Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (1) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.
(Molière, Tartuffe)

Notes de lecture sur Demoule, Jean-Paul, 2014, Mais où sont passés les Indo-Européens? Le mythe d’origine de l’Occident, Paris: Seuil.

Bien que mon travail de recherche concerne principalement l’histoire des langues du Japon, je m’intéresse aussi à la linguistique historique des langues indo-européennes. En effet, les méthodes de la linguistique historique et comparative se sont développées avec l’étude de ces langues, si bien que des connaissances de base sur cette famille sont un ajout profitable à la culture scientifique de tout linguiste comparatiste.

C’est ainsi que j’assistai le 31 mars 2015 à une présentation critique sur l’indo-européen de Jean-Paul Demoule, professeur d’archéologie que je ne connaissais pas jusqu’alors. Je n’ai pas du tout été convaincu par ses critiques contre l’hypothèse communément admise sur la famille indo-européenne, et tous ceux présents se rappelleront que ses tentatives de réponses face aux contre-arguments des linguistes furent plus qu’évasives. Par la suite j’ai découvert que J.-P. Demoule jouissait d’une certaine notoriété auprès des médias et du grand public et qu’il venait de publier un livre sur les Indo-Européens.

La lecture du livre de J.-P. Demoule, Mais où sont passés les Indo-Européens?, fut dans un certain sens intéressante et instructive, à défaut d’être convaincante. L’auteur y reprend son idée développée depuis les années 1980 comme quoi, pour résumer, l’hypothèse traditionnelle d’une langue et d’un peuple indo-européens sont un mythe reposant sur une idéologie raciste ayant mené aux horreurs du nazisme. Ainsi, J.-P. Demoule se demande de manière rhétorique « [l]e nazisme n’aura-t-il été qu’une parenthèse monstrueuse et aberrante dans le déroulement normal, sinon irréprochable, des études indo-européennes? » (p. 202), et affirme dans ses conclusions que « [l]’exploitation passée ou actuelle, par des mouvements nationalistes et extrémistes, du modèle indo-européen canonique sous la forme d’un Peuple originel parti d’un Foyer originel, est le miroir grossissant des représentations idéologiques sous-tendues par ce modèle. » (p. 597)

Bref, il s’agit de toute évidence d’un livre à charge, et la juxtaposition récurrente des études indo-européennes et du nazisme me semble déplacée, mais je laisse à d’autres, ou à une autre occasion, le soin d’examiner les aspects historiographiques et le mode d’argumentation parfois plus idéologique et polémique que scientifique de cet ouvrage. Ce qui m’a choqué avant tout ce sont les erreurs dans le domaine de la linguistique. Soit, J.-P. Demoule est archéologue et non linguiste, mais vu que la question de la parenté des langues indo-européennes occupe une place centrale dans son argumentaire, on ne peut pas passer sous silence la gravité de ces erreurs.

Une seule racine commune en indo-européen?

Un argument avancé plusieurs fois par J.-P. Demoule contre la validité de l’hypothèse communément admise d’une famille de langues indo-européennes concerne le nombre de racines communes (cognats) à l’ensemble des branches de la famille. Selon l’auteur (p. 505, 513–515), parmi les environ 1500 ou 2000 racines reconstruites pour la langue indo-européenne ancestrale, une seule serait commune aux 14 branches de la famille :

(Demoule 2014 : 514)

Tout cela jetterait fortement le doute sur la réalité de ces reconstructions et d’une langue originelle ancestrale dont seraient dérivées les langues indo-européennes. Or, cet argument est doublement invalide puisqu’il s’appuie sur des données inexactes et qu’il est conceptuellement erroné.

Combien de racines communes à combien de langues?

Tout d’abord, J.-P. Demoule nous parle de 14 branches, mais c’est inexact. J.-P. Demoule cite le travail de Bird (1982), qui traite de 14 sous-groupes : 1. indo-aryen, 2. iranien 3. arménien 4. phrygien et dace 5. hellénique 6. illyrien, 7. albanais, 8. italique, 9. celtique, 10. germanique, 11. balte, 12. slave 13. tokharien 14. hittite. L’inclusion de ces 14 sous-groupes fait sens pour l’étude de Bird (1982) qui cherche à donner un maximum d’informations, mais elle est problématique pour la question que se pose J.-P. Demoule. En effet, il faut ici faire abstraction des langues mortes uniquement attestées de manière fragmentaire. Par exemple, le phrygien ne nous est connu que par quelques centaines d’inscriptions, et pour l’illyrien, c’est pire puisque nous ne disposons d’aucun texte (Mallory & Adams 2006 : 36–37). Aucune surprise qu’on n’y retrouve donc pas toutes les racines indo-européennes, c’est une question de bon sens.

Il est donc impératif de se concentrer sur les 12 groupes de langues bien attestées, à savoir : 1. anatolien (hittite), 2. indo-aryen, 3. iranien, 4. grec, 5. italique, 6. celtique, 7. germanique, 8. arménien, 9. tokharien, 10. balte, 11. slave, et 12. albanais. C’est exactement ce que proposent Mallory & Adams (2006 : 108, Table 7.1), qui indiquent qu’il existe non pas 1 mais 16 racines communes à tous ces 12 sous-groupes. Difficile de croire que J.-P. Demoule, qui cite (p. 514) pourtant le même ouvrage de Mallory & Adams (2006) et des données figurant sur la même page, n’ait pas pris le soin de comparer ses sources et de se documenter sur les langues indo-européennes, le cœur de son livre. Impossible d’imaginer qu’il n’a pas lu la légende de la Table 7.1 des 15 « cognats que l’on retrouve dans tous les groupes indo-européens majeurs » (https://books.google.fr/books?id=iNUSDAAAQBAJ&pg=PA108).

On peut encore rallonger la liste des cognats si l’on met l’albanais de côté, vu que les premiers documents de cette langue ne datent que du XVe siècle de notre ère et qu’une grande partie de son vocabulaire d’origine a été remplacé par des emprunts. Concernant l’albanais, J.-P. Demoule admet lui-même que « l’albanais ne contient que 10% de mots proprement albanais » (p. 574), or les calculs sur le partage des cognats excluent les emprunts. Il n’est donc pas surprenant qu’on ne retrouve pas en albanais un certain nombre de racines attestées partout ailleurs en indo-européen.

En outre, si l’on admet comme la plupart des spécialistes aujourd’hui que les branches indo-aryenne et iranienne d’une part, et balte et slave d’autre part forment en fait respectivement une branche indo-iranienne et une branche balto-slave, et qu’on a donc 9 branches au lieu de 12, alors le nombre de racines attestées dans toutes les branches augmente de plusieurs dizaines.

Par ailleurs en consultant rapidement quelques manuels et dictionnaires étymologiques modernes (Rix et al. 2001, Wodtko et al. 2008), et sans être pour autant spécialiste d’indo-européen, on trouve facilement d’autres racines communes à toutes les 9 branches en plus de celles citées par Mallory & Adams (2006). C’est le cas par exemple des racines « être », « connaître », « tuer, frapper » ou les pronoms interrogatifs « qui » et « quoi ». Et ceci sans compter les suffixes des conjugaisons et déclinaisons, qui ne sont pas des racines, mais que l’on retrouve dans l’ensemble des langues.

On est donc bien loin d’une unique racine sur laquelle l’hypothèse indo-européenne reposerait fragilement. Et il faut rappeler qu’il y a bien plus de racines communes dans chaque paire de branche. Ceci ressort clairement du travail de Bird (1982 : 119), pourtant cité par J.P. Demoule. Le grec partage ainsi 601 racines avec le celte, le celte 523 avec l’indo-aryen, l’indo-aryen 698 avec le germanique, etc. (données récoltées sur la version partielle de Google Books). Ces racines communes ne peuvent s’expliquer ni par le hasard ni par le contact, puisque certaines de ces langues n’ont jamais été en contact et que ces racines communes ne se trouvent pas toujours dans les langues intermédiaires géographiquement.

A suivre ici.

Références

Bird, Norman. 1982. The distribution of Indo-European root morphemes: A checklist for philologists. Wiesbaden : Otto Harrassowitz.

Demoule, Jean-Paul. 2014. Mais où sont passés les Indo-Européens? Le mythe d’origine de l’Occident. Paris : Seuil.

Mallory, James & Adams, Douglas Q. 2006. The Oxford introduction to Proto-Indo-European and the Proto-Indo-European world. Oxford : Oxford University Press.

Rix, Helmut & Kümmel, Martin & Zehnder, Thomas & Lipp, Reiner & Schirmer, Brigitte. 2001. Lexikon der indogermanischen Verben: Die Wurzeln und ihre Primärstammbildungen. Wiesbaden : Reichert.

Wodtko, Dagmar S. & Irslinger, Britta & Schneider, Carolin. 2008. Nomina im Indogermanischen Lexikon. Heidelberg : Universitätsverlag Winter.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Thomas Pellard, « Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (1) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? » », Cipanglossia, 1 mars 2018, https://cipanglo.hypotheses.org/603.

15 réflexions au sujet de « Ces Indo-Européens que Jean-Paul Demoule ne saurait voir (1) | « Mais où sont passés les Indo-Européens ? » »

  1. Pierre

    Remerciements à Cinpanglossia

    Je tiens à remercier votre carnet pour cette discussion : j’ai visionné par pur hasard la conférence du 15 octobre 2015 de M. Demoule, mise en ligne par l’UNIGE l’an dernier. J’en ai été choqué. Votre discussion ma permis de mieux comprendre le contexte de cette attaque, qui m’a rapidement paru relever de la politique plus que de la science. Faussetés et amalgames inacceptables continuent donc de circuler… Aucunement spécialisé en études indo-européennes, aucunement Européen — je suis Québécois –, diplômé de linguistique, la nature polémique des travaux de M. Demoule m’a sauté aux yeux : la caricature ne devrait pourtant trouver sa place dans quelque méthodologie scientifique que ce soit. On se pose naturellement des questions sur l’état des sciences (humaines et sociales?) en France après un tel spectacle. La nature franco-française de la charge crève les yeux : de vieux comptes à régler? M. Demoule apporte bien plusieurs arguments dignes d’être soulevés, voire débattus, mais leur mélange dans la caricature jette aussitôt le discrédit sur la bonne foi de l’auteur. M. Demoule aura beau jouer du style — on lui accordera sans problème –, pour la science et la rigueur on repassera. Il est dommage qu’une telle attitude doive mobiliser le travail honnête de spécialistes naturellement préoccupés par les dégâts à l’image de la linguistique comparative. Ce travail d’intimidation de M. Demoule profite tristement du rapport de force qui avantage POLITIQUEMENT sa discipline. Ce n’est pas à l’honneur de ce professeur. On le lira volontiers lorsqu’il aura laissé politique et salissage au vestiaire et ne s’occupera que de faits linguistiques ou d’historiographie. Toute l’attitude de M. Demoule dans cette conférence traduit une condescendance manifestée sans gêne aucune à l’égard de la linguistique. De mon point-de-vue nord-américain, l’attaque de M. Demoule constitue un spectacle désarmant. Pourquoi discuter quand la mauvaise foi est évidente? Je lève mon chapeau aux critiques qui ont pris la peine de faire le travail que l’auteur lui-même n’a pas pris la peine d’accomplir avant de publier. Pourtant, si on n’est pas linguiste soi-même, ne devrait-on pas redoubler de prudence et de rigueur? Pas quand on tient le gros bout du bâton, apparemment : vu l’accueil et la présentation qu’on lui faits à Genève, M. Demoule jouit d’une excellente réputation dans son domaine. Dans son domaine… Défis et misères des efforts transdisciplinaires!

    Répondre
  2. Ping : Indo-européen, contacts et mélanges (1) | Mais où sont passés les Indo-Européens? | Cipanglossia

  3. Ping : Jean-Paul Demoule et la linguistique historique | Sino-Tibetan-Austronesian

  4. A.F

    Prenons un exemple: en Asie on trouve une mâchoire avec une incisive, en Afrique une mâchoire avec une canine, en Europe une mâchoire avec une molaire.
    Conclusion d’après Demoule: nos ancêtres n’avaient pas de dent.
    Pour que ça compte, il faut que toutes les mâchoires aient toutes les dents.

    Répondre
  5. Jean-Paul Demoule

    Cher Thomas Pellard,

    Comme nous avons commencé à échanger sur un autre blog, mais toujours sur le même sujet (encore que Molière n’y était pas invoqué), je renvoie donc provisoirement les lectrices et lecteurs intéressés aux commentaires figurant déjà sur le blog de Guillaume Jacques : https://panchr.hypotheses.org/2145. Et je reviendrai bientôt ici même à propos de vos trois notes successives et de la manière de décompter les racines du vocabulaire commun indo-européen.

    D’ailleurs il est possible que cette manière de débattre un peu décousue sur deux blogs et plusieurs textes ne soit pas la plus efficace possible, et peut-être serait-il envisageable de procéder autrement.

    Bien cordialement
    Jean-Paul Demoule

    Répondre
    1. Thomas Pellard Auteur de l’article

      Cher J.-P. Demoule, merci de votre visite et de vos commentaires. je suis ouvert à toute suggestion pour aider et clarifier la discussion. Je crois que mon ami et collègue Guillaume jacques ne nous en voudra pas si nous basculons la discussion sur ce blog, son billet étant une réaction au mien.

      Concernant Molière, vous pardonnerez cette boutade, mais comme je l’ai écrit sur le blog de G. Jacques, votre livre nous a donné à moi et d’autres collègues linguistes l’impression que vous ne vouliez pas accepter l’hypothèse indo-européenne, d’une véracité évidente pour nous, notamment en raison des coupables conséquences de son détournement par le nazisme.

      Répondre
    2. Guillaume Jacques

      Cher monsieur,

      Je pense que la discussion sera sans doute plus utile et plus facile à suivre si vous répondez aux points spécifiques soulevés par chacun des billets écrit par Thomas Pellard sur ce blog.

      G. Jacques

      Répondre
        1. Thomas Pellard Auteur de l’article

          Cher J.-P. Demoule, si vous voulez développer une réponse détaillée, je peux aussi la mettre en ligne dans un billet «invité», ce serait peut-être plus lisible que dans les commentaires en bas de page. À vous de décider, vous pouvez m’envoyer votre réponse par courriel (thomas.pellard A cnrs.fr) si vous optez pour cette solution (je la mettrai en ligne telle quelle).

          Répondre
          1. Jean-Paul Demoule

            Cher Thomas Pellard,

            Oui, cela me semble une meilleure solution, et je vous en remercie. Je vous envoie ce texte dans le courant de la semaine.

            Bien cordialement

            Jean-Paul Demoule

  6. Ping : Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! | Panchronica

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.