Découverte historiographique linguistique: Des courses hippiques aux anguilles

En effectuant des recherches bibliographiques en ligne, je suis tombé par hasard sur le manuel de japonais (A handbook of colloquial Japanese) de 1889 (2e édition) de Basil Hall Chamberlain (1850–1935), un des premiers japonologues. En plus d’être un témoignage de la langue japonaise de la fin du XIXe siècle, il est intéressant d’un point de vue de l’historiographie linguistique.

Il est bien connu en linguistique japonaise que la particule wa a pour rôle de marquer le topique (ou «thème») de la phrase, et non pas le sujet du verbe. Le topique est ce dont parle la phrase d’une manière générale, et il n’est pas forcément identique au sujet du verbe. En français, le topique n’a pas de marque particulière mais est souvent placé en tête de phrase (indiqué par des crochets ci-dessous), et il n’est pas non plus forcément identique au sujet:

  • [Le Japon] j’y vais souvent
  • [Le poisson] j’aime ça
  • [Moi] je suis d’accord

Un très bon exemple, qui est devenu un classique de la linguistique japonaise est celui dit de «phrase anguille» (unagi bun ウナギ文). Il est tout à fait normal en japonais dans un restaurant, en regardant le menu, de dire:

(1) 僕は ウナギ
boku=wa unagi da
je=TOP anguille COP.PRES

La traduction n’est pas «je suis une anguille», mais «pour moi, ce sera une anguille». Il ne s’agit pas d’une particularité du japonais, puisqu’en français aussi on peut imaginer au restaurant la conversation:

  • C’est qui l’entrecôte à point?
  • Ah? moi c’était une bavette saignante!

Il y a toute une littérature sur le sujet en japonais (voir par exemple Okutsu 1978), et cet exemple a été donné semble-t-il pour la première fois en 1955 par Kindaichi Haruhiko.

Ce qui est intéressant, c’est que Chamberlain avait déjà décrit ce phénomène avec un exemple similaire en 1889 (p. 86), presque 70 ans avant Kindaichi. Il y explique que wa en japonais ne marque pas le sujet (nominatif), comme le croyaient (et le croient toujours) à tort certains Occidentaux, et donne l’exemple d’une situation où l’on rencontre un ami se rendant au champ de courses, et à qui l’on dirait:

(2) あなたは 競馬 ですか
anata=wa keiba desu=ka
 vous=TOP course.hippique COP.PRES.ALLOC=Q

Une traduction prenant wa pour la marque du sujet, «êtes-vous une course de cheval?» n’a évidemment aucun sens, et il faut en fait comprendre «vous, c’est les courses hippiques (où vous allez)?». On peut améliorer l’acceptabilité de la traduction en français en contextualisant encore plus celle-ci: «alors, vous, aujourd’hui, c’est courses hippiques? (moi, c’est jardinage!)».

Pour bien comprendre l’exemple, il faut aussi ajouter, point sur lequel Chamberlain n’insiste pas, que la copule da/desu n’est pas vraiment un verbe, et qu’il ne faut pas la traduire par simplement le verbe «être» en français. Elle correspond en fait au français «c’est». Il faut donc comprendre littéralement non pas «je suis une anguille» ou «êtes-vous une course hippique?» avec un sujet marqué par wa d’un verbe «être», mais bien «moi, c’est une anguille» et «vous, c’est les courses hippiques?».

Références

Chamberlain, Basil Hall. 1889. A handbook of colloquial Japanese. London: Trübner & co. 2nd edition.
金田一春彦 1955「日本語」『世界言語概説 下』東京:研究社
奥津敬一郎 1978 『「ボクハ ウナギダ」の文法』東京:くろしお出版


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *