Polices de caractères pour la linguistique

Les sciences du langage utilisent des symboles et des conventions graphiques particulières, et nécessitent donc de choisir des polices de caractères en fonction de ces besoins. Je propose ici d’examiner plusieurs polices et leurs fonctionnalités.

Pour ceux qui n’ont pas la patience de lire la totalité de l’article, Brill et Gentium Plus sont les polices de premier choix, suivies par Charis SIL.

Précisons d’abord que je pars des prémisses suivantes:

  1. vous comprenez qu’il faut utiliser le standard unicode pour échanger des données;
  2. vous êtes un chercheur, enseignant ou étudiant et non un professionnel de l’édition, vous n’avez donc pas le budget pour acheter des polices commerciales souvent très chères;
  3. vous avez besoin d’une police prenant en charge plus que l’alphabet latin de base, et notamment l’alphabet phonétique international et quelques symboles mathématiques de base (=, <, >, ≠,∅, etc.);
  4. les documents que vous rédigerez avec les polices examinées ici ne seront donc pas commercialisés mais mis en ligne ou imprimés et distribués gratuitement;
  5. le corps du texte utilisera globalement une seule et même police afin d’éviter d’avoir à harmoniser la taille, la graisse et le style de différentes polices;
  6. cette police sera à empattements comme dans la plupart des livres (et à l’inverse des sites internet);
  7. la police doit comporter au minimum une version italique, si possible une version grasse, et des petites capitales; il est possible de les émuler de manière artificielle, mais ce n’est vraiment pas conseillé;
  8. vous voulez avant tout afficher correctement votre texte et tous ses symboles spéciaux, mais aussi tant que possible que le résultat soit un minimum esthétique et agréable à lire.

Je n’examinerai donc ci-dessous, à une exception près, que des polices librement et gratuitement téléchargeables et dont la licence permet au minimum de produire et de distribuer des documents non-commerciaux. Je ne mentionnerai pas non plus de versions copiées ou piratées.

Parmi les polices potentielles, Doulos SIL, qui n’a pas d’italique, et EB Garamond, dont l’italique n’a pas tous les caractères de la version romaine, sont exclus d’avance. J’entends souvent l’argument que les transcriptions phonétiques n’ont pas à être en italique. C’est vrai, mais les mêmes symboles sont utilisés dans les transcriptions courantes des langues, et peuvent donc se retrouver en italique.

Je retiens donc, par ordre alphabétique:

  • Aboriginal Serif, v. 9.606, un clone de Times pour les langues amérindiennes, licence GNU
  • Brill, v. 2.06, police de la maison d’édition éponyme, licence gratuite pour les usages non-commerciaux
  • Cardo, v. 1.045, pour les classicistes et médiévistes, licence Open font
  • Charis SIL, v. 5.000, par les missionaires-linguistes du SIL, licence Open font
  • CMU Serif (Computer Modern Unicode), v. 0.7.0, version unicode de la police d’origine de LaTeX, licence GNU
  • DejaVu Serif, v. 2.35, licence libre
  • FreeSerif, v. 1.121, un clone étendu de Times, licence GNU
  • Gentium Plus, v. 5.000, par le SIL, licence Open font
  • Junicode, v. 0.7.8, pour les médiévistes, licence Open font
  • Linux Libertine O, v. 5.3.0, utilisée notamment par la maison d’édition Language Science Press licence GPL et Open font
  • Noto Serif, v. 1.05, appartenant au projet Google d’un ensemble de polices pour toutes les langues du monde, licence Open font
  • Times New Roman, v. 5.01 de Monotype, la police la plus utilisée, au point de susciter des allergies chez certains, et présente par défaut dans beaucoup de systèmes, bien que sa licence ne soit pas libre;
  • Tinos, dérivée de Liberation Serif dans le cadre du projet Chrome OS core fonts, compatible en taille avec Times, licence Apache

Caractères latins

Le premier critère d’évaluation d’une police est la prise en charge de l’alphabet latin étendu, utilisé pour noter de nombreuses langues du monde. On peut à cet effet comparer la couverture de chaque police du jeu de caractères Adobe Latin 5, qui contient aussi quelques symboles mathématiques et techniques.

polices-adbl5

On constate que de nombreux caractères latins ne sont pas pris en charge par Cardo, notamment ceux nécessaires au vietnamien, aux langues africaines, à certaines langues amérindiennes, et au pinyin chinois. De même, plusieurs symboles phonétiques et lettres grecques, ainsi que des symboles utiles comme les flèches et d’autres symboles mathématiques de base sont absentes d’Aboriginal Serif. On peut donc rayer ces deux polices de la liste.

Alphabet phonétique international

Les polices retenues jusqu’ici semblent couvrir l’ensemble des caractères phonétiques de l’API. Si l’on y regarde de plus près, on s’aperçoit que Times New Roman et Linux Libertine O ne contiennent pas le symbole pour la battue labio-dentale []. Néanmoins, ce symbole est récent et rare, et son absence n’est donc pas rédhibitoire.

En dehors du nombre de caractères, il est également important de vérifier si les diacritiques sont correctement alignés, notamment dans le cas de diacritiques multiples, et si la police affiche correctement les barres tonales.

polices-api

On peut voir que concernant les diacritiques, CMU, DejaVu, FreeSerif, Junicode et Linux Libertine O posent certains problèmes. Concernant les barres de ton, ces mêmes polices ne possèdent pas les ligatures nécessaires. Les autres sont globalement acceptables, mais seules les polices de la SIL, Charis et Gentium, sont capables de rendre des combinaisons de barres tonales très complexes de plus de trois unités, ce qui est tout de même rare. Il est de toute façon envisageable d’utiliser une police différente pour les barres tonales sans que cela choque l’œil.

Les phonéticiens cliniciens apprécieront que certaines polices prennent en charge les extensions de l’alphabet phonétique international pour les troubles de la parole.

polices-extapi

Autres symboles phonétiques

Beaucoup d’autres symboles sont utilisés dans la transcription phonologique des langues ou la translittération des langues anciennes. On peut mentionner notamment les systèmes de transcription des ouralistes, des américanistes, et des sino-tibétologues. Je ne connais malheureusement pas assez la dialectologie européenne pour savoir quels systèmes sont encore en usage et s’ils requièrent des caractères spécifiques.

polices-autresphon

Je n’ai pas pu tester la présence de tous les caractères, mais selon l’échantillon ci-dessus, Computer Modern, DejaVu, Junicode, Linux Libertine O, ont de nombreuses lacunes, ainsi que Times New Roman et Tinos dans une moindre mesure.

À ce stade, si aucune police n’est absolument complète, les meilleures sont donc: Brill, Charis, Gentium, Noto, Times New Roman, et Tinos.

Grec et cyrillique

Le grec, ne serait-ce que pour les variables mathématiques, et le cyrillique sont un complément bienvenu au jeu de caractères latins d’une police, notamment pour les indo-européanistes.

polices-grcyr

Il faut malheureusement renoncer à Charis SIL si vous avez besoin de citer du grec ancien. Ni le vieux-slave en cyrillique ni les langues minoritaires en cyrillique ne semblent bien prises en change par Brill.

Variantes

polices-var

Brill, Charis et Gentium ont un avantage important sur les autres polices, celui de proposer des variantes pour certains caractères. En italique, la distinction entre «a» et «ɑ» ainsi qu’entre «æ» et «œ» est (quasi-)neutralisée. Cela pose peu de problème pour un texte ordinaire, mais en phonétique, il s’agit de voyelles distinctes, et il est important de pouvoir les distinguer clairement dans le cas de descriptions de langues. Ces polices proposent de même des versions légèrement différentes de «g» et «f» afin là aussi d’éviter les confusions en phonétique.

Enfin, Brill et Gentium ont la bonne idée de présenter des variantes de forme pour certaines lettres grecques selon qu’elles sont utilisées pour noter le grec (ou les mathématiques) ou en temps que symboles phonétiques, avec dans ce dernier cas un dessin avec empattements s’harmonisant avec les lettres latines.

Détails typographiques

Passons en revue quelques éléments typographiques qui peuvent sembler être des fioritures, mais qui ne sont pas en fait négligeables.

polices-typo

Tout d’abord, les petites capitales, qui sont omniprésentes en linguistique pour les abréviations grammaticales. On peut bien sûr s’en passer en utilisant des majuscules ou en les créant artificiellement, mais il vaut mieux éviter et choisir si possible une police qui possède de vraies petites capitales (même si celles-ci ne sont peut-être pas accessibles dans tous les logiciels). Noto, Times New Roman et Tinos sont donc hors-jeu.

Ensuite, l’italique et le gras. Gentium, pourtant l’une des meilleures polices de notre sélection, n’a pas de version grasse. C’est dommage mais pas éliminatoire. Avec un peu d’astuce on peut très bien se passer du gras, par exemple en le remplaçant par de l’italique ou des petites capitales.

Un œil averti est tout de suite choqué par le gros blanc entre le V et le A dans Charis, Noto, et Times New Roman. Il manque visiblement des informations de crénage, l’imbrication de certaines lettres.

Les ligatures sont absentes dans Tinos mais le «fi» est dessiné de manière à ce que les lettres n’entrent pas en collision, à l’inverse de Times, où les lettres s’entrechoquent.

Brill est la seule police à proposer un triple jeu de chiffres: bas-de-casse, qui se fondent dans le texte comme des lettres minuscules, haut-de-casse, les plus courants et à préconiser pour les mathématiques, et à chasse fixe, c’est-à-dire que tous les chiffres ont la même largeur, ce qui permet qu’ils soient bien alignés dans les tableaux de données chiffrées.

Enfin, c’est partiellement subjectif, mais du point de vue esthétique, Brill et Gentium sont nettement au-dessus des autres polices.

Mathématiques et autres systèmes formels

Bien que les sciences du langage soient classées parmi les sciences humaines et sociales, les mathématiques y jouent un rôle important: théorie des langages formels et des automates, théorie de l’information, statistiques et probabilités, logique formelle, etc. Il n’est donc pas rare en linguistique d’avoir à noter quelques symboles et formules mathématiques. Malheureusement la plupart des polices de caractères, et c’est le cas de celles examinées ici, contiennent une infime partie de l’ensemble des symboles mathématiques existant et n’ont pas les fonctionnalités avancées nécessaires à mettre en forme des équations complexes.

polices-math

Là encore, Brill, Charis et Gentium s’en tirent globalement mieux que les autres. Il est de toute façon difficile aujourd’hui encore pour mettre en forme du mathématique de se passer du système traditionnel de LaTeX puisque le nombre de polices mathématiques unicode est encore infime. Notons que grâce à mathspec, il est possible de définir une police pour les chiffres et les caractères alphabétiques et une police mathématique LaTeX pour les autres symboles.

Conclusion

Tant sur le plan du nombre de caractères, des fonctionnalités que de la qualité, on peut recommander en priorité pour la linguistique:

  • Gentium Plus, malgré l’absence de gras
  • Brill, malgré des caractères cyrilliques (rares) manquants et des barres tonales limitées
  • Charis SIL en troisième choix, sans grec ancien et avec un crénage insuffisant
Ce billet peut être cité de la façon suivante: Thomas Pellard, « Polices de caractères pour la linguistique », Cipanglossia, 6 juin 2016, http://cipanglo.hypotheses.org/99.

Une réflexion au sujet de « Polices de caractères pour la linguistique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *