Sur les lectures sino-japonaises fantômes

Les dictionnaires japonais de caractères chinois (kanwa jiten 漢和辞典) contiennent parfois des erreurs, ou plus précisément des extrapolations spéculatives. En particulier certaines lectures de caractères sont des fantômes, inventés par les éditeurs sur la base d’autres caractères de même prononciation ou de même rime ne chinois médiéval, la source du sino-japonais.

Je viens de recevoir les épreuves d’un chapitre de livre à paraître chez Brill d’ici la fin de l’année qui contient par ailleurs une contribution particulièrement intéressante de Sven Osterkamp concernant de nouvelles données sur le Japonais ancien d’après les tablettes de bois (mokkan 木簡) découvertes ces dernières années. Sans détailler tout le contenu du chapitre, dont je recommande vivement la lecture, celui-ci illustre par un bon exemple le danger des lectures sino-japonaises fantômes.

S. Osterkamp fait référence à une tablette du VIIIe siècle découverte en 2015 à Yamaguchi et sur laquelle est inscrit le mot chinois «pluie, pleuvoir» 雨 dont la glose en japonais ancien est notée phonétiquement 不路. Cette graphie a été interprétée comme devant se lire puru «pleuvoir» en Japonais ancien (moderne furu). Effectivement, on peut trouver dans les dictionnaires que 不 peut se lire en sino-japonais fu < pu et 路 ru ou ro.

Mais le problème est qu’en fait la lecture ru pour 路 n’existe pas! Dans ce cas précis, je ne sais pas où les déchiffreurs de la tablette ont trouvé cette lecture, puisqu’elle n’est pas attestée dans les dictionnaires courants. Certains caractères de même rime en Chinois médiéval ont effectivement une lecture avec un -u, et certains ont pu donc attribuer automatiquement une lecture ru à 路. Mais il n’existe aucun mot (≠ caractère) où 路 est prononcé ru dans les dictionnaires de référence, et dans les textes en Japonais ancien 路 ne note jamais la syllabe ru mais toujours ro₁. S. Osterkamp a donc raison de corriger la lecture puru 不路 en puro₁.

Cela est d’une grande importance car cette forme a un -o final et non pas un -u (cf.  les formes normales en Japonais ancien puru et moderne furu), comme certaines formes des poèmes dialectaux de l’Est du Man’yōshū. Ce -o final est donc certainement un archaïsme remontant à la proto-langue.

Il s’agit là donc d’une découverte capitale, mais qui aurait pu passer inaperçue à cause de lectures fantômes. Merci à Sven Osterkamp pour sa vigilance et sa perspicacité.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Thomas Pellard, « Sur les lectures sino-japonaises fantômes », Cipanglossia, 27 octobre 2017, http://cipanglo.hypotheses.org/587.

2 réflexions au sujet de « Sur les lectures sino-japonaises fantômes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *