Faire une thèse en sciences humaines avec LaTeX

Je viens de mettre en ligne le document de la formation LaTeX que j’assure à l’école doctorale de l’INALCO: https://hal.archives-ouvertes.fr/cel-01527916

Résumé : LaTeX est un puissant système d’édition de texte particulièrement bien adapté à la production de documents longs et complexes comme une thèse. Il permet notamment d’automatiser la création de la bibliographie, de la table des matières, des index, etc., de garantir la cohérence du style et de la numérotation des chapitres et sections, et d’avoir une mise en forme de qualité professionnelle. LaTeX permet de faire beaucoup plus de choses que les traitements de texte courants et permet également de créer soi-même de nouvelles commandes afin d’étendre ses fonctionnalités.

Ce cours s’adresse particulièrement aux étudiants en sciences humaines et à ceux qui ont à gérer des documents multilingues contenant des écritures complexes et ou rares.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Thomas Pellard, « Faire une thèse en sciences humaines avec LaTeX », Cipanglossia, 1 juin 2017, https://cipanglo.hypotheses.org/343.


6 réflexions au sujet de « Faire une thèse en sciences humaines avec LaTeX »

  1. Maïeul Rouquette

    Bonjour,

    merci pour ce travail.

    J’avoue être très surpris que vous formiez d’abord à bibtex et pas à biblatex + biber. Certes biber n’est pas toujours configuré dans les GUI, mais il est clairement plus puissant et plus souple que biblatex. En particulier, il propose nativement tout ce qui est séparés en plusieurs packages avec bibtex, et la possibilité de customiser facilement ses styles uniquement en commande LaTeX, plus simple que les .bst qui sont écrits en notation polonaises inversés.

    Un point aussi: les signets du PDF ne marche pas.

    Pour Windows, même si dans mon bouquin je conseille MikTeX, je pense que finalement TeXLive est plus pratique. L’experience me montre que souvent l’installation « à la volée » des packages par MikTeX est bloqué par l’antivirus, et les utilisateur·trice·s sont perdus.

    Répondre
    1. Thomas Pellard Auteur de l’article

      Merci pour ces remarques.

      Concernant, bibtex, je suis d’accord sur le fait que biblatex est sans doute préférable dans l’idéal, même s’il ne permet pas encore de rajouter et de traiter simplement la graphie originale des auteurs et titres pour les sources en écritures non-latines (bibtex non plus). La raison qui me fait privilégier bibtex est que, en dehors de la thèse, dans le cas d’un article soumis à une revue ou d’une contribution à un ouvrage collectif, certaines maisons d’édition acceptent le format LaTeX, mais pas avec biblatex. Et le fichier de bibliographie produit par biblatex n’est pas lisible par un humain et ne peut pas non plus être «bricolé» en cas d’urgence. Le fait que biblatex ne produise pas de fichier bbl standard comme ceux de bibtex est, à mon avis, une erreur grave dans sa conception.

      Concernant, les autres points, je vais regarder cela de plus près.

      Merci encore.

      Répondre
      1. Maïeul Rouquette

        Je ne connais aucune maison d’édition qui acceptent bibtex en SHS, heureux homme êtes vous.

        Le fichier .bbl est certes non standard, mais c’est tout simplement impossible, puisqu’il gère des fonctionnalités inexistantes dans bibtex. Du reste, il devient de facto standard à partir du moment où on considère biblatex comme la nouvelle norme :).

        Par contre je le trouve tout à fait lisible par un humain: c’est simplement une série de champs, plus ou moins sérialisé. La seule chose qui le rend difficillement modifiable « à la volée en urgence » (mais je ne vois AUCUNE raison de modifier en urgence plutôt que de passer une nouvelle fois biber) est la présence de checksum pour les noms d’auteur.

        J’avoue non plus ne pas comprendre le problème sur la graphie original des auteurs et titres. Si le problème est d’avoir plusieurs champs titre en fonction de la langue, je suis d’accord, cela n’est actuellement pas possible (il y a un ticket à ce sujet, mais l’auteur à l’air débordé). Mais c’est valable aussi pour des graphies en latins (ex: ouvrage avec un titre latin mais traduit en français). Par contre j’utilise abondamment des caractères grecs dans mes titres et nom d’auteurs…

        Répondre
        1. Thomas Pellard Auteur de l’article

          Dans le domaine des sciences du langage ce n’est pas la majorité mais ce n’est pas rare non plus. Brill, John Benjamins ou encore Elsevier acceptent le format LaTeX (cela dépend aussi de la revue). Malheureusement leurs distributions LaTeX ne sont pas forcément les plus récentes et ils sont souvent réticents à l’usage de packages trop récents ou originaux, notamment parce que les maisons d’édition en fait souvent convertissent les fichiers LaTeX vers un format qui leur est propre.

          Il est vrai que le fichier bbl est «lisible» mais il est incomparablement verbieux. Les fichiers produits pas bibtex sont tout de même plus facilement lisibles.

          Concernant les écritures, oui bien sûr on peut se débrouiller, mais on aimerait voir la gestion des graphies et des traductions dans des champs différents enfin prise en charge, comme expliqué ici (vous connaissez déjà ce problème visiblement). Pour l’instant, je suis obligé de recourir à des «bidouilles» personnelles en rajoutant du code à mon fichier bib et dans le document, ce qui n’est pas satisfaisant.

          Bref, j’utilise biblatex pour tous les documents dont je n’ai pas besoin de communiquer le code source ou une version modifiable, et bibtex pour le reste (la majorité malheureusement). Pour ne pas surcharger les étudiants qui découvrent LaTeX et tout un nouvel univers et pour qu’il n’aient pas de problèmes par la suite en dehors de la thèse, j’ai préféré jusqu’à présent les initier à bibtex. Je vais y réfléchir à nouveau pour la session de l’année prochaine.

          On me pose souvent la question de la compatibilité avec Zotero, y a-t-il des problèmes ou des avantages avec biblatex?

          Répondre
          1. Maïeul Rouquette

            Je comprend mieux. Pour ce qui concerne le multiplangage, y compris script, il y a un ticket ouvert ici

            https://github.com/plk/biblatex/issues/416

            Dans la mesure où la formation est pour préparer une thèse justement, il me semble que donner les outils les plus récents et les plus souples est une meilleur piste. Car en fonction des normes éditoriales en vigueur dans leurs disciplines, il sera très difficile de faire ce qu’ils veulent avec bibtex, et beaucoup plus simple avec biblatex. Par exemple la gestion de livre édité dans des livres en bibtex est complexe.

            Je n’utilise pas Zotero, mais on me dit qu’il faut utiliser le module https://github.com/retorquere/zotero-better-bibtex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *