Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (4) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

J’ai depuis le premier billet sur le sujet fait l’acquisition d’un exemplaire de l’ouvrage de Bird (1982), la source de Demoule (2014) sur la distribution des racines indo-européennes, et je vous propose quelques données supplémentaires tirées de cet ouvrage.

Commençons par exclure les langues fragmentaires que sont le phrygien et l’illyrien, puisqu’on sait peu de choses d’elles et qu’il est donc logique qu’on n’y retrouve pas nombre de racines indo-européennes. On obtient alors non pas 1 mais 15 racines communes à l’ensemble des branches de la famille indo-européenne, puisque 14 racines sont attestées partout sauf dans ces langues fragmentaires.

En excluant également l’albanais, qui a renouvelé son lexique par des emprunts massifs, on obtient un total de 21 racines communes à toute la famille.

Bird (1982) est une analyse du dictionnaire de Pokorny (1959), qui prend en compte très peu de matériel tokharien et anatolien, alors que ces langues sont bien mieux connues aujourd’hui. On pourrait donc exclure également ces deux groupes mal représentés dans cette source et obtenir un total de 115 racines communes à toute la famille.

Enfin, si l’on accepte comme la majorité des spécialistes que l’indo-aryen et l’indo-iranien forment un groupe indo-iranien, et que le balte et le slave forment un groupe balto-slave, on obtient un total de 143 racines communes à toute la famille.

Un travail rigoureux devrait reprendre les données de manière critique car le dictionnaire de Pokorny (1959) est obsolète sur de nombreux points. Certaines racines et certains cognats devraient sans doute être écartés, et d’autres ajoutés. Il n’est malheureusement pas envisageable de s’acquitter de cette tâche sur ce carnet, ce serait un travail de spécialiste pour une publication scientifique. On ne peut que regretter que J.-P. Demoule se soit contenté de reprendre les chiffres bruts de Bird (1982) sans recul suffisant.

On pourrait d’ailleurs pousser le raisonnement de J.-P. Demoule plus loin pour se rendre compte de son inapplicabilité: l’attestation d’une racine en «germanique» par exemple ne signifie pas qu’elle soit attestée dans toutes les langues germaniques mortes et vivantes mais dans au moins une langue germanique. Il est donc probable que certaines racines de Pokorny (1959)  ne soient attestées que dans certaines langues germaniques. Selon le critère de J.-P. Demoule, cela devrait remettre en question leur statut de racines germaniques, voire de racines indo-européennes. En effet en quoi le manque d’attestation par exemple en anglais est-il fondamentalement différent du manque d’attestation en illyrien ou en albanais? On voit que ce critère devient inapplicable si on l’applique strictement: on s’attend logiquement (voir ici) à ce qu’aucune racine ne soit attestée dans la totalité des dizaines de langues indo-européennes mortes et vivantes.

Dans tous les cas, on est bien loin d’une seule racine commune à l’ensemble de la famille.

À suivre ici.

Références

Bird, Norman. 1982. The distribution of Indo-European root morphemes: A checklist for philologists. Wiesbaden : Otto Harrassowitz.

Demoule, Jean-Paul. 2014. Mais où sont passés les Indo-Européens? Le mythe d’origine de l’Occident. Paris : Seuil.

Pokorny, Julius. 1959-1969. Indogermanisches etymologisches Wörterbuch. 2 vols. Bern : Francke.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Thomas Pellard, « Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (4) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? » », Cipanglossia, 17 mars 2018, https://cipanglo.hypotheses.org/657.

4 réflexions au sujet de « Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (4) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? » »

  1. Xavier Delamarre (coéditeur de la revue de grammaire comparée Wékwos)

    Il s’agit bien de linguistique comparée, la poétologie en étant une branche dont un des aspects les plus complexes est la métrique comparée. Pour la métrique, une première synthèse avait été établie par Meillet en 1926, puis développée par Watkins (1963) pour le vieil-irlandais et Jakobson (1952) pour le slave. Il n’est pas question de développer cela ici (je tiens à la disposition de qui veut une bibliographie assez complète sur le sujet).
    La question qui se pose maintenant, et que ne semble pas avoir étudiée M. Demoule (mais c’est bien normal puisqu’il est archéologue) : est-il plausible que des familles linguistiques éloignées (Inde, Grèce) aient développée indépendamment un système métrique bien défini dont on trouve des traces en Irlande et en Russie ?

    – MEILLET, A. : ‘Les origines indo-européennes des mètres grecs’, Paris 1923.
    – JAKOBSON, R. : Studies in comparative Slavic metrics, ‘Oxford Slavonic Papers’ 3 (1952), 21-66.
    – WATKINS, C. : Indo-European Metrics and Archaic Irish Verse, Celtica 6 (1963), 194-249.
    – KURYLOWICZ, J. : The Quantitative Meter of Indo-European, in Cardona (ed.) ‘Indo-European and Indo-Europeans’, Philadelphie 1970, 421-430.
    – SUZUKI, S. : The Indo-European basis of Germanic alliterative verse, Lingua 75,1 (1988), 1-24.

    Répondre
    1. Thomas Pellard Auteur de l’article

      Vous avez raison, mes excuses, ceci fait bien partie de la linguistique comparative, même s’il n’en constitue pas le cœur mais l’interface avec la poétique et la littérature. Ce genre d’étude, à la différence de la grammaire comparée classique (phonologie, morphologie, lexique) n’existe pas concernant les langues du Japon, d’où mon manque de familiarité avec le sujet de la phraséologie indo-européenne.

      Répondre
  2. Xavier Delamarre (coéditeur de la revue de grammaire comparée Wékwos)

    Il me semble regrettable que soit passés sous silence dans la discussion, les résultats acquis dans le domaine de la « poétique » ou « phraséologie » qui confortent l’existence, non seulement d’une langue, mais de représentations culturelles du peuple qui parlait cette langue.
    La collocation de plusieurs termes, par ex. « gloire impérissable », « dieux donneurs de biens », « bipèdes et quadrupèdes » était déjà bien connue des comparatistes.
    Le corpus en a été fortement accru depuis 50 ans par des chercheurs comme Calvert Watkins (Oxford 1995), Enrico Campanile (nombreux articles), M.L. West (Oxford 2007) et tout récemment par la synthèse de Didier Calin (Paris 2017).
    Un exemple parmi tant d’autres : E. Campanile (1999) a explicité le sens et l’étymologie du latin ‘pontifex’, sur laquelle les anciens comme les modernes spéculaient, en en comparant le nom d’un prêtre védique pathi-kṛt- ‘faiseur de chemins’ et en montrant, par l’étude de son emploi dans les textes védiques, que les chemins en question sont ceux qu’empruntent les dieux pour venir assister au sacrifice. Est-il plausible qu’il s’agisse là d’une coincidence ou d’un emprunt ? J’ai moi-même proposé d’ajouter à cette équation des idionymes gaulois, en fait noms de fonction passés comme cognomina : Catamantaloedis (César, nom de prêtre), à comprendre *Canto-mantalo-(w)edis ‘qui mène sur les cent chemins’, réminiscent des śata-patha brahmaniques, les cent chemins de la sagesse’, ou Devontia (à Emona, CIL III 3863), à comprendre *Dēwo-(p)ontia ‘chemin des dieux’.
    Et, à propos de l’Aurore, le rituel de Māter Mātuta (Dumézil) ou l’historiographie de la Brigit irlandaise (Campanile), qui n’est compréhensible que par la théologie védique. Didier Calin, dans son récent dictionnaire, à ajouté de nombreuses correspondances aussi entre les chansons populaires lettonnes (les ‘dainas’) et le RigVeda. Coïncidence ? Emprunt, entre l’Inde et l’Irlande ? Entre l’Inde et la Baltique ? Totalement improbable.
    Il ne suffira pas de scruter les « options » politiques, comme dit M. Demoule de façon cauteleuse, des auteurs de ces découvertes pour évacuer l’hypothèse hautement probable d’un héritage commun.

    Bibliographie :
    WATKINS 1995 = Calvert Watkins, How to Kill a Dragon. Aspects of Indo-European Poetics. Oxford 1995.
    CAMPANILE 1999 = Enrico Campanile, Saggi di linguistica comparativa e ricostruzione culturale, Pisa-Roma,1999.
    WEST 2007 = M.L. West, Indo-European Poetry & Myth, Oxford 2007.
    CALIN 2017 = Didier Calin, Dictionary of Indo-European Poetic and Religious Themes, Les Cent Chemins, Paris 2017.
    Delamarre 2017 = Xavier Delamarre, Les noms des Gaulois (recueil d’articles), ch. 16 et ch. 33, Les Cent Chemins, Paris 2017.

    Répondre
    1. Thomas Pellard Auteur de l’article

      Merci pour ces remarques cher Xavier Delamarre. Vous aurez compris que je ne suis pas vraiment spécialiste de ces sujets indo-européens, je préfère donc ne pas les aborder et réserver mes remarques à ce que je connais mieux: la linguistique comparative. Mais tout ce que vous évoquez est en effet fort intéressant et devrait être discuté, mais je laisse le soin à d’autres de développer les critiques sur d’autres domaines.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.