Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (5) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

En plus des problèmes signalés dans les billets précédents (1, 2, 3, 2, 4) et par d’autres (ici, ici, ici, ici ou encore ici) J.-P. Demoule commet plusieurs contresens sur la méthodologie et le sens même de la linguistique comparative.

Le nom du chien et la preuve par l’absence

J.-P. Demoule, critiquant la méthode de la paléontologie linguistique, se demande :

Pourquoi la racine *kuwon pour le chien, l’animal domestiqué le plus anciennement, dès le Xe millénaire en Europe comme au Proche-Orient, n’est attestée ni dans les langues slaves, ni dans le hittite, ni en albanais ? (Demoule 2014 : 533)

Pourtant cet étymon est bel et bien attesté en Hittite (kuwan- « homme-chien »). Cette information figure dans les dictionnaires étymologiques courants (Mallory & Adams 1997 : 168, 2006 : 138, Wodtko et al. 2008 : 436). Mallory & Adams (2006 : 138), une des sources de J.-P. Demoule, précisent pourtant que « The word for ‘dog’, *k̂(u)wōn, is one of the most widely attested words in Indo-European ».

Concernant les langues slaves, les mots apparentés au russe súka « chienne » sont potentiellement cognats avec la racine indo-européenne, mais les avis des spécialistes divergent. Un cognat est en revanche bien attesté en balte (lituanien šuõ « chien »), l’autre branche du sous-groupe balto-slave.

Le cas de l’albanais est un peu particulier puisque, comme on l’a vu dans un billet précédent, cette langue a remplacé beaucoup de ses mots par des emprunts au latin, et l’absence d’une racine en albanais n’est donc jamais très instructif. Or ici c’est le cas : la racine indo-européenne pour « chien » est attestée dans le mot albanais qen ([cen]), mais c’est un emprunt au latin canis (Orel 1998). Ceci montre que les indo-européanistes savent reconnaître les emprunts des mots hérités, et que leur tâche est justement de distinguer les deux. Ici, on sait que le mot est un emprunt car les palatales comme celle de l’initiale de « chien » ne correspondent pas à un q- en albanais, mais à des dentales. On attendrait en fait ici un s- en albanais. (La phonologie historique de l’albanais est un sujet complexe, les spécialistes me corrigeront le cas échéant.)

Mais cet argument est de toute façon peu convaincant, puisqu’on ne peut rien dire de l’absence de telle ou telle racine particulière dans une langue, qui peut être due au simple hasard. Par exemple le français a perdu un bon nombre de racines latines pourtant attestées dans d’autres branches indo-européennes et dans d’autres langues romanes parfois. Cela ne remet pas en cause le fait que ces racines existaient bel et bien en latin et que les langues romanes, malgré leurs divergences, descendent bien du latin.

latin français latin français
cālı̄gō brume aliqui peu
oleō sentir vir homme
sciō savoir uxor femme
edō manger ōs bouche
multus beaucoup iecur foie

Ce qui peut être significatif c’est l’absence de mots apparentés pour tout un champ lexical. Si la probabilité de perdre une racine quelconque comme « chien » est élevée, la probabilité de perdre tous les mots relatifs à un champ lexical est faible. L’absence d’un lexique indo-européen commun spécialisé de l’agriculture (Garnier et al. 2017) est donc remarquable. La paléontologie linguistique prend ici tout son sens.

Parenté, hasard et contact : le cas du nom du bœuf

J.-P. Demoule s’interroge également sur le choix sélectif des mots et et des langues par les indo-européanistes, semblant insinuer que ces derniers retiennent uniquement les formes qu’ils veulent et ignorent à dessein les autres :

Et si la racine *gwou pour le bœuf est bien présente dans la plupart des langues indo-européennes, l’animal est également désigné par gu en sumérien, ngu ou gu en chinois, kuos en yakoute, g’w en égyptien ancien, et même ko au Soudan et ngome dans les langues bantoues. […] On invoquera tantôt des emprunts, tantôt une origine commune ; dans tous les cas, ces faits, et d’autres, compliquent le modèle (Demoule 2014 : 533)

Pourquoi le grec βοῦς (boûs), le sanskrit gáv-, l’anglais cow, etc., et pas le sumérien ou le chinois, etc. ? La réponse est simple et fait appel au principe de base de la linguistique historique : la régularité des correspondances phonétiques. En effet, c’est parce que les correspondances entre les formes du mot « bœuf » dans les langues indo-européennes sont confirmées par de nombreux autres mots qu’on peut affirmer qu’il ne s’agit pas de ressemblances dues au hasard. De telles correspondances récurrentes n’existent pas avec d’autres langues comme le chinois.

Observons par exemple comment la même correspondance de la consonne initiale du mot « bœuf » dans plusieurs langues indo-européennes se retrouve dans d’autres exemples, mais pas en chinois :

sanskrit grec tokharien B anglais chinois médiéval

g-

β- ([b]) k- c- ([k]) ? ? ?
« bœuf » gáv- βοῦς keu cow ngjuw
« aller, venir » gám- βαίνω käm- come loj
« lourd » gurú- βαρύς krā-mär drjowngX

L’équation sanskrit g- = grec β- ([b]) = tokharien k- = anglais c- ([k]) récurrente dans des séries d’exemples est une loi phonétique. De telles lois existent non seulement pour la consonne initiale mais aussi pour les autres consonnes et voyelles, mais elles demanderaient un exposé trop long pour être données ici, sans compter les détails de la morphologie des formes. C’est l’existence de telles lois qui permettent de dire qu’il ne s’agit pas de coïncidences. La probabilité de ressemblances fortuites n’est pas négligeable, mais la probabilité de trouver la même correspondance dans plusieurs mots à travers plusieurs langues est elle très faible.

En revanche, il est impossible de trouver de pareilles lois de correspondances entre les langues indo-européennes et le sumérien, le chinois, les langues bantoues, etc. Ce sont ces lois qui permettent de rapprocher le sanskrit gáv- du grec βοῦς plutôt que du sumérien ou du chinois, même si les formes de ces langues ressemblent plus à première vue à la forme sanskrite que la forme grecque. Les formes citées par J.-P. Demoule ne peuvent donc pas être jusqu’à preuve du contraire rattachées aux formes indo-européennes, et l’on doit les considérer comme des ressemblances dues au hasard.

Il faudrait également évoquer, en plus des correspondances phonétiques, les correspondances morphologiques du mot « bœuf » dans les langues indo-européennes, qui permettent de le rattacher à la catégorie originelle de déclinaison dite « athématique acrostatique ». Il en va de même bien sûr pour les autres étymons cités plus haut (« aller, venir », « lourd »).

Des mots basiques comme « aller, venir » ou « lourd » s’empruntent rarement, et il est peu plausible qu’ils aient été empruntés, qui plus est avec leur conjugaisons et déclinaisons complexes, entre langues indo-européennes. Et comme « bœuf » suit les mêmes correspondances phonétiques que ces mots, il n’y a pas de raison de penser qu’il s’agisse d’un emprunt, idée renforcée là encore par le fait que les déclinaisons de ce mot dans les langues indo-européennes correspondent.

Bref, on voit que J.-P. Demoule se méprend sur la méthode comparative des indo-européanistes : elle est infiniment plus complexe que l’image simpliste qu’il en donne. Il s’agit de comparer minutieusement des formes afin d’identifier des régularités même là où les ressemblances ne sont pas évidentes, ainsi que d’exclure le hasard et les emprunts.

Contrairement à l’insinuation de J.-P. Demoule, les indo-européanistes ne sélectionnent pas leurs comparaisons en fonction de leurs présupposés, mais en fonction de critères scientifiques et d’une méthode bien établie, avec pour objectif d’expliquer l’histoire des langues. On compare le sanskrit et le grec car leur comparaison permet de comprendre leur histoire, tandis que comparer le grec et le chinois ne mène globalement à rien. Il ne s’agit pas de juxtaposer dans un fourre-tout des formes superficiellement ressemblantes et de crier ensuite eurêka. Bien au contraire.

Que propose J.-P. Demoule comme alternative ? Tout comparer sans distinction, du chinois au bantou en passant par le sumérien et les langues australiennes ? Tout mettre dans le même sac en espérant que quelque chose en ressorte spontanément ? La pseudo-méthode fourre-tout qui compare tout et n’importe quoi sans faire dans le détail a été unanimement rejetée par les linguistes parce qu’elle est incapable aussi bien de différencier les ressemblances dues à la parenté de celles due aux emprunts et au hasard que d’identifier des parentés non-évidentes. Une telle façon de faire ne nous apprend rien sur l’histoire des langues.

Bref, la méthode dénigrée par J.-P. Demoule n’est qu’un homme de paille qui n’a rien à voir avec celle pratiquée par les linguistes comparatistes depuis le XIXe siècle.

À suivre ici.

Références

Demoule, Jean-Paul. 2014. Mais où sont passés les Indo-Européens ? Le mythe d’origine de l’Occident. Paris : Seuil.

Garnier, Romain & Sagart, Laurent & Sagot, Benoît. 2017. Milk and the Indo-Europeans. In Robbeets, Martine & Savelyev, Alexander (éd.), Language dispersal beyond farming, 291-311. Amsterdam : John Benjamins. http://doi.org/10.1075/z.215.13gar.

Mallory, James P. & Adams, Douglas Q. 1997. Encyclopedia of Indo-European culture. London : Fitzroy Dearborn.

Mallory, James P. & Adams, Douglas Q. 2006. The Oxford introduction to Proto-Indo-European and the Proto-Indo-European world. Oxford : Oxford University Press.

Orel, Vladimir. 1998. Albanian etymological dictionary. Leiden : Brill.

Wodtko, Dagmar S. & Irslinger, Britta & Schneider, Carolin. 2008. Nomina im Indogermanischen Lexikon. Heidelberg : Universitätsverlag Winter.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Thomas Pellard, « Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (5) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? » », Cipanglossia, 18 mars 2018, https://cipanglo.hypotheses.org/668.

4 réflexions au sujet de « Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (5) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? » »

  1. Etienne

    Un exemple beaucoup plus simple serait le mot « chien » dans le domaine roman: si je le comprends bien, le professeur Demoule accepte que les langues romanes descendent du latin et que le modèle arborescent est certainement vrai dans le cas des langues romanes. Soit. Or, si « chien » en français provient bel et bien du latin « canis », il existe au moins deux langues romanes, l’espagnol et le catalan, qui se servent de mots (« perro » en espagnol, « gos » en catalan) qui ne proviennent *pas* du mot latin « canis ».

    Si donc, dans le domaine roman, le fait que le terme de la proto-langue désignant le chien (« canis ») n’a pas survécu partout ne remet pas en cause la réalité de la relation génétique entre langues romanes, le fait que le mot indo-européen désignant ce même animal n’a pas lui non plus survécu dans toutes les langues indo-européennes ne constitue pas une objection valable à la thèse de la parenté génétique des langues indo-européennes.

    Notons d’ailleurs que, même si on ne disposait ni de données latines ni de données des langues romanes anciennes, on pourrait facilement prouver que l’ancêtre des langues romanes devait avoir un mot désignant le chien: et ce parce que, dans les langues qui possèdent des mots apparentés au mot français (italien « cane », portugais « cão « , roumain « câine »…) on pourrait facilement montrer que ces mots correspondent les uns aux autres d’après les mêmes lois phonétiques qui touchent le vocabulaire le plus fondamental et les morphèmes grammaticaux des langues romanes…bref, les éléments les moins vulnérables à l’emprunt.

    Répondre
  2. Jean-Paul Demoule

    Cher Thomas Pellard,

    Merci de votre commentaire.

    Concernant le chien, je me suis fondé sur le dictionnaire de Bird, qui ne mentionne ni l’albanais ni l’illyrien, et pas non plus le hittite, et qui met un point d’interrogation sur le slave.

    En revanche je ne vois pas bien sur quoi se fonde le « semblant insinuer que » me concernant. Je crains, comme je l’ai écrit, qu’une partie de la discussion en cours repose surtout sur un « ressenti ».

    Bien cordialement

    Jean-Paul Demoule

    Répondre
    1. Thomas Pellard Auteur de l’article

      Cher J.-P. Demoule,

      Vous n’ignorez pas que le travail de Bird s’appuie sur le dictionnaire de Pokorny, qui est aujourd’hui obsolète sur de nombreux aspects, et en fait l’était déjà au moment de sa parution. Comme je l’ai expliqué dans une billet précédent, il contient très peu de matériaux hittites et ne reflète pas les connaissances actuelles. Les spécialistes confirmeront, mais je crois qu’il vaut mieux utiliser en les recoupant les dictionnaires LIV, NIL et Mallory & Adams, voire les dictionnaires de la série de Leiden publiés chez Brill.

      Concernant «semble insinuer»: le verbe «semble» indique qu’il s’agit effectivement de mon ressenti. Néanmoins vous posez une question rhétorique que l’on pourrait reformuler comme «pourquoi comparer le grec avec le sanskrit et pas avec le chinois ou le sumérien puisque tous les mots pour boeuf se ressemblent plus ou moins?» Le lecteur comprend forcément qu’il n’y a pas de raison valable en fait, et donc que les indo-européanistes font comme bon leur semble en fonction de leur grille de lecture préétablie.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.