Exemples linguistiques avec LaTeX (1)

Exemples numérotés et glosés

Les travaux en linguistique sont naturellement illustrés d’exemples. Pour un maximum de clarté, on fait précéder ces exemples d’un numéro permettant de s’y référer et on les présente séparés du texte principal. Il est également d’usage, notamment quand il s’agit d’une langue autre que l’anglais et que la langue dans laquelle le travail est rédigé, de donner une glose interlinéaire morphème par morphème et alignée mot-à-mot. C’est-à-dire que sous chaque mot de la ligne du texte original est alignée une glose, et le mot original comme la glose sont segmentés en thèmes et affixes. Le système standard est celui des Leipzig glossing rules.

Traitements de texte vs. LaTeX

Formater de tels exemples glosés et s’assurer de leur bonne numérotation vire rapidement au cauchemar si l’on utilise un traitement de texte. Par contre, avec LaTeX, rien de plus facile. L’avantage majeur avec LaTeX est que le retour à la ligne se fait automatiquement, tout en conservant les alignements bien sûr, tandis qu’avec un traitement de texte, il faut couper à la main les exemples longs, mais tout changement de police, taille, ou marges obligera à tout recommencer.

Plusieurs extensions permettent de produire des exemples numérotés avec des gloses alignées dans LaTeX. Une comparaison de leurs différents avantages et désavantages est disponible ici. Clairement expex présente le plus de possibilités, mais sa syntaxe est plus complexe que celle des autres. Je recommanderai plutôt gb4e, beaucoup plus simple à utiliser.

Utilisation de gb4e

Exemples numérotés

Le code est assez simple. Les exemples sont inclus dans un environnement exe, et les numéros sont produits par la commande \ex, à placer avant chaque phrase d’exemple. Les exemples apparaissent alors comme des paragraphes détachés du corps du texte.

\begin{exe}
\ex Ceci est un exemple.
\ex Ceci est un autre exemple.
\end{exe}

Des sous-exemples numérotés a, b, c, etc., peuvent être produits avec des environnements xlist à l’intérieur des environnements exe.

\begin{exe}
\ex
\begin{xlist}
\ex Ceci est un exemple.
\ex Ceci est un autre exemple.
\end{xlist}
\end{exe}

Exemples glosés

Les exemples glosés demandent juste de rajouter quelques commandes:

  • la ligne de texte original est introduite par une commande \gll et se termine par un double antislash (\\)
  • la ligne de gloses suit directement et se termine par un double antislash (\\)
  • la traduction, non-alignée, est introduite par la commande \glt
\begin{exe}
\ex 
\gll Ceci est un exemple. \\
this \textsc{cop.pres.3sg} \textsc{art.def.m.sg} example \\
\glt `This is an example.'
\end{exe}

Comme évoqué ci-dessus, le retour à la ligne est automatique dans le cas des exemples longs.

\begin{exe}
\ex 
\gll Ceci est un très très très très très très très long exemple. \\
this \textsc{cop.pres.3sg} \textsc{art.def.m.sg} very very very very very very 
very long example \\
\glt `This is an example.'
\end{exe}

Il est possible de rajouter une autre ligne de mots alignés, en utilisant \glll à la place de \gll.

\begin{exe}
\ex 
\glll Ceci est un exemple. \\
sœsi ɛt œ̃ ɛɡzɑ̃pl \\
this \textsc{cop.pres.3sg} \textsc{art.def.m.sg} example \\
\glt `This is an example.'
\end{exe}

Exemples agrammaticaux

Il est possible d’aligner les exemples agrammaticaux précédés d’un astérisque, ou d’un autre symbole. Il suffit:

  1. de mettre le symbole d’agrammaticalité entre crochets ([]) devant l’exemple, ou des crochets vides dans le cas d’un exemple grammatical
  2. de mettre l’exemple entre accolades ({})
\begin{exe}\ex
\begin{xlist}
\ex[*]{Ceci exemple pas n'est.}
\ex[?]{Un exemple ceci est.}
\ex[]{Ceci est un exemple.}
\end{xlist}
\end{exe}

Dans le cas d’un exemple avec des gloses, il faut mettre une paire unique d’accolades autour de l’ensemble des lignes de l’exemple.

\begin{exe}\ex
\begin{xlist}
\ex[*]{\gll Ceci exemple est un. \\
this example \textsc{cop.pres.3sg} \textsc{art.def.m.sg}\\
\glt `This is an example.'}
\ex[]{\gll Ceci est un exemple. \\
this \textsc{cop.pres.3sg} \textsc{art.def.m.sg} example \\
\glt `This is an example.'}
\end{xlist}
\end{exe}

Réglages de gb4e et astuces diverses

Avant toute chose

Je recommanderai tout d’abord de charger l’extension cgloss après gb4e, ce qui permet de régler quelques problèmes d’espaces entre la glose et la traduction, et décourage les sauts de pages entre les exemples et les traductions.

Ensuite, il est préférable avec la commande \noautomath de rendre inactifs les caractères ^ et _ hors du mode mathématique. En effet, gb4e rend par défaut ces caractères actifs pour passer respectivement en mode exposant et en mode indice, mais cela entraine souvent des problèmes inattendus.

La version modifiée de gb4e proposée par Language Science Press semble proposer des ajustements intéressants, mais il n’y a malheureusement pas de documentation sur les modifications apportées.

Mise en forme du texte des exemples

Il est possible d’appliquer une mise en forme à chaque mot dans une ligne de mots alignés verticalement. On peut ainsi faire en sorte que les mots de la première ligne soient en italique, comme il est souvent d’usage en redéfinissant la commande \eachwordone.

\renewcommand{\eachwordone}{\itshape}
\begin{exe}
\ex 
\gll Ceci est un exemple. \\
this \textsc{cop.pres.3sg} \textsc{art.def.m.sg} example \\
\glt `This is an example.'
\end{exe}

De la même manière, on peut redéfinir les commandes \eachwordtwo et \eachwordthree pour la deuxième et la troisième ligne.

Alignement des gloses

On peut facilement traiter une suite de mots séparés par des espaces comme un seul bloc en les entourant d’accolades.

\begin{exe}
\ex\gll Ceci est {sans doute} un exemple. \\
This \textsc{cop.pres.3sg} arguably \textsc{art.def.m.sg} example \\
\glt `This is arguably an example.'
\end{exe}

On peut aussi avec des accolades vides créer un décalage dans les gloses.

\begin{exe}
\ex\gll […] et ceci est un exemple. \\
{} and this \textsc{cop.pres.3sg} \textsc{art.def.m.sg} example \\
\glt `and this is an example.'
\end{exe}

Dans le cas où un exemple contient des crochets, par exemple d’annotations syntaxiques, on peut vouloir que les gloses soient alignées sur les mots en ne tenant pas compte de ces crochets. Il suffit de répéter les annotations sur la ligne de glose en les entourant de la commande \phantom{ }, qui crée un blanc de la taille de son argument. Il va sans dire qu’il n’est utile de répéter que les annotations situées à gauche.

\begin{exe}\ex
\begin{xlist}
\ex\gll Ceci est [\textsubscript{\textsc{np}}un exemple]. \\
this \textsc{cop.pres.3sg} \textsc{art.def.m.sg} example \\
\glt `This is an example.'
\ex\gll Ceci est [\textsubscript{\textsc{np}}un exemple]. \\
this \textsc{cop.pres.3sg} \phantom{[\textsubscript{\textsc{np}}}\textsc{art.def.m.sg} example \\
\glt `This is an example.'
\end{xlist}
\end{exe}

A suivre ici.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Thomas Pellard, « Exemples linguistiques avec LaTeX (1) », Cipanglossia, 12 septembre 2017, http://cipanglo.hypotheses.org/349.


Une réflexion au sujet de « Exemples linguistiques avec LaTeX (1) »

  1. Ping : Exemples linguistiques avec LaTeX (2) | Cipanglossia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *