Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (3) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.
(Molière, Tartuffe)

En plus d’arguments quantitatifs (faux et/ou fallacieux, voir les parties 1 et 2), J.-P. Demoule prétend que l’indo-européen reconstruit est un monstre à la fois flou et improbable.

Des reconstructions floues?

J.-P. Demoule cherche à discréditer la reconstruction de l’indo-européen en évoquant « le flou conféré par l’utilisation des laryngales, ces sons reconstitués et controversés » (Demoule 2014 : 515). On devine que J.-P. Demoule suggère que les laryngales sont un artifice rendant les reconstructions irréfutables et capables de tout expliquer, c’est à dire non-scientifiques selon l’épistémologie de Popper.

Le problème des laryngales est en fait un détail technique de la reconstruction de la phonologie de l’indo-européen, qui n’affecte en rien le cœur du corpus étymologique des racines indo-européennes. Pour simplifier, la majorité des indo-européanistes sont aujourd’hui d’accord pour reconstruire 3 laryngales, couramment notées de manière abstraite h₁, h₂ et h₃, à la place de certaines voyelles longues notamment, ceci afin avant tout d’expliquer certaines irrégularités dans les conjugaisons et déclinaisons. Il ne s’agit pas de « jokers » introduits pour permettre de rapprocher plus de formes en ajoutant de la latitude dans les reconstructions.

La théorie des laryngales a d’ailleurs été acceptée relativement tardivement, ce qui n’a pas empêché des générations d’indo-européanistes d’identifier des étymologies et de faire des avancées dans la reconstruction. Le célèbre indo-européaniste Antoine Meillet utilisait ainsi un système sans laryngale dans ses nombreuses contributions à la reconstruction de l’indo-européen (Meillet 1903). Notons également que J.-P. Demoule semble ignorer que sa source principale sur les racines indo-européennes (Bird 1982) reprend le corpus étymologique de Pokorny (1959), qui n’utilisait pas de laryngales!

De même l’argument sur « le fait que chaque racine admet plusieurs variantes » (p. 515), asséné sans exemple, est totalement fallacieux. Il suffit de se rappeler les variations d’une même racine comme œil : yeux, ou bien avoir : ont : aura : eu : ayant en français, ou bien la relation étymologique entre eau (< aquam) et évier (< aquārium) qui remontent à la même racine latine aqua, ou encore les séries dérivées comme prendre : comprendre : méprendre : surprendre : éprendre : entreprendre.

Les racines sont des abstractions posées sur la base de mots, mais évidemment les dérivations et flexions morphologiques de ces derniers font appel à des modifications de la racine : préfixation, suffixation, modification de la voyelle (ablaut), etc. C’est l’effet des accidents de l’histoire si l’on trouve dans des langues apparentées parfois seulement des mots dérivés de la même racine mais par des procédés différents.

Du réalisme de la reconstruction : l’indo-européen est-il plausible?

J.-P. Demoule insinue également que l’indo-européen est une vue de l’esprit puisque le système reconstruit serait totalement improbable du point de vue de ce que l’on sait de la typologie des langues du monde :

Les correspondances phonétiques entre langues sont moins en cause que leur interprétation dans les termes de la reconstruction – ou de la construction – de la langue primordiale. […] Il est facile de montrer, comme l’ont fait Jakobson ou Greenberg, que l’ensemble des phonèmes primordiaux ne correspond à aucune langue raisonnable, puisqu’on aboutit en général à une liste de cent vingt-cinq phonèmes, alors que la plupart des langues connues n’en ont guère plus de quelques dizaines… (Demoule 2014 : 510)

La prise en compte de la typologie des langues dans la reconstruction est en effet importante, mais on le sait depuis les néo-grammairiens du XIXe siècle, qui avaient déjà énoncé le principe uniformitaire selon lequel toutes les langues évoluent selon les même principes de tous temps. Le problème ici est que J.-P. Demoule produit un argument faux sur la base de citations mal interprétées.

En effet, la première référence concerne une réflexion théorique générale sur le rôle de la typologie dans la reconstruction. Jakobson (1958) y critique l’hypothèse, qui n’a jamais été largement acceptée, d’une voyelle unique en indo-européen,1 et le détail du phonétisme reconstruit des consonnes aspirées. La lecture de ce court texte (en ligne ici) suffit à convaincre que les remarques de Jakobson sont mineures et ne remettent pas en cause l’indo-européen.

La citation de Greenberg (1987) est elle complètement détournée :

However, a proto-language with, say, 125 phonemes is completely implausible on typological grounds. This shows in any case that if we are to consider a reconstruction proof relationship, we need tests for the plausibility of the reconstruction system, in which typological factors will figure prominently. (Greenberg 1987 : 12, https://books.google.fr/books?id=rdbEBricFRUC&pg=PA12)

Greenberg n’évoque pas du tout l’indo-européen, il prend un cas hypothétique et rappelle l’importance de la typologie des langues pour s’assurer de la plausibilité des  reconstructions.

La reconstruction classique de l’indo-européen ne comprend pas 125 phonèmes, il suffit d’ouvrir n’importe quel manuel d’introduction, comme ceux que cite J.-P. Demoule (Fortson 2009, Meier-Brügger 2010), pour s’en rendre compte. Le système classique comprend 25 consonnes (traditionnellement notées *p, *t, *k, *k̑, *kʷ, *b, *d, *g, *g̑, *gʷ, *bʰ, *dʰ, *gʰ, *g̑ʰ, *gʷʰ, *s, *l, *r, *m, *n, *i̯, *u̯, *h₁, *h₂, *h₃) et 3 voyelles (*a, *e, *o, les voyelles *i et *u étant considérées comme des variantes syllabiques de * et *) qui pouvaient être brèves ou longues, des nombres tout à fait banals tant pour les voyelles que pour les consonnes. Soit un total de 28 (ou 31 en comptant les voyelles longues) phonèmes, où sont donc les 97 phonèmes manquants pour arriver à 125? Nulle part sauf dans le domaine de l’imagination.

On peut critiquer la plausibilité plus ou moins grande de certains aspects de l’indo-européen reconstruit, et c’est l’objet de débats constructifs parmi les linguistes (voir Kümmel 2015 pour un bon exemple récent). Mais il convient de ne pas caricaturer les choses. Ce serait tomber dans la stratégie de l’homme de paille, un sophisme éculé.

À suivre ici.

Références

Bird, Norman. 1982. The distribution of Indo-European root morphemes: A checklist for philologists. Wiesbaden : Otto Harrassowitz.

Demoule, Jean-Paul. 2014. Mais où sont passés les Indo-Européens? Le mythe d’origine de l’Occident. Paris : Seuil.

Fortson, Benjamin W. IV. 2009. Indo-European language and culture: An introduction. 2e edn. Chichester : Wiley-Blackwell.

Greenberg, Joseph H. 1987. Language in the Americas. Stanford : Stanford University Press.

Jakobson, Roman. 1958. Typological studies and their contribution to historical comparative linguistics. In Sivertsen, Eva (éd.), Proceedings of the 8th International Congress of Linguists, 17-25. Oslo : Oslo University Press.

Kümmel, Martin. 2015. The role of typology in historical phonology. In Honeybone, Patrick & Salmons, Joseph (éd.), The Oxford handbook of historical phonology. Oxford : Oxford University Press.

Meier-Brügger, Michael. 2010. Indogermanische Sprachwissenschaft. 9e edn. Berlin.

Meillet, Antoine. 1903. Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes. Paris : Hachette. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k432937j.

Pokorny, Julius. 1959-1969. Indogermanisches etymologisches Wörterbuch. 2 vols. Bern : Francke.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Thomas Pellard, « Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (3) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? » », Cipanglossia, 9 mars 2018, https://cipanglo.hypotheses.org/640.
  1. Je fais ici référence non pas à l’alphaïsme pré-néo-grammairien, mais aux théories plus tardives. []

Une réflexion au sujet de « Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (3) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.