Anachronismes, consensus et hypothèse indo-européenne

L’excellent Guide critique de l’évolution de G. Lecointre (2009) est une très bonne introduction à la théorie de l’évolution dont la lecture serait utile à tous les linguistes historiques et comparatistes tellement les parallèles possibles avec leur discipline sont nombreux. Il consacre en outre de nombreuses pages à l’épistémologie des sciences et aux critiques et attaques envers la théorie de l’évolution, et il est intéressant de noter là aussi les parallèles avec la linguistique historique et comparative.

Le Guide critique de l’évolution pointe en effet le caractère anachronique de certaines critiques de l’évolution :

Que ce soit par calcul […] ou par maladresse, il arrive qu’on parle des « théories » de l’évolution en commettant des anachronismes. L’erreur consiste à parler de théories variées pour penser la transformation du vivant en faisant comme si toutes étaient également valables aujourd’hui. (Lecointre 2009: 138)

Ce passage m’a immédiatement rappelé les critiques de l’hypothèse indo-européenne par Jean-Paul Demoule, notamment dans son livre Mais où sont passés les Indo-européens ?. Dans un récent article (voir aussi 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, les billets de G. Jacques 1, 2, 3, et 4 et de L. Sagart), mes co-auteurs et moi-même avons corrigé de nombreuses erreurs factuelles et conceptuelles, réaffirmant ainsi que l’indo-européen n’est pas un mythe, et nous avons relevé la confusion anachronique commise par Demoule :

Il convient de ne pas confondre la science bien établie et la diversité d’hypothèses éphémères du passé. (Pellard & al 2018)

En effet, un argument avancé par Demoule pour jeter le doute sur la réalité de l’indo-européen était la prétendue absence de consensus sur la reconstruction de l’indo-européen et sur les modèles arborescents, mais cet argument repose sur une mauvaise compréhension du consensus scientifique. Il est pourtant répété tel quel dans un entretien paru récemment dans la revue Romantisme, consacrée à la littérature, l’art et les idées du XIXe siècle. On ne peut que regretter qu’aucun linguiste spécialiste n’ait été sollicité pour relire cet article, comme on le fait dans les revues scientifiques, cela aurait permis d’éviter la publication de lourdes erreurs.

La reconstruction de l’indo-européen

Notre article avait déjà relevé et corrigé l’argument erroné de Demoule sur l’absence de consensus sur la reconstruction de l’indo-européen. Pourtant, il persiste à croire que

Néanmoins, quoi qu’on en dise, il n’y a toujours pas de consensus absolu, de nos jours, sur le nombre de laryngales. (p. 21)

Y-a-t-il une discipline scientifique où tout le monde est d’accord sur tout dans les moindres détails? Le fort consensus scientifique sur la reconstruction de l’indo-européen, y compris le nombre de laryngales, est néanmoins clairement noté dans les ouvrages de référence, qui insistent sur le caractère cumulatif et la solidité des acquis de la linguistique indo-européenne:

Most Indo-Europeanists today continue to follow the traditional Neogrammarian reconstruction with minor alterations. Thus, for the consonants one usually assumes three distinct series of stops (voiceless, voiced, and voiced aspirated), three sets of dorsal consonants (palatal, velar, and labiovelar), six sonorants, and a single sibilant, with the most significant change being the addition of three distinct postvelar fricatives, known as “laryngeals” (*/h₁/, */h₂/, */h₃/). (Byrd 2018 : 2058)

En effet, si l’on consulte les manuels et autres ouvrages de référence modernes d’indo-européen (Baldi 2002 ; Beekes 2011 ; Byrd 2018 ; Clackson 2007 ; Fortson 2010 ; Kapović 2016a ; Meier-Brügger 2003), on ne peut que constater qu’ils sont d’accord sur le système phonologique suivant: *p,*b, *bʰ, *t, *d, *dʰ, *k, *g, *gʰ, *ḱ, *ǵ, *ǵʰ, *kʷ, *gʷ, *gʷʰ, *m, *n, *s, *r, *l, *i, *u,*h₁, *h₂, *h₃, *a, *e, *o.

Hormis des différences de graphie dans la notation, les points de désaccord sont mineurs. Des débats existent sur la nécessité de la distinction entre vélaires et palatales, la possibilité de réduire la voyelle *a à une combinaison d’une laryngale + *e, ou bien le détail phonétique de la reconstruction (par exemple la théorie glottalique), mais ces propositions sont des hypothèses qui ne font pas consensus et portent sur des points de détail qui ne remettent de toute façon pas en cause la validité des reconstructions de l’indo-européen.

On peut tester l’existence ou non d’un consensus concernant la reconstruction de l’indo-européen en comparant un petit échantillon de formes reconstruites dans les manuels et ouvrages de référence comme ceux ci-dessus, auxquels on peut ajouter le LIV (Rix & al 2001). Ainsi par exemple les reconstructions des racines pour « être » *h₁es-, « porter » *bʰer-, « tuer » *gʷʰen-, « venir » *gʷem-, « voir » *u̯ei̯d- sont toutes identiques dans les différents ouvrages de référence. En fait, hormis la racine pour « être » qui contient une laryngale et était auparavant reconstruite *es-, ces reconstructions n’ont pas changé depuis le XIXe siècle (et au moins Brugmann & Delbrück 1886−1900) !

Le modèle de l’arbre

Demoule évoque aussi l’existence d’alternatives au modèle arborescent en linguistique historique :

Dans tous les cas, des modèles bien plus complexes que les arbres généalogiques ont été présentés, et cela dès le XIXe siècle, d’abord avec Johannes Schmidt et la théorie des ondes, déjà cité, et Hugo Schuchardt, fondateur de la créolistique, pourtant tous deux élèves de August Schleicher, celui qui traça le premier arbre ; puis bien sûr Troubetzkoy, mais aussi bien d’autres que je cite, pour finir avec des linguistes contemporains comme Lutz Edzard pour les langues sémitiques, Alexandre François pour les langues polynésiennes, ou encore Angela Marcantonio à propos des langues indo-européennes, entre autres. Au sein même des indo-européanistes contemporains, la critique du modèle arborescent, au profit de structures plus complexes, tenant compte en particulier des phénomènes de convergences, est toujours bien présente (p. 21)

On se demande néanmoins toujours en quoi le modèle des ondes serait plus complexe. En effet, il n’est pas plus capable de représenter l’ensemble des changements linguistiques que le modèle en arbre puisqu’il ne représente que les diffusions spatiales entre communautés linguistiques et pas les changements intergénérationnels au sein d’une même communauté. Tous les linguistes sont d’accord que les deux phénomènes existent et que le modèle de l’arbre est un modèle partiel du changement linguistique, mais le consensus est qu’il est utile pour représenter la diversification des langues selon une descendance avec modification. Il est facile de lancer en l’air des accusations de simplisme, mais c’est ignorer tous les travaux récents de linguistique qui s’inspirent de la phylogénétique et utilise des modèles statistiques complexes.

On attend de toute façon les exemples de travaux qui seraient capables d’expliquer la parenté des langues indo-européennes uniquement avec des ondes. Il n’en existe pas à ma connaissance. Examinons les références de Demoule :

  1. l’hypothèse de Troubetzkoy est grotesque, n’a jamais convaincu personne, et a été clairement réfutée, comme nous le rappelons dans notre article ; l’article de Troubetzkoy serait aujourd’hui rejeté par n’importe quelle revue scientifique sérieuse ;
  2. l’ouvrage d’Edzard de 1998 propose une hypothèse atypique de formation polygénique des langues sémitiques, mais elle souffre de problèmes sévères et on voit mal comment ce modèle peut concrètement s’appliquer (Appleyard 2000) ; l’ouvrage est cité 27 fois selon Google Scholar, mais le plus souvent de manière anecdotique et en tout cas dans aucun ouvrage de référence, ce qui confirme que cette hypothèse n’a pas eu d’influence sur les travaux ultérieurs et ne fait donc pas partie du consensus scientifique ; à ma connaissance personne n’a utilisé ce modèle au cours des 20 années écoulées depuis sa publication ;
  3. le travail de Marcantonio n’a été cité que 5 fois selon Google Scholar, dont une fois par l’auteur elle-même et une fois de manière négative dans l’article écrit avec mes collègues ; l’impact de cette publication se voulant révolutionnaire est nul, et à vrai dire personne ne prend au sérieux ce travail pseudo-scientifique qui n’a pu être publié que dans un ouvrage édité par l’auteur elle-même; les lecteurs curieux pourront également lire le compte-rendu très négatif (Saarikivi 2004) d’un autre ouvrage de Marcantonio qui en dit long sur les problèmes des travaux de cet auteur ;
  4. Alexandre François (François 2014 ; 2017 ; Kalyan & François 2019) a proposé un modèle intéressant de diversification linguistique qui vise à représenter l’ensemble des changements linguistiques ; ce modèle a été critiqué (Jacques & List 2019), il ne fait pas l’objet d’un consensus à l’heure actuelle, et les débats sont très techniques, ce qui devrait inviter les non-spécialistes à la prudence ; mais ce qu’il est important de noter c’est que ce modèle concerne les modalités de diffusion des changements linguistiques à l’intérieur d’une famille, sans pour autant remettre en question que des langues descendent d’un ancêtre commun, la proto-langue ; en effet « [h]istorical Glottometry does not challenge the family tree model » (Kalyan & François 2019 : 174), et ne remet pas en cause la reconstruction de l’indo-européen puisque « this pattern, whereby a language is born of two parents, is not the typical scenario. New languages also commonly arise from the internal diversification of a single language as it evolves into separate daughter languages over time » (François 2014 : 161).

D’autres références sont citées en note de bas de page 8, comme Garrett (1999 [2000]), qui pourtant soutient l’exact inverse des suggestions de Demoule :

I am not rejecting the Stammbaum model in favor of the wave model, and I am not saying that Proto-Indo-European was a dialect continuum, or that Indo-European is the result of convergence (Garrett 2000 : 152)

La proposition de Garrett concerne la divergence et la convergence des branches de l’indo-européen, et ne remet pas en cause l’existence d’un unique ancêtre commun. On remarquera que le même auteur a publié un article sur la phylogénie de l’indo-européen qui soutient l’hypothèse steppique des Indo-européens (Chang et al. 2015), ce qui confirme qu’il accepte l’idée d’un proto-indo-européen et d’un peuple indo-européen.

Concernant Hock (2017), le premier paragraphe est clair et ne soutient pas du tout le point de vue de Demoule :

In 1939 there appeared a brief, but thought-provoking posthumous article by Trubetzkoy on the “Indo-European Problem”. The article’s claim is commonly taken to be that Proto-Indo-European arose by convergence from several different, neighboring languages. While Trubetzkoy does indeed hint at such a proposal, it is more a speculative thought experiment than based on empirical evidence and arguments. In fact, the strong lexical and morphological similarities between the early Indo-European languages, including the idiosyncratic root suppletion in the personal pronouns […], strongly argue for inheritance from a common ancestor, rather than origination through convergence, for in convergence it is structural features that come to be more similar, while the lexicon tends to remain distinct. (Hock 2017 : 7)

Pour en finir, espérons-le…

Bref, les affirmations sur une prétendue absence de consensus en linguistique indo-européenne ne reposent sur rien. Il n’y a pas plus de désaccord fondamental dans ce domaine que de controverse entre platistes et globistes chez les géophysiciens ou de débat sur la localisation d’Alésia chez les historiens et archéologues. Cela ne veut pas dire que tout est résolu et qu’il n’y a pas de débats, mais le consensus est fort sur des questions fondamentales comme celle de savoir si les langues indo-européennes dérivent d’un ancêtre commun.

On peut donner raison à Demoule quand il déclare que « les linguistes, tout comme les autres chercheurs, écrivant pour être lus, je suis fondé à rapporter l’état de leurs débats » (p. 21), mais encore faut-il le faire de manière juste et mesurée. Il convient de ne pas mélanger de manière anachronique les hypothèses bien établies qui font consensus avec des hypothèses qui ont certes existé mais n’ont jamais été acceptées.

Demoule déclare:

Il est d’ailleurs piquant de voir que certains linguistes, d’ordinaire prudents dans leur propre discipline, reprennent avec un bien faible esprit critique des résultats encore très préliminaires de la paléogénétique, et qui ne sont pas sans poser un certain nombre de problèmes de méthode. (p.18−19)

mais ce qui est piquant c’est que, comble de l’ironie, il donne lui même toutes les raisons de lui retourner ce compliment quand il abandonne tout esprit critique pour piocher de manière anachronique des références obsolètes ou des références mal comprises et mal citées.

On peut toutefois se réjouir de voir que Demoule reconnaît dans cet entretien que le développement de la grammaire comparée au XIXe siècle constitue un passage du « mythe à la “science” » (p. 17; pourquoi des guillemets ?) et que ce développement n’a pas été motivé par des considérations idéologiques. On apprécie également qu’il déclare qu’« [i]l est donc parfaitement faux de prétendre que je disqualifierais les études indo-européennes au nom des opinions politiques explicites des chercheurs » (p. 18) et contribue ainsi, espérons-le, à rectifier la méprise qui perdure chez nombre de ses lecteurs ayant déjà mis à la poubelle de l’histoire des idées toutes les études indo-européennes (voir ici pour un récent exemple).

Il reste néanmoins nécessaire de rappeler l’importance de fournir une information scientifique exacte afin de prévenir les malentendus et les amalgames faciles, ainsi que les dommages à une discipline toute entière.

Références

  • Appleyard, David. 2000. Review of Polygenesis, convergence, and entropy: An alternative model of linguistic evolution applied to Semitic linguistics by Lutz Edzard. Anthropological Linguistics 42(4). 592−595. http://www.jstor.org/stable/30028576
  • Baldi, Philip. 2002. The foundations of Latin. Berlin : De Gruyter.
  • Beekes, Robert S. P. 2011. Comparative Indo-European linguistics. 2nde édition. Amsterdam : John Benjamins.
  • Brugmann, Karl & Delbrück, Berthold. 1886−1900. Grundriß der vergleichenden Grammatik der indogermanischen Sprachen. 5 vols. Strasbourg : Trübner.
  • Byrd, Andrew Miles. 2018. The phonology of Proto-Indo-European. In Klein, Jared & Joseph, Brian & Fritz, Matthias (eds.), Handbook of comparative and historical Indo-European linguistics, vol. 3. 20562079. Berlin : De Gruyter.
  • Chang, Will & Cathcart, Chundra & Hall, David & Garrett, Andrew. 2015. Ancestry-constrained phylogenetic analysis supports the Indo-European steppe hypothesis. Language 91(1). 194244. http://doi.org/10.1353/lan.2015.0005
  • Clackson, James. 2007. Indo-European linguistics. Cambridge : Cambridge University Press.
  • Demoule, Jean-Paul. 2014. Mais où sont passés les Indo-européens ? Le mythe d’origine de l’Occident. Paris : Seuil.
  • Demoule, Jean-Paul. 2019. La question indo-européenne : Un défi toujours actuel pour les sciences humaines et sociales (entretien réalisé par Aurélien Aramini et Arnaud Macé). Romantisme 185(3). 14−25. https://doi.org/10.3917/rom.185.0014
  • Fortson, Benjamin W. IV. 2009. Indo-European language and culture. 2e edn. Chichester : Wiley-Blackwell.
  • François, Alexandre. 2014. Trees, waves and linkages: Models of language fiversification. In Bowern, Claire & Bethwyn, Evans (eds.), The Routledge handbook of historical linguistics. 161-189. Londres : Routledge. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00874726
  • François, Alexandre. 2017. Méthode comparative et chaînages linguistiques : Pour un modèle diffusionniste en généalogie des langues. In Léonard, Jean-Léo (ed.), Diffusion : Implantation, affinités, convergence, 43–82. Louvain : Peeters. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01692136
  • Garrett, Andrew. 2000. A new model of Indo-European subgrouping and dispersal. In Chang, Steve S. & Liaw, Lily & Ruppenhofer, Joseph (eds.), Proceedings of the 25th Annual Meeting of the Berkeley Linguistics Society. 146-156. Berkeley : Berkeley Linguistics Society. https://journals.linguisticsociety.org/proceedings/index.php/BLS/article/download/1180/962
  • Hock, Heinz Heinrich. 2017. Language contact and Indo-European linguistics, In Klein, Jared & Joseph, Brian & Fritz, Matthias (eds.), Handbook of comparative and historical Indo-European linguistics, vol. 1. 7−14. Berlin : De Gruyter.
  • Jacques, Guillaume & List, Johann-Mattis 2019. Save the trees. Journal of Historical Linguistics 9. 128−166. https://doi.org/10.1075/jhl.17008.mat
  • Kalyan, Siva & François, Alexandre. 2019. When the waves meet the trees. Journal of Historical Linguistics 9. 167−176. https://doi.org/10.1075/jhl.18019.kal
  • Kapović, Mate. 2016. Proto-Indo-European phonology. In Kapović, Mate (ed.), The Indo-European languages, 13−60. Londres : Routledge.
  • Lecointre, Guillaume (ed.). 2009. Guide critique de l’évolution. Paris : Belin.
  • Meier-Brügger, Michael. 2010. Indogermanische Sprachwissenschaft. 9e edn. Berlin : De Gruyter.
  • Pellard, Thomas & Sagart, Laurent & Jacques, Guillaume. 2018. L’indo-européen n’est pas un mythe. Bulletin de la Société de Linguistique de Paris. 113(1). 79−102. https://doi.org/10.2143/BSL.113.1.3285465 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01871582
  • Rix, Helmut & Kümmel, Martin & Zehnder, Thomas & Lipp, Reiner & Schirmer, Brigitte. 2001. Lexikon der indogermanischen Verben: Die Wurzeln und ihre Primärstammbildungen. 2e edn. Wiesbaden : Reichert.
  • Saarikivi, Janne. 2004. Review of The Uralic language family: Facts, myths and statistics by Angela Marcantonio. Journal of Linguistics 40(1). 187−191. http://www.jstor.org/stable/4176868

 

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Thomas Pellard, « Anachronismes, consensus et hypothèse indo-européenne », Cipanglossia, 28 octobre 2019, https://cipanglo.hypotheses.org/1551.

Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. Aramini dit :

    Bonjour, je vous remercie de votre message et me réjouis que vous reconnaissiez le malentendu. Vous comprendrez que le malentendu plus global sur le propos de ce numéro m’a vraiment affecté. Vous aviez donc vu mon profil, je travaille depuis des années sur l’idée indo-européenne au XIXe siècle – une partie de ma thèse est consacrée à son usage chez Michelet ; mon mémoire d’italien sur sa fortune en Italie – et même plus précisément durant les deux premiers tiers du XIXe siècle : il est tout de même écrit clairement sur l’une de mes pages que « mes recherches portent essentiellement sur trois objets : la « nation », les « langues indo-européennes » et la « race », qui s’articulent de manière problématique au XIXe siècle, tant en France qu’en Italie ». Je suis donc modestement spécialiste du XIXe siècle et je suis légitime à ce titre pour parler de l’ « hypothèse/idée indo-européenne » durant cette période tout comme les contributeurs de mon numéro dont les travaux sur le XIXe siècle sont reconnus. Vous pourrez consulter notre carnet de recherche « Philologue et science sociale » (https://pss.hypotheses.org/) et vous verrez que tous les textes relèvent exclusivement de l’histoire des idées. Plusieurs choses m’interrogent tout de même dans ce malentendu initial et dans la violence du propos de certains de vos collègues. Je ne comprends pas comment un linguiste (je parle en général sans viser personne en particulier) peut s’offusquer à ce point d’un travail sur l’histoire des idées, prétende régenter tout ce qui traite de la question des Indo-européens (sans aucune compétence universitaire d’ailleurs en histoire des idées, je vous recommande encore une fois la lecture du texte sur William Jones qui est d’une finesse remarquable) et qu’il se crispe ainsi pour des guillemets ou une phrase qu’il juge ambiguë. Comme si un physicien se mettait dans tous ses états en lisant les passages de Koyré sur l’intérêt de Newton pour l’alchimie ! Comme si un biologiste s’affolait que l’on écrive sur les « hypothèses évolutionnistes » de Lamarck en s’émouvant du discrédit que cela pourrait jeter sur sa discipline et la théorie de l’évolution ! Tout notre entretien avec JP Demoule était justement orienté par l’idée de bien faire comprendre aux lecteurs que son ouvrage n’avait pas pour but de disqualifier les études indo-européennes au XIXe siècle et nous nous adressons à des lecteurs qui ne sont absolument pas convaincus de l’intérêt des études indo-européennes au XIXe (j’insiste et j’insiste) : comment ne l’avez-vous pas vu ? C’est une revue fondée par la Société d’études romantiques et dix-neuvièmistes ! D’autant plus que la référence à l’ « hypothèse indo-européenne » (je ne reviens pas sur la définition donnée dans le précédent post : “complexe d’idées etc au XIXe siècle) est toujours circonstanciée – hormis une ambiguïté effectivement – et elle est toujours inscrite dans la perspective de sa réévaluation historiographique : relisez, s’il vous plaît, la question p. 17 où l’on suggère que « l’hypothèse IE au XIXe siècle » a pu être heuristique, voire une étape nécessaire à l’avènement des sciences humaines (cf. c’est d’ailleurs l’objet de l’article d’Arnaud Macé sur Fustel etc.). Quand je demande à JP Demoule ce qu’il pense des usages inattendus de l’hypothèse – républicain, progressiste etc. – explorés dans le numéro, il s’agit des usages faits par les auteurs évoqués dans le numéro (Michelet, Proudhon, Quinet etc.) et non de la théorie actuelle : il faut être vraiment malveillant pour ne pas le voir ou être extrêmement sur la défensive. Je pense que la réception que vous (et vos collègues de Wekwos dans une série de posts affligeants de malhonnêteté et de vulgarité) avez accordée à ce numéro qui n’a pas été pris au sérieux dans son projet (pourtant plus qu’explicite) va contribuer davantage à donner une mauvaise image de votre discipline et de ceux qui l’animent que les deux points que vous soulevez dans les réponses de JP Demoule. Bien cordialement Aurélien Aramini

    • Je n’approuve pas les propos outranciers de la personne en question qui évidemment n’engagent que lui et pas l’ensemble des linguistes. Vous reconnaîtrez que ni moi ni personne sur ce carnet n’a jamais insulté personne et que tout est toujours resté dans le cadre du débat académique. Vos clarifications sont bienvenues car l’entretien donnait une autre impression. Pourquoi ne pas a l’avenir prendre contact avec des linguistes comparatistes? Je comprends que vous travaillez sur l’histoire de l’hypothèse indo-européenne, mais je ne crois pas que vous ayez contribué a la reconstruction de l’indo-européen. Je pense qu’il faut avoir l’expérience de faire des étymologies et des phylogénies pour avoir une expertise sur le sujet. Ce sont deux spécialités différentes.

      • Aramini dit :

        Merci beaucoup pour votre réponse et je suis heureux que vous vous désolidarisez de certains de vos collègues qui ont dépassé les bornes sur le site FB d’une revue que j’apprécie (à titre purement amateur, comme vous le rappelez justement). Nous avions pris contact avec un linguiste comparatiste que vous connaissez bien pour discuter ce numéro et défendre la pertinence de recourir aux arbres pour la reconstruction de l’IE. Nous n’avions malheureusement pas eu de réponse et nous n’avions pas compris pourquoi ; peut-être le malentendu s’était-il déjà glissé entre lui et nous. Nous pourrions poursuivre cette discussion qui, je vous en remercie, prend enfin une bonne tournure. Je me permettrai de vous contacter sur votre mail privé dans le cadre des activités de notre séminaire universitaire. Bien cordialement Aurélien Aramini

    • J’ai relu l’introduction à votre volume à la lumière des clarifications que vous avez apportées ici, et je comprends maintenant mieux votre démarche. Je ne pense pas qu’il y ait de malveillance de la part de mes collègues, mais qu’il y a eu un réel malentendu. Maintenant qu’il est dissipé (espérons-le), je vous suggère, comme Thomas Pellard, d’engager une collaboration avec des linguistes.

      • Aramini dit :

        Bonjour, je vous remercie vraiment d’avoir pris le temps de relire notre propos. Ce blog a été vraiment l’occasion de précisions importantes. De notre côté, nous vous avions contacté en septembre dernier pour une invitation à notre séminaire autour de ce numéro de Romantisme et de votre article « Save the Trees… ». Nous n’avions pas eu de réponse mais le malentendu s’était peut-être déjà immiscé. Nous nous permettrons de vous recontacter pour mener désormais un véritable dialogue qui, j’en suis sûr, sera vraiment fructueux. Dernière question avant de clore ce fil. Comment peut-on trouver sur la page FB d’une revue sérieuse comme wekwos, un déferlement de bêtises et de vulgarité qui, comme je l’ai écrit à Thomas Pellard, portera davantage préjudice à l’image de la linguistique IE que les deux erreurs de JP Demoule. Je vous remercie, Guillaume Jacques et Thomas Pellard, d’avoir pris au sérieux notre discussion et me réjouis de pouvoir envisager avec vous une future collaboration.

  2. Aramini dit :

    Merci pour votre réponse. Effectivement, ce n’est pas l’objet du dossier qui traite de la pluralité des usages de l’idée indo-européenne au XIXe siècle. Mon travail relève avant tout de « l’histoire des idées ». L’introduction du dossier qui pose clairement la perspective historiographique de mon approche (et qui cite d’ailleurs vos travaux et vos critiques de J-P Demoule) me semblait permettre d’éviter un « conflit » ou un « malentendu » avec la perspective linguistique. J’avais cru, manifestement à tort, que vous pourriez être intéressé par l’idée d’une « complexification » de l’idée indo-européenne à partir de la lecture de la reconfiguration des savoirs qu’elle a entraînée au cours du XIXe siècle car cette perspective me semblait pouvoir contribuer grandement à combattre la méprise que vous évoquez dans la fin de votre billet. Des figures comme celles de Burnouf, de Quinet et de Fustel montrent que l’idée indo-européenne a pu être mobilisée dans un cadre tout autre que celui dans lequel elle est souvent enfermée aujourd’hui par tous ceux qui la condamnent a priori. Pour terminer, il ne me semble pas que ce dossier sur l’idée indo-européenne au XIXe siècle décrédibilise les travaux des indo-européistes actuels, bien au contraire. Et je crois – j’espère – qu’il va plutôt contribuer à renouveler l’intérêt pour ces recherches chez les philosophes, les littéraires ou les historiens des idées.

    • Oui, l’histoire de l’hypothèse indo-européenne est complexe et très intéressante. Mais ici j’ai simplement cherché à corriger une série d’erreurs sur l’état actuel des connaissances scientifiques, erreurs qui ne peuvent que contribuer à diffuser une image déformée de la discipline auprès des non-spécialistes. Et mon propos ne concernait que les déclarations de JP Demoule, pas l’ensemble du dossier, qui couvre des thématiques sur lesquelles je n’ai pas d’expertise.

    • Si votre sujet de recherche principal concerne l’histoire des idées, je trouve très regrettable que le numéro que vous avez coordonné comporte un article (https://www.cairn.info/revue-romantisme-2019-3-page-26.htm) qui répète les poncifs usuels sur le rôle supposé de William Jones concernant la découverte de la parenté entre langues indo-européennes. Il existe un grand nombre d’articles récents qui expliquent de façon claire et sans appel la non-contribution de William Jones, et l’existence de prédécesseurs aux écrits bien plus intéressants comme Marcus van Boxhorn:

      Campbell, Lyle. 2006. Why Sir William Jones got it all wrong, or Jones’ role in how to establish language families. Anuario del Seminario de Filología Vasca “Julio de Urquijo” 40(1–2). 245–264. http://ehu.eus/ojs/index.php/ASJU/article/view/4384.
      van Driem; George 2007. The Diversity of the Tibeto-Burman Language Family and the Linguistic Ancestry of Chinese. Bulletin of Chinese Linguistics 1.2:211-270, 2007.
      https://www.isw.unibe.ch/ueber_uns/e41180/e523709/e546638/2007d_ger.pdf

      Notons aussi le billet suivant de ce blog: https://cipanglo.hypotheses.org/941

      Traiter de cette question sans faire référence à tous ces travaux est un retour en arrière dans l’historiographie de la discipline.

      • Aramini dit :

        Bonjour, je vous remercie pour votre message. Je ne compte pas prendre la parole à la place du collègue qui a écrit cet article et à qui je transmettrai vos précieuses remarques. Toutefois, à mon sens, il ne répète justement absolument pas les « poncifs usuels » que vous évoquez et apporte plusieurs éléments nouveaux qui pourront d’ailleurs enrichir et compléter le post de Thomas Pellard sur W Jones. Je vous prie de lire le texte avec attention et vous vous en rendrez compte. En outre, je suis heureux qu’un dialogue avec vous et Thomas Pellard s’engage même si le ton est encore peu aimable de votre part. Si vous lisez mon introduction, vous verrez que j’ai (avec Arnaud Macé) fait référence à votre article « l’IE n’est pas un mythe » lors de la présentation de l’entretien avec JP Demoule, et nous recommandons vivement au lecteur de consulter votre article. Il aurait été plus facile de commencer un dialogue sur d’autres bases et j’aurais dû ouvrir ce numéro par un entretien croisé ou un double entretien. Je comprends qu’il puisse résulter de la démarche de donner la parole à JP Demoule (sans contradicteur direct) une forme d’agacement de votre part. Mais comprenez bien que nos travaux ne visent absolument pas à remettre en cause l’idée indo-européenne, qu’ils méritent une lecture sérieuse et qu’ils visent à engager un dialogue avec les « linguistes ». Bien cordialement Aurélien Aramini

        • Je me réjouis que vous souhaitiez engager un dialogue avec les linguistes, et de vouloir apporter un éclairage épistémologique plus nuancé sur ces questions. Je suis aussi conscient que des chercheurs de disciplines différentes aient l’habitude de faire usage de sources différentes, et que des malentendus puissent survenir en toute bonne foi.
          Puisque vous souhaitez ouvrir le dialogue sans attiser la polémique — et je vous en félicite — je me permets de vous indiquer quelques formulations qui choquent les linguistes (indo-européanistes ou pas) dans votre entretien, et qui pourraient être évitées à l’avenir pour ne pas causer de crispations.

          p.17, nous lisons par exemple:

          “Que penser par exemple du fait que Ferdinand de Saussure ait rédigé, en 1879, un Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes ? Ne s’agissait-il que d’une erreur de jeunesse dans le parcours intellectuel du futur fondateur de la linguistique moderne ? Que répondez-vous aux linguistes qui, aujourd’hui encore, se fondent sur les affinités du grec, du sanskrit et du latin[?]”.

          Quelle qu’ait été votre intention, la formulation même de cette questions invite à remettre en doute la valeur du travail de Saussure, ainsi que la légitimité de continuer à travailler sur les langues indo-européennes à notre époque. La même question aurait sans doute pu être exprimée d’une façon plus neutre, sans jugement de valeur implicite.

          De même, l’expression “l’hypothèse indo-européenne” qui revient souvent dans votre entretien invite elle aussi à remettre en doute la validité de ce domaine d’étude dans son ensemble. Parle-t-on au même titre de “l’hypothèse de l’évolution” ou de “l’hypothèse des atomes”?

          Par ailleurs — et c’est sans doute une chose que je vais essayer d’aborder plus tard plus en détail sur mon blog — ce qui nous semble mériter d’être défendu n’est pas tant “l’idée indo-européenne” que surtout les notions de famille de langues, de proto-langues, de régularité des changements phonétiques, et la phylogénie des langues. L’indo-européen est le cas particulier le mieux documenté, et il est utile à titre de modèle méthodologique pour l’étude des autres familles de langues pour lesquelles moins de langues anciennes sont connues, mais il n’est qu’une partie d’un ensemble disciplinaire plus vaste, dont il ne doit pas être isolé (et aussi bien les indo-européanistes du XIXème siècle, à commencer par Rasmus Rask, que ceux que XXIème, comme c’est le cas de tous ceux que je connais, portent un fort intérêt aux langues non-indo-européennes, y compris celles à tradition orales).

          • Aramini dit :

            Bonjour, merci beaucoup pour votre réponse. Effectivement, j’ai vu que cette question a été reprise et déformée de manière très mal intentionnée dans un post sur le site d’une revue importante par un linguiste ridiculisant notre propos de manière vraiment malhonnête. Je vous remercie d’attirer mon attention sur cette formulation qui cherchait justement à suggérer l’inverse ! J’en suis d’autant plus ennuyé que je considère ce travail de Saussure comme essentiel et que je m’intéresse beaucoup à titre personnel aux racines indo-européennes du grec, du latin et du kurmanji. La formulation peut effectivement être comprise comme vous l’indiquez et c’est malheureux, car ce n’était pas l’intention du tout. Pour l’usage du terme « d’hypothèse », nous l’appliquons dans l’immense majorité des cas (sauf dans un cas effectivement) aux élaborations du XIXe siècle dont j’ai examiné l’usage chez Michelet, chez Burnouf, Leroux, Reynaud ou encore chez l’indianiste turinois Gorresio. Il s’agit justement de bien distinguer « l’hypothèse » comme complexe d’idées très diversement formulées, mobilisé de manière souvent très imprudente ou aussi parfois stimulante par les auteurs du XIXe siècle (qui ne sont pas des linguistes mais des historiens, des écrivains, des philosophes…) de la « théorie » linguistique actuelle qu’aucun des articles (je dis bien « articles » à la différence de l’entretien et de l’introduction) n’évoque. Comme l’a bien vu Thomas Pellard, ce n’est pas un numéro qui traite de la linguistique actuelle hormis quelques remarques dans l’introduction (où nous renvoyons justement à votre article!) et l’entretien de JC Demoule (qui est un entretien) lors duquel nous insistons justement sur le fait qu’il n’est nullement question de nier l’idée d’une famille de langues IE etc. Mon propos – qui est explicitement formulé dans l’introduction – ne mérite pas d’être déformé de manière aussi violente qu’il l’a été par certains de vos collègues qui manifestement ne l’ont pas lu. D’ailleurs, j’aimerais bien savoir pourquoi l’un d’eux écrit « le profil des deux interviewers est intéressant » : il y a là un implicite étonnant, vous en conviendrez. Enfin, pour éviter aussi la crispation du côté de ceux que je cherche à convaincre de l’importance d’explorer ces champs (jugés par beaucoup comme illégitimes et ce bien avant les travaux de JC Demoule), il est nécessaire de lire les textes entiers (et non seulement les résumés) et de prendre au sérieux le travail historiographique des chercheurs qui ont travaillé à la réalisation de ce numéro. J’entends bien que ce n’est pas l’objet des linguistes actuels mais les lecteurs de Romantisme (qualifiés sur le site Facebook de la revue évoquée au début de ce post) où il est question de ce « navrant numéro » de « crétins de lettreux ») ont de l’intérêt – à mes yeux légitime – pour la manière dont les savoirs et les esthétiques du XIXe siècle ont été profondément reconfigurés par les études consacrées aux langues de l’Antiquité orientale. En tout cas, je vous remercie pour votre message et j’espère que vous poursuivrez ce dialogue désormais plus apaisé. Bien cordialement Aurélien Aramini

          • Merci de ces clarifications bienvenues. Effectivement il y a eu semble-t-il un malentendu avec la question sur Saussure. Et c’est moi qui ai écrit “le profil des deux interviewers est intéressant” pour faire observer qu’aucun des deux interviewers n’est spécialiste d’études indo-européennes ou de linguistique (en tout cas je n’ai pas trouvé de tels travaux dans leurs listes de publications) mais que leur domaine de spécialité est bien éloigné de la question, et qu’il n’était donc pas surprenant que l’entretien aie laissé passer des erreurs pourtant évidentes sur la linguistique. Encore une fois, nous linguistes comparatistes regrettons l’image fausse donnée de notre discipline et nous inquiétons des dommages qui peuvent lui être faits.

          • Je comprends mieux votre intention, et il est regrettable qu’un tel malentendu ait pu survenir. A l’avenir — et j’espère que vous continuerez à vous intéresser aux études indo-européennes — ce type de contresens pourra être facilement évité en invitant des linguistes à relire anonymement les articles, à la fois pour vous apporter, à vous et à vos collègues, des références additionnelles qui ne peuvent qu’enrichir votre travail, et éventuellement pour indiquer les formulations susceptibles d’être mal comprises.

  3. Aramini dit :

    Bonjour, je pense que vous devriez lire l’ensemble du dossier afin d’avoir une vue d’ensemble sur ce travail. Bien cordialement Aurélien Aramini

    • Merci pour votre commentaire. Cela ne change rien au fait que les déclarations de J.P. Demoule contiennent de graves erreurs comme je l’ai démontré dans ce billet. J’ai néanmoins effectivement lu l’ensemble du dossier, mais on y parle finalement très peu de linguistique et si le contexte des idées est abondamment traité, la justification de l’hypothèse indo-européenne n’est pas vraiment abordée, alors que c’est pour moi la question fondamentale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.