attestés dans la littérature savante. Et on m’a aussi bien reproché tout au contraire d’enfoncer des portes ouvertes, tout bon indo-européaniste étant censé savoir que l’Arbre est un modèle complètement dépassé – comme l’écrivait déjà Georges Mounin en 1967. Mais je n’ai jamais prétendu dans ce livre, n’étant pas linguiste, présenter un contre-modèle. Je me suis contenté, à l’usage du grand public, d’exposer dans la dernière partie du livre de nombreux exemples d’apparentements beaucoup plus complexes que le simple arbre comme, entre autres, les phénomènes aréaux ou de mélanges – « Es gibt keine völlig ungemischte Sprache » disait déjà Schuchardt en 1884. Les exemples tout récents donnés par Alexandre François dans le cas du Vanuatu, alors même que les migrations polynésiennes sont relativement bien attestées archéologiquement, de modèles beaucoup plus complexes que l’arbre vont dans le même sens. De même, pour les langues sémitiques, Lutz Edzard a soutenu d’autres formes d’apparentements. Et si Guillaume Jacques et Johann-Mattis viennent de mettre en ligne un article à paraître sur le thème « Save the Trees » (http://lingulist.de/documents/papers/jacques-list-2018-save-the-trees-draft.pdf), c’est bien parce qu’un débat existe sur ce point au sein des linguistes. Je n’ai fait que le relever.
  1. Les techniques phylogénétiques sont venues récemment enrichir la production de tels arbres, mais on n’y retrouve évidemment que ce que l’on y met. Ainsi, Russel Gray et Quentin Atkinson ont pu publier un arbre dont ils fixaient le départ il y a environ 9.000 ans, donc en accord avec l’hypothèse anatolienne liée à l’expansion néolithique – tandis que Will Chang et al. en proposaient un autre peu après, qui ne se développait qu’à partir d’il y a 6.000 ans, donc en accord avec l’hypothèse steppique. Je n’ai donc fait qu’exposer, à l’usage du public intéressé et non spécialisé, les débats actuels. Et je consacre, contrairement à ce qui a été écrit, tout un chapitre (le dix-neuvième) aux phénomènes d’emprunts, de contacts, de substrats, etc, non pas pour présenter « ma » solution, ce dont je me garde bien, mais pour expliquer le multiplicité de situations linguistiques, comme des débats.
  1. Quant à l’incarnation historique de ce phénomène linguistique, je n’ai donc pas d’avis, sinon qu’elle paraît être l’une des hypothèses possibles, sur la proposition de Laurent Sagart dans les commentaires du « post » de Guillaume Jacques, soit : «  une langue ancestrale, parlée par un groupe d’humains pas forcément très homogènes biologiquement, sans qualités morales particulières, dans une zone géographique relativement vaste, et qu’après leur essor démographique et leur dispersion pour des raisons qui restent à comprendre, leurs langues se soient diversifiées et aient subi des contacts linguistiques plus ou moins intenses les unes avec les autres, et avec les langues d’autres populations ». Carl Zimmer avait, entre autres, proposé le modèle du colluvies gentium à l’image des grandes migrations du Haut Moyen Âge, faites de mouvements de populations en perpétuelles recompositions, et avait évoqué les processus de créolisation.
  1. L’un des problèmes, si l’on pense par exemple à la culture russo-ukrainienne des Tombes à Fosse (Jamnaja kultura en russe), l’hypothèse dit « steppique », de nouveau très à la mode (mais de trois siècles d’âge), c’est que cette culture s’étendait quand même sur deux millions de kilomètres carrés, soit quatre fois la France actuelle. Comment aurait pu se former une langue originelle unique, dans ces sociétés villageoises protohistoriques dispersées sur une telle surface, ce n’est pas à moi de répondre, mais cela mériterait effectivement des collaborations plus étroites entre linguistes et archéologues – et aussi sans doute anthropologues sociaux et historiens.
  1. Venons en maintenant au nombre de racines du vocabulaire commun, pour lesquelles je me suis contenté de reprendre les décomptes de Bird, de Mallory & Adams, et de Marcantonio. Comme le rappellent Adams et Mallory, les trois-quarts des racines reconstruites ne sont attestées que dans six sous-familles, ou moins. Thomas Pellard explique fort bien les limites de ces décomptes. Ainsi, on peut parfaitement admettre qu’un certain nombre de langues indo-européennes soient mal connues, et qu’il faille donc les retirer de la liste. On peut de même parfaitement admettre que le vocabulaire ne cesse de se renouveler – c’est là-dessus que Morris Swadesh s’est fondé pour construire la glottochronologie, avec des risques de raisonnement circulaire. Cela montre simplement que le lexique est insuffisant pour définir une famille de langues, ce qu’affirmait déjà Meillet. Si j’ai néanmoins tenu à rappeler cet aspect, c’est que tout exposé sur les langues indo-européennes commence invariablement avec les similitudes et correspondances dans le nom du « père » et dans celui de la « mère », donc avec le lexique.
  1. Il aurait été effectivement intéressant d’avoir les mêmes types de décomptes statistiques sur la morphologie et la syntaxe, mais je n’en ai pas trouvé. Notons toutefois qu’un certain nombre d’arbres phylogénétiques et de classifications intègrent, en sus du vocabulaire, des traits morphologiques. C’est ce que fait par exemple Colin Masica dans son étude aréale, et de même Alfred Kroeber, dans le schéma en réseau qu’il a élaboré avec Douglas Chrétien, et qu’il oppose à un arbre simple.
  1. A propos de Troubetzkoy, je n’omets pas de mentionner que le savant russe s’exprimait également dans le cadre de l’idéologie « eurasiatique » comme l’a bien montré Patrick Sériot. Par ailleurs, Emile Benveniste a consacré une analyse de son article, rééditée dans ses Problèmes de linguistique générale, et dans lequel il le qualifie d’ « article suggestif et trop peu remarqué ».
  1. En matière de phonologie, je n’ai évidemment rien contre les laryngales. J’ai simplement noté que, alors même que leur postulat par Saussure et leur découverte dans le hittite étaient traditionnellement considérés comme une preuve de « prédictabilité », leur nombre n’était pas stabilisé, puisqu’il variait de une à dix selon les linguistes. Pour me répéter, en matière de linguistique, rien n’est de mon chef : je ne fais que rapporter ce qu’écrivent un certain nombre de linguistes crédibles.
  1. Je n’ai rien à dire de plus sur la paléontologie linguistique que ce que j’ai écrit en détail. Il est évident qu’elle doit « marcher » dans certains cas, mais qu’elle est souvent invérifiable, sinon circulaire. Je ne peux que souscrire à la position de Guillaume Jacques : « il est sans doute préférable que ce type de recherche soit effectué en équipe, combinant l’expertise de spécialistes de disciplines différentes ».
  1. Juste un mot sur la paléogénétique (biologique), car certains se sont précipités pour expliquer que désormais, depuis les analyses publiées en 2015 (Haack et al. ; Allentoft et al.), « tout était résolu » en faveur, justement, de l’hypothèse steppique. Sauf que, plus les analyses s’accumulent, plus la situation se complique. Ainsi la composante génétique dite steppique est maintenant mâtinée de caucasien (du Caucase) sinon d’anatolien. La culture campaniforme, uniforme au 3ème millénaire sur toute l’Europe occidentale et centrale, comprend pourtant au moins deux populations d’origine génétique entièrement différente. A l’autre bout du monde, on vient de montrer qu’en Océanie un courant d’immigration a adopté la langue de ceux qui étaient déjà là (McColl et al. 2018). Etant donné les enjeux (de capital symbolique et tout autant de budget), nos collègues généticiens ont souvent tendance à généraliser – même si on peut les comprendre. Cela ne disqualifie en rien la paléogénétique, dont je suis partie prenante pour d’autres programmes de recherche, mais doit appeler à la prudence. On doit en particulier prendre garde à ne pas assimiler « langue », « peuple » et « gènes », sauf à retomber dans les errements de la craniométrie du 19ème siècle.
  1. La question centrale est donc bien celle de comprendre historiquement (via l’archéologie) le phénomène qui a porté les langues indo-européennes. Comme je l’ai écrit, je ne pense pas qu’il s’agisse d’un événement unique, reposant sur ce qu’on peut appeler le « modèle kossinnien », mais au contraire de longs processus historiques, étalés sur plusieurs millénaires, et incluant aussi bien des phénomènes de diffusions, de mélanges, d’acculturations, de convergences, mais aussi de conquêtes.
  1. J’estime en définitive que certaines lectures de mon livre reposent sur un malentendu de fond, affirmant que je « cherche à discréditer les études indo-européennes » – sans parler de formules inutilement polémiques comme « attaques de principe », « imposture », « est obsédé par », « vitupère », etc, sans oublier l’inévitable procès en incompétence – même si Guillaume Jacques dénonce à juste titre toute «  polémique simplificatrice ». Que certains linguistes (je ne parle évidemment pas des idéologues d’extrême-droite, qui continuent à se manifester) se soient sentis à ce point agressés par mon livre relève sans doute plutôt de la sociologie des sciences. J’entretiens pourtant des discussions parfaitement sereines avec nombre de linguistes, d’opinions fort variées. Ce que j’écris est en réalité un peu plus subtil et compliqué que : « les indo-européanistes sont tous des nazis » et « les Indo-Européens n’ont jamais existé ». Mon propos est simplement, outre de faire l’historique de cette passionnante question, d’expliquer que l’état actuel des connaissances est éloigné de la vision simpliste, et toujours véhiculée, d’un peuple unique et conquérant parlant une langue entièrement reconstituée dans ses moindres détails. Peut-être cela mériterait-il moins d’anathèmes et plus de débats, sinon de collaborations, entre chercheurs. Du moins était-ce l’un des buts de mon livre, et ce à quoi appelaient ses dernières pages.

Références

Morten Allentoft, Sikora M., Sjögren K.-G. et al., « Bronze Age population genomics of Eurasia », Nature, 522, p. 167-172, 2015.

Emile Benveniste, « La classification des langues », In : Problèmes de linguistique générale, 1, Paris, Gallimard, p. 99-118, 1966.

Will Chang et al., « Ancestry-Constrained Phylogenetic Analysis sSupports the Indo-European Steppe Hypothesis », Language, 91-1, 2015 : https://www.linguisticsociety.org/sites/default/files/news/ChangEtAlPreprint.pdf

Jean-Paul Demoule, Mais où sont passés les Indo-Européens? Le mythe d’origine de l’Occident. Paris : Seuil, 2014.

Lutz Edzard L. 1998. Polygenesis, Convergence, and Entropy : an Alternative Model of Linguistic Evolution Applied to Semitic Linguistics, Wiesbaden, Harrassowitz.

Alexandre François , « Trees, Waves and Linkages: Models of Language Diversification », In : Claire Bowern & Bethwyn Evans (eds), The Routledge Handbook of Historical Linguistics. New York: Routledge, 161-189, 2014.

Russel Gray & Quentin D. Atkinson, « Language-tree Divergence Times Support the Anatolian Theory of Indo-European Origin », Nature. 426 (6965): 435–439, 2003 : doi:10.1038/nature02029

Wolfgang Haak et al. « Massive migration from the steppe is a source for Indo-European languages in Europe ». Nature, 522, p. 207–211, 2015.

Guillaume Jacques, « Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! », Panchronica, 08/03/2018, https://panchr.hypotheses.org/2145 (ISSN 2494-775X)

Guillaume Jacques, « Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (2) : la paléontologie linguistique », Panchronica, 15/03/2018, https://panchr.hypotheses.org/2160 (ISSN 2494-775X)

Guillaume Jacques & Johann-Mattis List, « Save the Trees : Why We Need Tree Models in Linguistic Reconstruction (and When We Should Apply Them), Journal of Historical Linguistics, 8, 2018 (à paraître) : https://www.academia.edu/30053026/Save_the_Trees_Why_we_need_tree_models_in_linguistic_reconstruction

Alfred Louis Kroeber, « Statistics, Indo-European, and Taxonomy », Language, 36-1, p. 1-21, 1960.

Hugh McColl et al., 2018, Ancient Genomics Reveals Four Prehistoric Migration Waves into Southeast Asia, BiorXiv : doi: https://doi.org/10.1101/278374

James Mallory & Douglas Q. Adams 2006. The Oxford Introduction to Proto-Indo- European and the Proto-Indo-European World. Oxford University Press, Oxford.

Angela Marcantonio, « Evidence that most Indo-European lexical reconstructions are artefacts of the linguistic method analysis ». In : A. Marcantonio (ed.), The Indo-European Language Family : Questions about its Status, Institute for the Study of Man, Washington, p. 10 : 1-46, 2009.

Colin Masica, Defining a Linguistic Area : South Asia, Chicago, Chicago University Press, 1976.

Thomas Pellard, « Ces Indo-Européens que J.-P. Demoule ne saurait voir (1) », Cipanglossia, 1 mars 2018, https://cipanglo.hypotheses.org/603.

Thomas Pellard, « Ces Indo-Européens que J.-P. Demoule ne saurait voir (2) », Cipanglossia, 5 mars 2018, https://cipanglo.hypotheses.org/624.

Thomas Pellard, « Ces Indo-Européens que J.-P. Demoule ne saurait voir (3) », Cipanglossia, 9 mars 2018, https://cipanglo.hypotheses.org/640.

Thomas Pellard, « Ces Indo-Européens que J.-P. Demoule ne saurait voir (4) », Cipanglossia, 17 mars 2018, https://cipanglo.hypotheses.org/657.

Laurent Sagart, « Jean-Paul Demoule et la linguistique historique, » in Sino-Tibetan-Austronesian, 17/03/2018, https://stan.hypotheses.org/186.

Stefan Zimmer, Ursprache, Urvolk und Indogermaniesierung : zur Methode der indogermanischen Altertumskunde, Innsbruck, Innsbrucker Beiträge zur Sprachwissenschaft, 1990.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Jean-Paul Demoule, « [Billet invité] Réponses de Jean-Paul Demoule à propos des Indo-européens », Cipanglossia, 19 mars 2018, https://cipanglo.hypotheses.org/689.

13 réflexions au sujet de « [Billet invité] Réponses de Jean-Paul Demoule à propos des Indo-européens »

  1. Laurent Sagart

    Le point 6 de la réponse de Jean-Paul Demoule répond à ma 3e question (sur le carnet de Guillaume Jacques), où je décrivais le groupe des locuteurs du Proto-Indo-Européen comme « pas forcément très homogènes biologiquement, sans qualités morales particulières ». Je demandais à J.-P. Demoule s’il pensait cela possible. En réponse, J.-P. Demoule écrit « Carl Zimmer avait, entre autres, proposé le modèle du colluvies gentium à l’image des grandes migrations du Haut Moyen Âge, faites de mouvements de populations en perpétuelles recompositions, et avait évoqué les processus de créolisation. »

    Cette réponse me rend perplexe. Je n’avais pas du tout en vue le résultat d’un brassage de populations au départ distinctes, ni des processus de créolisation. Je cherchais simplement, en bon uniformitarien que je suis, à décrire la population des locuteurs du PIE en termes de ce qui me semble être le cas habituel des populations de locuteurs de toute langue: une population plus ou moins homogène biologiquement (les généticiens savent mesurer cela) et sans qualités morales particulières, dans une certaine région. Le tout sans majuscules ni traduction allemande.

    Au vu de sa réponse, Jean-Paul Demoule semble penser que l’absence d’homogénéité biologique, ou de qualités morales particulières au sein d’un groupe humain parlant une langue donnée, ne sont pas ce que l’on attendrait normalement ; et qu’une telle situation doit s’expliquer par un « colluvies gentium », un mélange préalable de populations. Si c’est bien sa position, c’est là une position essentialiste avec laquelle je suis en désaccord profond, et avec moi, je crois, la grande majorité des linguistes historiques (y compris indo-européanistes) dans le monde.

    Je ne comprenais pas bien le lien dans le livre de J.-P. Demoule, entre entre la dénonciation de l’extrême-droite et la question de l’existence, ou de la non-existence, du Proto-Indo-Européen, question après tout fondamentalement linguistique et empirique. Le présupposé essentialiste que je perçois dans la réponse de Jean-Paul Demoule peut l’expliquer. Pour quelqu’un pensant que les populations de langues sont normalement biologiquement homogènes et dotées de qualités morales particulières, si le Proto-Indo-Européen avait existé comme langue réelle, alors il devrait exister une essence humaine indo-européenne, et comme les indo-européens ont réussi à imposer leurs langues sur une grande partie du globe, cela conduirait plus ou moins automatiquement à l’idée d’une supériorité indo-européenne. Au contraire, une Sprachbund, ou un colluvies gentium à l’origine de la famille, permettrait de maintenir l’existence de la famille sans impliquer une essence humaine indo-européenne supérieure.

    Répondre
    1. Etienne

      Le hic, avec le professeur Demoule, c’est que l’homme semble se méprendre sur ce que disent ses propres sources à un point tel que tout échange de points de vue ou d’idées devient une totale impossibilité. J’ai déjà eu l’occasion de montrer qu’il s’est trompé en ce qui concerne son interprétation des écrits d’Ernst Pulgram et de Troubetskoï. Eh bien, comme le dit le proverbe, jamais deux sans trois…

      Ainsi, la citation que reproduit Laurent Sagart ci-dessus:

      1-Il s’agit de STEFAN Zimmer, et non de Carl Zimmer (Au moins cite-t-il correctement le prénom dans sa bibliographie).

      2-Le modèle du « Colluvies gentium » n’est *pas* de Zimmer, mais d’un autre chercheur (que cite Zimmer), du nom de Wilhelm Emil Mühlmann.

      3-Ce modèle NE consiste PAS en des « mouvements de populations en perpétuelles recompositions », mais plutôt en *un petit noyau d’origine* de nomades qui pendant leur histoire et leur expansion en viennent à absorber et assimiler (y compris du point de vue linguistique!) différents groupes de marginaux sociaux issus de sociétés voisines. D’aucune façon ne pourrait-on voir en ce modèle une alternative au modèle classique d’une langue indo-européenne parlée (à l’origine) par un groupe donné sur un territoire (réduit!) donné.

      4-Le modèle est bien « à l’image des grandes migrations du Haut Moyen Âge »: Zimmer cite entre autres, comme situation comparable à celle qu’il postule, l’exemple des turcs…vous savez, ce groupe de nomades dont la langue d’origine a supplanté un très grand nombre d’autres langues en Eurasie…bref, exactement ce que nous linguistes postulons pour l’indo-européen quelques milliers d’années plus tôt.

      Si le professeur Demoule veut défendre l’idée que le « proto-turc » n’aurait jamais existé, libre à lui, mais disons que les turcologues risquent de trouver l’idée plus amusante que stimulante.

      5-Lorsqu’il (Zimmer) parle de créolisation il ne parle *pas* du processus ayant mené à la naissance des diverses langues indo-européennes mais à la genèse de la langue (pré)-proto-indo-européenne elle-même.

      J’invite les lecteurs qui croient que je noircis le tableau à consulter les articles d’origine (en teuton et en anglo-saxon modernes):

      http://www.academia.edu/2945175/1990_Ursprache_Urvolk_und_Indogermanisierung_Zur_Methode_der_Indogermanischen_Altertumskunde

      http://www.academia.edu/2945226/2003_The_Problem_of_Proto-Indo-European_Glottogenesis

      Bonne lecture à tous.

      Répondre
  2. Etienne

    J’invite tous les commentateurs à lire le dernier billet à ce propos de Laurent Sagart:

    https://stan.hypotheses.org/author/stan

    Ce sont ses deux derniers paragraphes, qui, je crois, offrent la solution aux difficultés de communication dont nous souffrons (le professseur Demoule d’une part, et nous les linguistes qui le critiquons de l’autre).

    (Hein? Quoi? Quelles difficultés de communication, diront certains…) 🙂

    Bon, soyons sérieux:

    Rasmussen 1999, que j’ai déjà cité, souligne que ce sont les archéologues au Danemark qui semblent prendre le plus au sérieux les écrits de Troubetskoï doutant de la réalité historique de l’indo-européen: Laurent Sagart offre (dans le billet ci-dessus) un lien à un débat opposant archéologues et linguistes sur l’origine des langues austronésiennes; et ça rappelle beaucoup le débat que nous venons tous de vivre.

    Je pense que je comprends maintenant pourquoi les archéologues, dont le professeur Demoule, éprouvent tant de difficultés à comprendre nos critiques.

    Voici pourquoi: l’archéologie étudie des éléments de culture matérielle, qui peuvent se transformer dans le temps et s’uniformiser sur un vaste territoire *sans qu’il faille postuler de migration(s) afin d’expliquer un tel changement*. Qui plus est, l’archéologie, de par la nature de ce qu’elle étudie, se doit d’avoir un biais anti-migratoire: puisque *tout* changement de culture matérielle peut s’expliquer par un réseau d’échanges comme par des migrations, le simple principe d’économie dicte que l’on s’en tienne à l’explication la plus simple: les échanges étant plus fréquents que les migrations, on préférera la première explication à la seconde.

    En ce sens l’archéologie est en quelque sorte le contraire de la génétique historique des populations, qui, elle, se doit de *toujours* postuler des migrations, et ce en raison, encore une fois, de la nature de ce qu’elle étudie: si on observe dans le temps l’expansion d’une population humaine au profil génétique bien défini (et bien distinct de ses voisins) d’un territoire réduit à un territoire plus vaste, il est impossible d’expliquer ce fait à moins de postuler des migrations.

    Or, la linguistique historique est à cheval entre la génétique des populations et l’archéologie. Encore une fois, en raison de la nature de ce qu’elle étudie. Lorsqu’elle étudie la diffusion de mots (au sein d’une même famille ou de plusieurs familles de langues, peu importe) elle se trouve dans la même situation que l’archéologie: les mots peuvent se diffuser via des échanges ou via des migrations, tout comme les objets matériels.

    Monsieur Demoule, et d’autres archéologues qui traitent de questions linguistiques, voient très bien cette ressemblance: et parce qu’en archéologie il n’est jamais licite (en raison de la nature de l’objet étudié, notons-le!) de postuler des migrations, ils en concluent que c’est également vrai en linguistique historique.

    Mais ce que ne perçoivent pas le professeur Demoule et ses semblables, c’est que cette ressemblance n’est que partielle. En effet, lorsque la linguistique historique examine une famille de langues telle que l’indo-européen ou l’austronésien, et non de simples mots isolés, elle examine quelque chose dont la transmission sur un vaste espace implique *nécessairement* un processus migratoire, et dans ces cas-là la linguistique historique rappelle plutôt la génétique des populations.

    Voilà pourquoi le professeur Demoule, je pense, ne semble pas comprendre les objections portant sur la notion de régularité des changements phonologiques, sur l’impossibilité que des langues s’influencent les unes les autres au point d’emprunter TOUTE leur morphologie nominale et verbale, y compris les irrégularités, sur le fait que nous pouvons distinguer mots empruntés et mots hérités dans les langues faisant partie d’une famille bien connue…il ne comprend pas ces notions, je pense, parce qu’elles ne correspondent à rien en archéologie.

    Qui plus est, il a tout intérêt à ne *pas* les comprendre, parce qu’étant donné que, lorsqu’elle étudie l’histoire d’une famille de langues, la linguistique historique *ne peut se passer* d’hypothèse migratoire, tandis que l’archéologie, elle, *préfère* la diffusion à la migration, il en découle logiquement que si, suite à diverses études interdisciplinaires, on établit qu’une aire culturelle préhistorique correspond au point de départ d’une famille linguistique donnée…eh bien, en ce cas, ce sera aux archéologues de s’ajuster et d’accepter la présence de migrations. Et non aux spécialistes de linguistique historique.

    Étant donné que son livre critique la linguistique historique et non l’archéologie, s’étonnera-t-on qu’il se refuse à accepter, voire même comprendre, des critiques qui l’obligeraient à repenser nombre de certitudes dans son propre domaine?

    Répondre
  3. Guillaume Jacques

    Je me joins à Thomas Pellard pour remercier J.-P. Demoule de ses réponses et de la tenue tout à fait correcte du débat. (Désolé si nos formulations ont pu parfois sembler un peu polémiques). Nous allons réagir point par point à chacune d’entre elles. Je tiens néanmoins à souligner que la réaction des linguistes ne relève pas de « la sociologie des sciences », mais est due aux nombreuses erreurs élémentaires en linguistique et en statistique qui se trouvent dans votre livre et dans d’autres publications, et qu’il nous semble nécessaire de relever et de corriger afin de contribuer à l’avancée du débat scientifique.

    Répondre
    1. Jean-Paul Demoule

      J’apprécie tout autant le fait que ce débat puisse être constructif. Ma remarque sur la sociologie des sciences ne portait pas sur le fond du débat, mais sur certaines de ses formes. A bientôt, donc.

      Répondre
  4. A.F

    Pt1 la notion de langue ou peuple « originel » est déjà en soi extrêmement problématique. L’indo-européen n’est pas une langue « originelle », mais l’objet linguistique directement accessible par la comparaison en termes de phonèmes, de racines, de morphèmes, de prosodie, etc. Cet objet PIE a lui aussi une histoire interne et des couches plus ou moins anciennes.
    Prétendre que l’indo-européen n’aurait pas lui-même une histoire et un ancêtre est totalement aberrant.
    Pt11 plusieurs linguistes tout à fait sérieux, Beekes, Lehmann, etc. ont proposé 4 laryngales et je crois qu’il en faut effectivement 4 pour gérer correctement le hittite, mais pas seulement le hittite, l’arménien et la tonogénèse du serbe également.
    Pt5 l’idée que le basque serait une survivance d’une famille imaginaire liée au Néolithique est absurde. Le basque n’a rien de néolithique, c’est une survivance paléo-européenne. Cette langue est loin de toutes les autres. Le caucasique, l’ouralien et l’indo-européen sont plus proches entre eux qu’aucun d’eux n’est proche du basque.

    Répondre
    1. David Marjanović

      Pt1 – oui, merci ! On a ici un autre problème de terminologie : il y a plusieurs sortes d' »origines ». L’état PIE accessible à la méthode comparative est le dernier état originel commun à toutes les langues IE attestées, mais il n’est pas du tout originel de n’importe quel autre point de vue. Et donc, il ne surprend pas que l’on voit très bien dans les données reconstruites que la loi de Szemerényi, par exemple, s’aie effectuée et puis arrêtée un peu avant l’état PIE.

      Pt11 – Lehmann, décédé en 2007, appartient déjà à l’histoire de la science. Une fois j’ai vu un vieux article de lui qui proposait une laryngale pour chaque problème, y compris à l’intérieur de la dialectologie allemande…

      Beekes aussi est décédé en 2017. Est-ce que c’est lui qui a proposé une *h₄ pour expliquer le mot hittite alpas, « nuage » ? Je demande parce que Beekes appartenait à l' »école de Leyde », qui essaie d’expliquer chaque des déjà rares occurrence du phonème *a par des laryngales. Au cas de ce mot alpas, on trouve dans des autres branches IE une racine signifiant « blanc » que l’on pourrait reconstruire au plan morphophonémique comme *albʰ-, *h₁albʰ- ou *h₂elbʰ-. Les « Leidénistes » en excluent les deux premiers à cause de leur *a, mais la troisième ne s’aligne pas avec le mot hittite, qui devrait dans ce case être **ḫalpas mais ne l’est pas. Je sais que quelqu’un – j’ai oublié si c’était Beekes – a proposé une *h₄ pour expliquer ce phénomène : *h₄ aurait changé *e en a tout comme *h₂, mais disparu en hittite (ou, au moins, ne s’écrivait pas avec les moyens limités de l’écriture cunéiforme), et on peut donc postuler *h₄elbʰ-.

      Des autres, bien sûr, défendent l’idée qu’il y avait bien un *a, bien que rare, en PIE (voire peut-être cette présentation donné à Leyde, dès le diapo 10); et quelqu’un a proposé que ce mot alpas serait un emprunt à une autre branche IE, donc on puisse postuler *h₂elbʰ- tout simplement. Malheureusement, là aussi je ne connais pas de détails.

      Il y a aussi eu des propositions qu’un postulé *h₄ pourrait expliquer des h en albanais ou arménien (apparemment pas les deux à la fois) qui ne semblent corresponder à rien dans les autres branches. Des autres ont proposé que *h₂ s’est préservé comme h en arménien en certains contextes que, moi, je ne connais pas.

      Pourquoi faut-il proposer *h₄ pour la tonogénèse balto-slave, qui ne distingue pas entre *h₁, *h₂ et *h₃ ?

      Mais en tout cas, le débat sur le nombre de « laryngales » s’est réduit de « de 0 à 10 » à « 3 ou 4 – ni 2 ni 5 ». Voilà, j’ose dire, du progrès.

      Pt5 : Je n’arrive pas à vous suivre. J’aurai peut-être du constater que je ne veux pas défendre l’hypothèse de Vennemann qui voit des toponymes parfois trop similaires au basque moderne, parfois composé de « racines » et « suffixes » peu soutenus partout en Europe de l’ouest.

      Le caucasique, l’ouralien et l’indo-européen sont plus proches entre eux qu’aucun d’eux n’est proche du basque.

      L’ouralien et l’IE, oui, mais le caucasique ? Le caucasique tient quelques similarités au IE, mais pas à l’ouralique, donc on penserait en premier aux contactes. Le basque, le caucasique et le burushaski, par contre, ont de la morphologie en commun (gros pdf) aussi bien que des mots liés à l’agriculture manquants du IE.

      Répondre
      1. Thomas Pellard

        Merci pour toutes ces remarques fort intéressantes, mais veillons à ne pas trop dériver de notre sujet: l’indo-européen et les critiques formulées par J.-P. Demoule.

        Répondre
  5. David Marjanović

    1.

    un peuple originel unique et conquérant (Urvolk)

    Urvolk veut bien dire « peuple d’origine », et c’est bien un singulier… mais l’on ne trouve aucune trace de « conquérant » dans ce mot. Bien sûr, à l’époque quand on utilisait ce mot dans des phrases comme « le peuple originel indogermanique », on pensait généralement qu’un « peuple », une « nation » et la totalité des gens qui parlent une langue comme langue maternelle étaient la même chose, et on pensait aussi que « le peuple » qui parlait la langue proto-IE aurait conquis un vaste territoire, mais le mot Urvolk peut s’appliquer tout simplement à tout « peuple originel », n’importe à quelle « origine » on pense.

    (L’allemand est ma langue maternelle.)

    4. En ce qui concerne l’arbre, une grande partie de la controverse est en effet une question de définition : qu’est-ce qu’on peut compter comme partie du modèle « arbre », et qu’est-ce qui en est dehors ? Donc, tout le monde est d’accord qu’une interprétation totalement stricte de l’arbre serait absurde, parce que la platitude de Schuchardt est bien vraie et il n’y a pas de langue (ou dialecte) sans emprunts ou autres influences externes quelque part dans son histoire. Au même temps, tout le monde est d’accord que la « théorie des ondes » plus ou moins proposée par Schuchardt et Troubetzkoï, selon laquelle chaque mot, chaque changement de sons et chaque caractéristique grammatical se répand un par un à travers le paysage, ne réussit pas à expliquer une grande partie des données que l’on observe : la distance linguistique n’est pas simplement fonction de la distance géographique, même si l’on prend compte des migrations, des expansions culturels etcetera. Si on veut un seul modèle pour modéliser le changement des langues, ce modèle doit être proche à un arbre. La plus grande partie du débat est terminologique : peut-on appeler un tel modèle « un arbre » ? Est-ce que l’appeler un arbre nous donnerait des mauvaises idées ?

    En effet, ce qui m’a frappé dans l’article d’Alexandre François, c’est que la forme de son « réseau » est si proche à un arbre. Ce n’est pas un arbre, bien entendu – mais presque.

    Souvent en histoire linguistique, on trouve qu’une grande partie des données trouvées dans une langue ou une famille de langues peut s’expliquer par un arbre stricte, bien qu’une autre partie n’y conforme pas. Dans cette situation, on a souvent pris la partie qui conforme à l’arbre comme « le cas normal » et « régulier », et le reste comme des « irrégularités » qu’il faut expliquer autrement. Au premier coup ceci ressemble à une décision idéologique. Or, comme l’a brièvement mentionné Guillaume Jacques, cette méthode a permis aux chercheurs d’identifier des couches d’emprunts ! Il y a, par exemple, dans la langue proto-germanique reconstituée des racines qui ont par exemple les consonnes et les significations que l’on s’attend dans une racine héritée du proto-IE, mais pas la bonne voyelle. On les interprète comme des emprunts celtiques (parfois identifiables comme gaulois) effectués avant le changement de sons appelé la loi de Grimm. En finnois, on a trouvé des couches et des couches d’emprunts venant de la lignée germanique en toutes étapes de bien avant l’état proto-germanique jusqu’au suédois contemporain.

    5.

    Russel[l] Gray et Quentin Atkinson ont pu publier un arbre dont ils fixaient le départ il y a environ 9.000 ans, donc en accord avec l’hypothèse anatolienne liée à l’expansion néolithique –

    Étant phylogénéticien en biologie, je peux expliquer qu’est-ce qui c’est passé ici: Gray & Atkinson ont codé la présence et absence de chaque racine comme un caractère à deux états, au lieu de coder chaque signification comme un caractère et la présence de chaque racine ayant cette signification comme un état de ce caractère. Ceci veut dire que le logiciel doit compter chaque remplacement d’une racine par une autre comme deux changements d’état : perte d’une racine dans un caractère, apparition de l’autre racine dans un autre caractère. Et donc, les branches de l’arbre qui résulte sont trop longs = contiennent trop de changements. Comme les dates de divergence se calculent à partir des longueurs des branches, elles étaient tout simplement trop vieilles dans le fameux article de Gray & Atkinson.

    Il est fort probable que l’introduction de l’agriculture en Europe, qui était liée à l’introduction d’autres traits culturels et aussi (selon les connaissances archéogénétiques des derniers cinq ans) à une immigration importante, était aussi l’introduction d’une famille de langues qui s’est répandue sur une grande partie du continent. Mais il semble clair maintenant que cette famille n’était pas l’IE. Probablement ce qui reste de cette famille aujourd’hui est plutôt, en bref, la langue basque.

    6.

    Carl Zimmer avait, entre autres, proposé le modèle du colluvies gentium à l’image des grandes migrations du [début du] Moyen Âge, faites de mouvements de populations en perpétuelles recompositions, et avait évoqué les processus de créolisation.

    Avertissement terminologique – ce que les linguistes appellent une langue créole, c’est ce qui se développe quand des enfants apprennent une langue pidgin comme langue maternelle. Une langue pidgin, c’est ce qui se développe quand des gens qui n’ont pas de langue en commun et ne peuvent pas (dans leur situation) en apprendre une apprennent quelques mots et une grammaire très réduite. Selon les circonstances historiques, les langues pidgins et créoles peuvent être très mixtes ou bien pas du tout ; le mot « créole » n’évoque pas, pour les linguistes, du mélange des langues, et la « créolisation » n’est que la genèse d’une langue créole, comme dans la phrase « le ‘Chinook Jargon’ est une langue pidgin qui s’est créolisé à Grand Ronde (Oregon) ou il est devenu la langue maternelle de la communauté ».

    Mais bien sûr : il y a eu toutes sortes de mélanges. Dans les langues IE d’Europe, on trouve une couche de mots liés à l’agriculture et à la nature que l’on ne peut pas interpréter comme hérités du proto-IE (à cause des sons qu’ils contiennent et/ou leurs longueurs qui ne sont pas cohérent avec la forme d’une racine IE avec ou sans des suffixes connus et/ou leur absence dans les branches anatoliennes et tokhariennes… et quelques-uns de ces mots on trouve aussi dans les langues berbères). Également, les génomes des gens actuels de la moitié ouest de l’Europe s’expliquent assez facilement comme des mélanges (à peu près 1 : 1 : 1) de ceux des chasseurs-cueilleurs-pêcheurs mésolithiques de la région, des agriculteurs néolithiques venus d’Anatolie, et des gens trouvés dans des tombes à fosse. En plus, dans la population actuelle, la contribution de ces derniers est la plus grande en… Estonie, où l’on parle une langue qui n’est pas IE mais ouralique. Certains pensent que la branche ouest de la famille ouralique s’est répandue avec le bronze, qui était encore inconnu aux cultures des Tombes à Fosse et de la Céramique cordée.

    7.

    Comment aurait pu se former une langue originelle unique, dans ces sociétés villageoises protohistoriques dispersées sur une telle surface […]

    Il est bien vrai que l’on ne trouve pas souvent une seule langue dans un territoire d’une telle taille, et que les linguistes historiques ne se sont pas toujours rendu compte de ce fait – pas seulement concernant les langues IE, mais aussi beaucoup d’autres. Mais dans ce cas-là, je ne trouve pas le problème tellement grave. La culture des Tombes à Fosse était plutôt nomadique, et pourvu de chevaux et voitures (…pour laquelle la langue proto-IE avait des mots qui ne semblent pas être des emprunts), donc les distances dans la steppe n’ont peut-être pas fait grand obstacle à la communication.

    8. + 9.

    tout exposé sur les langues indo-européennes commence invariablement avec les similitudes et correspondances dans le nom du « père » et dans celui de la « mère », donc avec le lexique.

    9. Il aurait été effectivement intéressant d’avoir les mêmes types de décomptes statistiques sur la morphologie et la syntaxe, mais je n’en ai pas trouvé.

    L’article « Langues indo-européennes » de la Wikipédia française ne contient même pas de telle comparaison, mais se perd complètement dans l’histoire de la recherche et dans la phylogénie. L’article allemand fait le même en moins de détail (et franchement moins de confusion). L’article russe est à peu près pareil. L’article anglais, finalement, présente ces mêmes sujets pendant quelques deux tiers de sa longueur avant de présenter ni « père » ni « mère », mais la morphologie verbale à l’exemple d’une seule racine: « je porte », « tu portes »…

    Le livre de Fortson (2004: Indo-European Language and Culture – An Introduction; Blackwell), fait pour des étudiants de la linguistique historique des langues IE, introduit la méthode comparative à partir des langues romanes, puis présente l’histoire de la recherche, et puis donne une exercice qui présente les nombres de 1 à 10 dans neuf langues et demande aux étudiants de décider lesquelles sont apparentées et d’expliquer pourquoi. Puis commence le deuxième chapitre, qui traite de la culture et archéologie. Dans le troisième chapitre on rencontre la phonologie, et là, au fond de la page 51, on trouve le premier exemple, le « pied ». Des autres exemples (« sécher », « cœur », « peigner », « qu(o)i »…) remplissent le reste du chapitre, jusqu’à la page 68. La « mère » apparaît sur les pages 60 et 61, le « père » je n’y trouve pas.

    Le livre de Meier-Brügger (traduction anglaise de la 8e édition, 2003: Indo-European Linguistics; de Gruyter) introduit comme premier exemple, sur la page 42, la « neige ». Puis, « être » devient un exemple (p. 47), suivi par « aller » (p. 48), puis « cheval » et « vite » (p. 56) comme « troisième et dernier exemple ». Après ce « dernier exemple », la « réputation » (racine « écouter » avec un suffixe) apparaît (p. 57), puis « chanter » (p. 59), puis le « front » (p. 60), puis une liste un peu plus longue qui contient le « seigneur » et la « dame » (p. 65 – 67). Le « père » et la « mère » apparaissent finalement sur les pages 83 et 84.

    Le livre de Ringe (2006: A History of English: From Proto-Indo-European to Proto-Germanic; Oxford University) n’essaie pas du tout de démontrer l’existence de la famille IE, mais la prend pour point de départ. La morphologie reconstruite, par contre, est présentée en tous ses détails.

    La syntaxe est difficile à reconstruire, assez difficile qu’il y aie maintenant un livre sur la syntaxe proto-germanique (George Walkden, 2014: Syntactic Reconstruction and Proto-Germanic, Oxford University) mais rien de comparable pour proto-IE. C’est parce que les langues à beaucoup de morphologie n’ont généralement pas beaucoup de syntaxe, et ce qu’il y a n’est pas rigide : il n’y en a pas besoin.

    11.

    En matière de phonologie, je n’ai évidemment rien contre les laryngales. J’ai simplement noté que, alors même que leur postulat par Saussure et leur découverte dans le hittite étaient traditionnellement considérés comme une preuve de « prédictabilité », leur nombre n’était pas stabilisé, puisqu’il variait de une à dix selon les linguistes. Pour me répéter, en matière de linguistique, rien n’est de mon chef : je ne fais que rapporter ce qu’écrivent un certain nombre de linguistes crédibles.

    Là il faut dire que très, très peu de linguistes on proposé un nombre de laryngales autre que trois dans les derniers trente ans. Tous les œuvres que je viens de citer présentent trois.

    S’il y a des controverses actuelles, il faut bien les rapporter ; mais il ne faut pas confondre la science avec son histoire.

    13.

    Ainsi la composante génétique dite steppique est maintenant mâtinée de caucasien (du Caucase) sinon d’anatolien.

    La composante steppique est un mélange moitié caucasien, moitié local (« chasseurs-cuilleurs de l’est »), selon E. R. Jones et al. (2015; DOI 10.1038/ncomms9912).

    La culture campaniforme, uniforme au 3ème millénaire sur toute l’Europe occidentale et centrale, comprend pourtant au moins deux populations d’origine génétique entièrement différente.

    Au nord des Pyrénées, on trouve une population évidemment descendue de celle qui portait la culture de la Céramique cordée; au sud, on trouve une population évidemment descendue directement de la population locale néolithique. Il semble donc que la culture a traversée la montagne sans migration majeure. Par contre, l’expansion de cette culture vers la Grande-Bretagne a accompagné une migration très importante. (I. Olalde et al. 2017; DOI 10.1101/135962)

    Répondre
    1. Guillaume Jacques

      Concernant notre débat avec Alexandre François et Siva Kalyan, il faut insister sur le fait que, derrière un habillage polémique, nos différences sont essentiellement terminologiques, en particulier la définition du mot « innovation », (pour ceux qui en on le courage, voir cette discussion): considère-t-on qu’une innovation a lieu à partir du moment où elle commence à se répandre dans la communauté des locuteurs, ou à partir du moment où elle s’est imposée à tous les locuteurs? Ces deux choix sont potentiellement intéressants, mais mènent à des résultats très différents sur le caractère arborescent ou non des données. Pour que le débat avance, il est donc crucial d’apporter rigueur et clarté à la terminologie et aux modèles, et non pas d’obscurcir la discussion avec des références vagues à des « modèles plus complexes ». Il faut aussi que les linguistes comparatistes se mettent aux méthodes phylogéniques et interagissent d’avantage avec les biologistes de l’évolution.

      Répondre
  6. A.F

    Ma première conclusion serait que les linguistes ne devraient pas sous-traiter à des archéologues plus ou moins (in)compétents et plus ou moins (im)partiaux le soin d’exposer des théories linguistiques.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.