Les langues indo-européennes : un paradigme alternatif existe-t-il vraiment ?

Paru en 2014, le livre de l’archéologue Jean-Paul Demoule Mais où sont passés les Indo-Européens ? continue bientôt 10 ans après à faire parler de lui dans les médias francophones. Il a semble-t-il réussi à semer de manière durable le doute sur le caractère scientifique des études indo-européennes et à faire croire à l’existence d’une controverse qui pourtant n’existe pas vraiment. Ce carnet de recherche a documenté à plusieurs reprises et de manière détaillée les erreurs, voire les caricatures, de cet ouvrage, ce qui a abouti à la publication d’un article scientifique en 2018 dans le Bulletin de la Société de Linguistique de Paris. Malheureusement, en novembre 2023 France Culture met à nouveau en avant les prétentions de cet ouvrage en se demandant Les Indo-Européens ont-ils vraiment existé ?

L’émission de France Culture se fait ainsi l’écho de la question rhétorique du livre de Demoule, et la réponse est bien sûr « non ». Elle a toutefois le mérite de mentionner l’existence de critiques et cite dans ses sources l’article de 2018 que j’ai écrit avec Guillaume Jacques et Laurent Sagart, mais elle suggère que nous nous sommes surtout indignés du discrédit jeté sur nos travaux. Pourtant, outre que les allégations de Demoule ne portent pas directement atteinte à nos travaux puisque ceux-ci ne concernent pas en majorité les langues indo-européennes, nous avions bien insisté dans notre article que « [n]ous rejet[i]ons le travail de Demoule (2014) avant tout sur la base de ses graves erreurs concernant la linguistique ». Aucune réponse n’a été apportée à la longue liste de ces erreurs qui invalide complètement les critiques de Demoule envers l’hypothèse standard d’une famille de langues indo-européennes remontant à un ancêtre commun.

Il est ensuite proposé une interprétation kuhnienne de nos échanges avec Demoule. Il est vrai que la discussion est difficile, notamment en raison de l’étendue des erreurs de Demoule que nous avons documentées, mais il est n’est pas justifié d’ériger les vagues suggestions de ce dernier au rang de paradigme alternatif de l’hypothèse standard. En effet, si Demoule semble suggérer « que les contacts prolongés » entre langues pourraient expliquer les correspondances entre langues indo-européennes sans avoir besoin de supposer l’existence d’un ancêtre commun, il ne propose (et se refuse à le faire, arguant qu’il n’est pas linguiste) aucune hypothèse concrète que l’on pourrait tester et discuter. La parenté des langues indo-européennes, qui n’a pas été découverte « [à] la fin du 18e siècle [par] un linguiste anglais », comme l’a pourtant bien documenté Demoule lui-même, est une hypothèse bien établie depuis plus de deux siècles qui fait l’objet d’un large consensus international. Son succès s’explique par le fait qu’elle seule permet d’expliquer les nombreuses correspondances entre ces langues et qu’elle a donné lieu à de nombreuses découvertes.

En outre, présenter les interrogations de Demoule comme un nouveau paradigme, c’est suggérer que celles-ci sont vouées à remplacer le paradigme standard actuel, surtout quand il est fait mention de l’idée que « les principaux progrès, dans le domaine des sciences, ne résultent pas des discussions rationnelles entre les savants, mais d’un changement de paradigme, souvent associé au renouvellement des générations de chercheurs ». Pourtant Demoule est aujourd’hui professeur émérite (retraité) et, presque 10 après la parution de son ouvrage, personne n’a repris et approfondi ses idées, tandis que mon co-auteur Guillaume Jacques et moi-même avons encore une longue carrière devant nous (Laurent Sagart est lui aussi émérite). En outre, selon Kuhn, les changements de paradigme scientifique répondent à une crise qui survient quand le paradigme existant échoue à résoudre des problèmes scientifiques. Or, il n’y a pas de telle crise en linguistique indo-européenne, et l’hypothèse standard reste fructueuse, tandis que les spéculations de Demoule n’ont pas permis de résoudre un quelconque problème ni même de mettre en évidence l’existence d’un problème impossible à résoudre par le paradigme existant. Les idées de Demoule n’ont donné lieu à aucune véritable hypothèse alternative ni à aucun travail de recherche sur les langues indo-européennes.

L’ouvrage de Demoule prétend ne faire que poser des questions, rapporter des controverses (inexistantes en fait), et pointer du doigt des problèmes (inventés) de l’hypothèse standard. Tout cela a cependant pour but de semer le doute et d’imprimer dans l’esprit du lecteur une idée alternative qui n’est que suggérée et jamais clairement énoncée, ce qui rend difficile toute discussion. Cela ne l’empêche pas pour autant de se présenter malgré tout comme une hypothèse révolutionnant les connaissances établies auxquelles s’accrocheraient les experts incapables de remettre en question le dogme officiel. C’est un narratif et une rhétorique désormais malheureusement communs, et il est dommage qu’une fois de plus les médias mettent sur un pied d’égalité d’une part les idées d’un chercheur certes reconnu mais isolé quand il s’exprime hors de son domaine de compétence, et d’autre part le consensus scientifique international autour d’une hypothèse qui a largement fait ses preuves.

Bibliographie

  • Bird, Alexander. 2022. Thomas Kuhn. In Zalta, Edward N. (éd.), The Stanford Encyclopedia of Philosophy. https://plato.stanford.edu/archives/spr2022/entries/thomas-kuhn
  • Demoule, Jean-Paul. 2014. Mais où sont passés les Indo-européens ? Le mythe d’origine de l’Occident. Paris : Seuil.
  • Heggarty, Paul & Anderson, Cormac & Scarborough, Matthew & King, Benedict & Bouckaert, Remco & Jocz, Lechosław & Kümmel, Martin Joachim & Jügel, Thomas & Irslinger, Britta & Pooth, Roland & Liljegren, Henrik & Strand, Richard F. & Haig, Geoffrey & Macák, Martin & Kim, Ronald I. & Anonby, Erik & Pronk, Tijmen & Belyaev, Oleg & Dewey-Findell, Tonya Kim & Boutilier, Matthew & Freiberg, Cassandra & Tegethoff, Robert & Serangeli, Matilde & Liosis, Nikos & Stroński, Krzysztof & Schulte, Kim & Gupta, Ganesh Kumar & Haak, Wolfgang & Krause, Johannes & Atkinson, Quentin D. & Greenhill, Simon J. & Kühnert, Denise & Gray, Russell D.. 2023. Language trees with sampled ancestors support a hybrid model for the origin of Indo-European languages. Science 381(6656). https://doi.org/10.1126/science.abg0818
  • Kuhn, Thomas. 1970. The structure of scientific revolutions. 2e édition. Chicago: University of Chicago Press.
  • Okshana, Samir. 2002. Philosophy of science. Oxford: Oxford University Press.
  • Pellard, Thomas & Sagart, Laurent & Jacques, Guillaume. 2018. L’indo-européen n’est pas un mythe. Bulletin de la Société de Linguistique de Paris. 113(1). 79−102. https://doi.org/10.2143/BSL.113.1.3285465 https://hal.science/hal-01871582

 



Citer ce billet
Thomas Pellard (2023, 4 décembre). Les langues indo-européennes : un paradigme alternatif existe-t-il vraiment ? Cipanglossia. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mtu1

Une réflexion sur « Les langues indo-européennes : un paradigme alternatif existe-t-il vraiment ? »

  1. Gegauff Pierre

    Bonjour, j’ajouterais à ce que vous dites que l’ouvrage de M Delmoule se rattache à une masse de publications qui font davantage de l’historiographie que de l’histoire tout en prétendant faire de l’histoire. Leur but est avant tout de déconstruire. Ainsi un livre sur Isabeau de Bavière consacre 3 pages à la vie de cette reine et 200 pages à ce que les historiens du 19 et 20ème siècle ont pu écrire sur elle. Le problème est déjà ancien mais j’ai bien peur que de jeunes chercheurs ne tombent dans ce travers dont on sourira dans dix ou vingt ans, soyons optimiste. Mais le livre de Delmoule est particulièrement pernicieux: classer Marjia Gimbutas comme une sorte de transfuge soviétique et Dumézil comme un soutien de l’extrême droite, il faut le faire quand même ! En tous cas je souscris entièrement à votre article Pierre Gégauff.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.